Conférence de presse sur la crise dans la corne de l’Afrique

14 septembre 2011
Conférence de presse

Conférence de presse sur la crise dans la corne de l’Afrique

14/09/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE SUR LA CRISE DANS LA CORNE DE L’AFRIQUE

Le Directeur régional de l’UNICEF* pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe, Elhadj As Sy, a parlé aujourd’hui de la famine qui sévit dans la corne de l’Afrique.  Lors d’une conférence de presse tenue au Siège de l’ONU à New York, M. Sy a expliqué la réponse que l’UNICEF apporte à une crise « d’une ampleur sans précédent », la crise la plus grave qu’ait connue le continent depuis 10 ans.

« Il s’agit de sauver des vies, des moyens d’existence et des modes de vie », a expliqué M. Sy.  La crise touche 13 millions de personnes dont 750 000 sont directement menacées par la famine.

Cette crise, a-t-il précisé, résulte des effets combinés de la sécheresse, des prix élevés des produits alimentaires et du conflit en Somalie.  Depuis la Somalie, où se situe son épicentre, la crise s’est étendue à toutes les régions voisines.

Le Kenya abrite aujourd’hui le plus grand camp de réfugiés du monde avec 460 000 personnes, a souligné le Directeur régional.  D’autres camps se développent en Éthiopie et à Djibouti.  Soulignant que la majorité des réfugiés sont des femmes et des enfants, le Directeur régional a prévenu: « si l’on n’arrive pas à les atteindre, il y aura souffrance, faim et famine ».

M. Sy a fait remarquer que la plupart des personnes affectées par la crise dans la corne de l’Afrique viennent des communautés pastorales traditionnelles qui dépendent de leurs troupeaux, des saisons et des points d’eaux et qui ont « tout perdu ».  

S’agissant des difficultés d’accès dues au conflit en Somalie, il a assuré que l’UNICEF, qui est présente dans le pays depuis 40 ans, fait « tout son possible pour joindre les personnes dans le besoin, où qu’elles soient ».  À cet égard, il faut renforcer la confiance et les partenariats pour créer des espaces sécurisés où l’UNICEF puisse travailler.

Le Directeur régional a jugé encourageant de voir les populations locales s’entraider.  Ceux qui accueillent les réfugiés sont « les véritables héros ».

Il a salué la générosité de la communauté internationale qui a couvert 80% de l’appel lancé en juillet dernier par l’ONU pour un milliard de dollars, dont 360 millions pour l’UNICEF et a souhaité que les 20% restants soient déboursés avant la fin de l’année.

* Fonds des Nations Unies pour l’enfance

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.