Conférence de presse pour le lancement de la campagne « Aucune excuse »: 11 dessins animés en 73 langues pour prévenir la violence et les abus domestiques

18 avril 2011
Conférence de presse

Conférence de presse pour le lancement de la campagne « Aucune excuse »: 11 dessins animés en 73 langues pour prévenir la violence et les abus domestiques

18/04/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE POUR LE LANCEMENT DE LA CAMPAGNE « AUCUNE EXCUSE »: 11 DESSINS

ANIMÉS EN 73 LANGUES POUR PRÉVENIR LA VIOLENCE ET LES ABUS DOMESTIQUES

Une campagne mondiale de sensibilisation et de prévention contre les abus et la violence domestiques, qui a pour support des dessins animés, a été lancée ce matin, au cours d’une conférence de presse au Siège de l’ONU à New York, par M. Firdaus Kharas, Président de « Chocolate Moose Media » et de « Culture Shift ».

À la tête d’une équipe de professionnels bénévoles venus du Canada, des Pays-Bas, d’Afrique du Sud et de Suisse lesquels ont travaillé sur ce projet pendant deux ans et demi, M. Firdaus Kharas a conçu la campagne « No excuses » (Aucune excuse) qui consiste en une série de 11 spots de films d’animation d’une durée de 30 secondes chacun, qui seront présentés en 73 langues.

D’après certaines prévisions, ces vidéos devraient être visionnées par un milliard de personnes vivant dans une centaine de pays, a dit M. Kharas.  L’objectif fixé est d’atteindre 85% de la population mondiale, soit 5,75 milliards de personnes.

Mettant en œuvre sa propre méthode, qui combine le film d’animation et l’humour, M. Kharas a créé des messages visant les auteurs des abus eux-mêmes, en espérant ainsi susciter chez ces personnes de nombreux changements de comportements.

Les vidéos de la campagne « Aucune excuse » sont en effet destinées à frapper les esprits et à éviter toute prétention de justification culturelle de la violence.  Les différents messages visent notamment à prévenir la violence contre les femmes, et à combattre le sentiment et le préjugé selon lesquels les hommes auraient le droit de commettre ces violences.  Les vidéos visent aussi à prévenir les abus sexuels commis contre les femmes; le viol; l’escalade des abus dans la violence; le cycle intergénérationnel de la violence; la violence perpétrée par les mères contre leurs enfants, ou par les pères, ainsi que les abus verbaux commis envers les enfants et les personnes âgées.  M. Kharas a aussi créé un spot vidéo qui vise à dénoncer les viols commis par les soldats et autres combattants armés dans les zones de conflit.

« C’est la première fois que l’on s’attaque aux justifications de l’usage de la violence, telles que le recours à des arguments « culturels, traditionnels ou religieux », a indiqué M. Kharas. 

Il a précisé que « ces spots animés ne sont ni menaçants ni autoritaires », ajoutant qu’ils ne cherchent pas non plus à ostraciser les victimes.  C’est un outil d’autonomisation des femmes, a-t-il estimé, car ces vidéos donneront à ces dernières l’occasion de soulever les questions afférentes aux abus et aux violences chez elles.

Les vidéos seront diffusées par des chaînes nationales de télévision publique, ainsi que par des stations de radio, des organisations non gouvernementales, des hôpitaux ou encore des écoles.  Des cassettes vidéos et des DVD seront également distribués.  Les spots pourront, en outre, être visionnés et téléchargés gratuitement partout où cela sera possible dans le monde, à partir du site Web suivant: www.noexcusescampaign.org/.  Ils seront également en ligne sur le site YouTube, à l’adresse suivante: www.youtube.com/user/NoExcusesCampaign .

« C’est la sixième campagne du genre que je lance et c’est la troisième aux Nations Unies », s’est réjoui M. Kharas.  La première, intitulée « Tres amigos », lancée en 2005, était une campagne de prévention contre le VIH/sida.  Disponible en 45 langues, elle est utilisée dans plus de 150 pays et a été vue par plus d’un milliard de personnes.  M. Kharas est aussi le créateur de « Buzz & Bite », qui est une campagne de prévention contre le paludisme, et est actuellement disponible en 39 langues.  « Buzz & Bite » est utilisée dans plus de la moitié des pays touchés par le paludisme.

M. Kharas a remercié la Mission permanente du Canada auprès des Nations Unies, qui a parrainé la conférence de presse d’aujourd’hui, ainsi que le Bureau des Nations Unies pour les partenariats (BNUP), qui a apporté son soutien au lancement de la campagne.

Répondant aux questions des journalistes, M. Kharas a expliqué pourquoi il espérait que la campagne « Aucune excuse » aurait un rayonnement universel et serait acceptée partout dans le monde.  Tout d’abord, nous avons conçu des personnages bleus, sans cheveu, qui évoluent dans un environnement très peu dessiné, ce qui permet à chacun de s’y identifier.  Ensuite, nous ne traduisons pas les paroles, mais elles sont réécrites en fonction de l’humour et des dialectes locaux, a-t-il dit.  M. Kharas a en outre précisé que le fait d’avoir créé 11 spots permettait aux télévisions de faire un choix et d’en diffuser seulement quelques uns, selon leur choix.

Un film d’animation s’adresse mieux aux individus qu’un vrai film, a poursuivi M. Kharas.  Comme les personnages ne sont pas réels, on accepte mieux le message véhiculé.  C’est aussi plus facile de le transposer et de le traduire en différentes langues.

Nous avons testé ces spots dans plusieurs pays, comme en Afrique du Sud et au Bangladesh, a indiqué M. Kharas.  Il a expliqué que sa précédente campagne (Tres amigos), qui mettait en scène trois préservatifs dans un film d’animation, avait été diffusée dans des pays très catholiques, tel le Mexique, ainsi que dans des pays à religion majoritairement hindoue, et dans des pays musulmans, comme l’Iran.

Tous les organes de diffusion qui ont déjà visionné « Aucune excuse » ont décidé de l’émettre, s’est-il réjoui, en indiquant que c’était le cas en Iran et à Singapour.

Interrogé sur le financement de cette campagne, M. Kharas a indiqué qu’il en était lui-même le principal financier.  Nous recherchons actuellement des fonds, a-t-il précisé, et nous travaillons en partenariat avec des organisations comme ONU-Femmes.  La Télévision des Nations Unies est aussi un de nos partenaires, a-t-il ajouté.

Mettre au point cette campagne a été une tâche extrêmement difficile, a-t-il dit.  Cela a pris deux ans et demi.  L’un des scripts a été réécrit 18 fois, et l’humour ne se transpose pas facilement, a-t-il expliqué.  « Mais c’est ma sixième campagne et j’ai espoir qu’elle portera des fruits », a conclu M. Firdaus Kharas.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.