Conférence de presse du Représentant permanent de l’Allemagne auprès de l’ONU et Président sortant de la Commission de consolidation de la paix

26 janvier 2011
Conférence de presse

Conférence de presse du Représentant permanent de l’Allemagne auprès de l’ONU et Président sortant de la Commission de consolidation de la paix

26/01/2011
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU REPRÉSENTANT PERMANENT DE L’ALLEMAGNE AUPRÈS DE L’ONU ET PRÉSIDENT SORTANT DE LA COMMISSION DE CONSOLIDATION DE LA PAIX

C’est en sa qualité de Président sortant de la Commission de consolidation de la paix (CCP) que le Représentant permanent de l’Allemagne, M. Peter Wittig, a donné ce matin une conférence de presse, au cours de laquelle il a rappelé le rôle essentiel de la CCP, alors que la moitié des pays émergeant d’un conflit y retombent à nouveau dans les cinq ans qui suivent la signature d’un accord de paix.

Organe subsidiaire de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité, la Commission de consolidation de la paix aide les pays à se renforcer et à recevoir un appui leur permettant d’endurer les difficiles années de transition postconflit, durant lesquelles l’économie, l’État de droit et les institutions de gouvernance demeurent fragiles.

M. Wittig a exposé les trois priorités qu’il s’était fixées au cours de son mandat d’un an, qui expire aujourd’hui.  La première a été de renforcer la coopération de la Commission avec les institutions financières internationales, en particulier la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), afin de mobiliser les ressources et les partenariats.

Le Président sortant de la CCP a ensuite souligné les efforts qu’il avait déployés pour « forger une relation plus organique » entre le Conseil de sécurité et la Commission.  Ainsi, la question de la consolidation de la paix est devenue de plus en plus fréquemment inscrite à l’ordre du jour du Conseil, comme en témoigne le débat thématique qui s’est tenu la semaine dernière sur le renforcement des capacités institutionnelles.

« Nous avons également accru le nombre de réunions spécifiques de pays pour chacun de ceux avec lesquels travaille la Commission de consolidation de la paix: le Burundi, la Guinée-Bissau, le Libéria, la République centrafricaine et la Sierra Leone.

La Sous-Secrétaire générale à l’appui à la consolidation de la paix, Mme Judy Cheng-Hopkins, qui était également présente à cette conférence de presse, a évoqué l’existence du Fonds de consolidation de la paix, institué en 2006 par l’ancien Secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan.

Ce mécanisme financier est à la disposition non seulement des pays dont la Commission examine la situation, mais aussi de ceux dont elle ne s’occupe pas encore et qui se trouvent dans des circonstances semblables.

Mme Cheng-Hopkins a expliqué que le Fonds s’occupait actuellement de 18 ou 19 pays et que la base des donateurs était relativement large, puisqu’elle inclut des contributeurs aussi divers que la Norvège et le Pakistan.

Répondant à la question d’un journaliste, l’Ambassadeur Wittig a déclaré que le Sud-Soudan ne pourrait figurer sur la liste des pays dont s’occupe la Commission de consolidation de la paix qu’à condition que le Gouvernement du Soudan en fasse préalablement la demande et, bien sûr, selon l’évolution de la situation sur le terrain au lendemain du référendum d’autodétermination.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.