Conférence de presse de l’Organisation internationale du Travail sur l’importance de la protection sociale dans l’élimination de la pauvreté

14 février 2011
Conférence de presse

Conférence de presse de l’Organisation internationale du Travail sur l’importance de la protection sociale dans l’élimination de la pauvreté

14/02/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DE L’ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL SUR L’IMPORTANCE

DE LA PROTECTION SOCIALE DANS L’ÉLIMINATION DE LA PAUVRETÉ

Le Directeur du Département de la sécurité sociale de l’Organisation internationale du Travail (OIT), M. Michael Cichon, a insisté, cet après-midi devant la presse, sur le rôle essentiel de la protection sociale dans l’élimination de la pauvreté dans le monde.

M. Cichon a ainsi souligné que la protection sociale contribuait à la croissance économique en améliorant la productivité du travail et en participant à la stabilité sociale.  « La protection sociale est un droit fondamental qui appartient à chaque individu et que nous avons oublié depuis longtemps », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse au Siège des Nations Unies, à New York. 

« Seulement 20% environ de la population mondiale ont actuellement accès à des mécanismes de protection sociale qui leur fournissent une certaine sécurité les préservant au minimum de la pauvreté alimentaire », a expliqué M. Clichon.  Le « véritable scandale » réside, selon lui, dans le fait que « nous avons besoin seulement de 2% du produit intérieur brut (PIB) mondial pour faire bénéficier tous les pauvres du monde des systèmes sociaux de base ».

Investir en faveur d’un socle de protection sociale, notamment la santé, l’alimentation ou le bien-être, c’est investir pour la justice sociale et le développement économique, a-t-il expliqué.

Si la garantie d’une telle protection sociale à la population mondiale représente un défi considérable, les études chiffrées menées par divers organismes des Nations Unies montrent qu’un socle de transferts sociaux est globalement abordable financièrement, à chacune des étapes de développement économique, même si le financement n’est pas encore disponible partout.

Atteindre cet objectif ne relève pas de l’utopie, a assuré M. Cichon, qui a mis l’accent sur l’Initiative pour un socle de protection sociale, adoptée en avril 2009 par le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CSS) parmi les neuf mesures de son approche visant à répondre à la crise financière mondiale.

L’Initiative pour un socle de protection sociale correspond à un ensemble de droits sociaux, d’infrastructures et de services essentiels auxquels tous les citoyens devraient avoir accès, afin de garantir un ensemble de base de certains droits fondamentaux énoncés dans les traités relatifs aux droits de l’homme.

Dans le cadre de son mandat, l’OIT est en charge de la promotion de la composante « transferts sociaux » du socle social, c’est-à-dire un ensemble de garanties sociales essentielles exercées par l’intermédiaire de transferts financiers qui pourraient assurer un accès universel aux services de santé, un revenu de complément et une sécurité du revenu ou de subsistance.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.