Conférence de presse de M. Éric Calais, sismologue au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

18 avril 2011
Conférence de presse

Conférence de presse de M. Éric Calais, sismologue au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

18/04/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DE M. ÉRIC CALAIS, SISMOLOGUE AU PROGRAMME

DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT (PNUD)

Sismologue au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), M. Éric Calais a présenté devant la presse, cet après-midi, les plans visant à réduire la vulnérabilité d’Haïti face aux menaces sismiques auxquelles le pays est confronté.  Ces plans doivent être mis en œuvre de concert avec le Gouvernement haïtien, a indiqué M. Calais.

« Quand un tremblement de terre a eu lieu quelque part, nous savons que dans l’avenir, un autre séisme se produira au même endroit », a expliqué ce professeur de géophysique à l’Université Purdue, au cours d’une conférence de presse tenue au Siège des Nations Unies, à New York.  M. Calais a, à cet égard, cité en particulier les séismes qui ont frappé Port-au-Prince en 1751, en 1770 et le 12 janvier 2010.

Ce dernier tremblement de terre ne fut donc « pas une surprise » a-t-il dit, et « nous nous attendons malheureusement à d’autres séismes ».  « La bonne nouvelle est que nous savons désormais quoi faire », a ajouté le sismologue. 

M. Calais, qui s’attache, pour le PNUD, à évaluer les risques sismiques et à élaborer une stratégie visant à réduire l’impact de futurs séismes, a ainsi insisté sur la prévention des risques liés à ces phénomènes.

Un nouveau plan de prévention a été lancé à la fin du mois de mars en vue d’atténuer l’impact des tremblements de terre dans les zones qui y sont particulièrement sujettes, notamment en améliorant la résilience des ouvrages d’infrastructure et en réduisant les risques que présentent pour la population les logements de piètre qualité, a indiqué M. Éric Calais.

L’établissement de plans d’urgence prévisionnels sera mené en consultation avec les maires et les associations des communautés à risques.  Les bâtiments scolaires, les hôpitaux et autres édifices publics seront les premiers ouvrages à être évalués en vue de déterminer les modalités de renforcement de leur structure.

Le PNUD et les autorités locales dispenseront des formations en matière de techniques de construction de bâtiments asismiques à des architectes, des ingénieurs et des maçons haïtiens, a annoncé l’expert du PNUD.  Le Programme des Nations Unies pour le développement et les autorités locales lanceront également des programmes de sensibilisation pour informer les Haïtiens des mesures pratiques susceptibles de minimiser l’impact des menaces sismiques sur leur existence, a dit M. Calais.

Le PNUD a remis au Gouvernement haïtien une carte des points chauds sismiques de Port-au-Prince.  Cette carte montre les zones susceptibles d’encourir des secousses sismiques et est un outil crucial pour la reconstruction de Port-au-Prince.

Les architectes et ingénieurs se serviront ainsi des informations portant sur les différents types de sols sur lesquels est bâtie la ville pour décider quels sont les types de plans les plus sûrs pour les bâtiments et les infrastructures de Port-au-Prince ainsi que pour déterminer la quantité et la qualité des matériaux qu’ils devront utiliser. 

Les autorités haïtiennes, le secteur privé et les habitants de la ville utiliseront également cet outil pour construire des structures plus résilientes et pour quantifier les coûts, lesquels varieront en fonction de la stabilité des sols que l’on rencontre dans chaque zone de Port-au-Prince et ses environs.

Une version améliorée et plus détaillée de la carte des zones sismiques devrait être terminée mi-2012, a annoncé M. Éric Calais.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.