Conférence de presse à l’occasion de la publication par la CNUCED et le PNUD de leur Rapport conjoint 2010 sur « l’économie de la création »

30 mars 2011
Conférence de presse

Conférence de presse à l’occasion de la publication par la CNUCED et le PNUD de leur Rapport conjoint 2010 sur « l’économie de la création »

30/03/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE À L’OCCASION DE LA PUBLICATION PAR LA CNUCED ET LE PNUD

DE LEUR RAPPORT CONJOINT 2010 SUR « L’ÉCONOMIE DE LA CRÉATION »

« L’économie créative est un secteur économique en pleine croissance, et qui peut avoir un impact important en matière de développement », ont souligné cet après-midi, les participants à la conférence de presse marquant le lancement du Rapport élaboré par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et le Groupe spécial du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour la coopération Sud-Sud, et intitulé « Économie créative: une option de développement réalisable ».

« Ce Rapport présente à la fois les avantages actuels offerts par l’économie créative et recommande une série de solutions qui pourront aider la promotion et le développement de ce secteur économique au sein des États », a indiqué, au cours de cette rencontre avec la presse, qui avait lieu au Siège de l’ONU, la Représentante permanente adjointe du Kenya, Mme Josephine Ojiambo, qui s’exprimait au nom du Président du Comité de haut niveau pour la coopération Sud-Sud et introduisait le « Rapport de 2010 sur l’économie de la création », qui fait suite au premier document de ce type, publié en 2008.

« Il offre plus spécifiquement aux pays en développement des idées pour mettre en place des politiques innovatrices et profitables en matière d’économie de la création, et susceptibles d’attirer les investisseurs », a dit Mme Ojiambo, en soulignant que ce nouveau rapport s’attardait également sur la nécessité du renforcement de la coopération Sud-Sud en matière de transfert de connaissance.

« L’économie de la création peut être une source de croissance et de progrès socioéconomiques, de création d’emplois, d’innovation et d’échanges commerciaux, tout en contribuant à l’inclusion sociale, à la diversité culturelle et au développement humain durable », a pour sa part déclaré la Secrétaire générale adjointe et Administratrice adjointe du PNUD, Mme Rebeca Grynspan, avant de saluer la synergie qui a prévalu entre les organisations du système des Nations Unies au cours de la rédaction de ce document.

S’appuyant sur le rapport, Mme Grynspan a précisé que « les industries créatives se sont avérées plus résistantes aux chocs de la crise économique mondiale que les industries manufacturières traditionnelles ».  En 2008, les exportationsSud-Sud en matière de biens créatifs ont représenté l’équivalent de 176 milliards de dollars des exportations mondiales, soit 43% du total de celles-ci, a-t-elle relevé, en regrettant cependant que « cette coopération Sud-Sud ne soit limitée pour l’instant qu’à un petit nombre de pays ».

« Aujourd’hui, au cœur de l’économie de la création, l’on trouve les secteurs des arts et de l’artisanat, de l’audiovisuel, du livre, du design, du cinéma, de la musique, des nouveaux médias, des arts visuels et du spectacle », a pour sa part expliqué la Chef du Programme de la CNUCED relatif à l’économie et à l’industrie de la création, Mme Edna dos Santos.  À l’heure actuelle, a-t-elle dit, « de tous les secteurs économiques, celui de l’économie créatrice est celui qui connaît la marge de progression la plus grande ».  Elle s’est par ailleurs félicitée du fait que les auteurs du Rapport 2010 aient examiné à la fois les implications économiques, sociales, culturelles, mais aussi environnementales, des industries de la créativité.

Mme Edna dos Santos a également insisté sur le rôle des technologies nouvelles et de l’Internet dans la dynamisation des économies des pays en développement, en indiquant que des États d’Afrique comme le Sénégal et le Nigéria, et les États d’Asie que sont la Chine et l’Indonésie, intégraient de plus en plus l’économie de la création dans leurs plans et stratégies au niveau national.

Chef du Groupe de la gestion des connaissances du Groupe spécial du PNUD, M. Francisco Simplicio, autre intervenant, a déploré l’absence de données et de statistiques pouvant permettre de saisir avec précision la réalité de l’influence de l’économie créative sur l’économie mondiale en général.  C’est dans ce contexte que M. Simplicio a invité les États à répondre aux sollicitations de la CNUCED sur cette question.

« L’un des buts poursuivis à travers l’élaboration de cette publication est d’emmener les États ayant les moyens et les outils nécessaires, à aider les moins nantis à bénéficier de cette formidable économie en progression constante », a enfin souligné le Directeur du Groupe spécial du PNUD pour la coopération Sud-Sud, M. Yiping Zhou.

En réponse aux questions de la presse, Mme Ojiambo a rappelé qu’il appartenait aux États d’adopter les recommandations fournies par les auteurs du rapport.  « Ces éléments ont pour unique but de les aider à tirer parti des nombreuses opportunités qu’offre de plus en plus l’économie de la créativité », a-t-elle ajouté.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.