Le Conseil de sécurité proroge jusqu’au 9 juillet 2011 le mandat de la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS)

27 avril 2011
CS/10233

Le Conseil de sécurité proroge jusqu’au 9 juillet 2011 le mandat de la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS)

27/04/2011
Conseil de sécurité
CS/10233
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

6522e séance – matin


LE CONSEIL DE SÉCURITÉ PROROGE JUSQU’AU 9 JUILLET 2011 LE MANDAT

DE LA MISSION DES NATIONS UNIES AU SOUDAN (MINUS)


Le Conseil de sécurité a décidé, ce matin, à l’unanimité de ses 15 membres, de proroger jusqu’au 9 juillet 2011 le mandat de la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS).


Dans son rapport sur le Soudan*, soumis au Conseil de sécurité, le Secrétaire général recommandait en effet au Conseil de proroger le mandat de la MINUS, qui expire le 30 avril 2011, jusqu’au 9 juillet 2011, date à laquelle s’achèvera la période intérimaire prévue par l’Accord de paix global.


Par le biais de la résolution 1978 (2011), les membres du Conseil de sécurité annoncent également leur intention d’établir une mission qui succédera à la MINUS.


Dans le préambule, le texte adopté ce matin note par ailleurs que le Gouvernement du Sud-Soudan souhaite voir maintenue la présence des Nations Unies au Soudan.


*     S/2011/239


RAPPORTS DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SUR LE SOUDAN


Rapport du Secrétaire général sur le Soudan ( S/2011/239)


Le Secrétaire général explique que le bon déroulement du référendum sur l’autodétermination du Sud-Soudan a été un accomplissement historique.  Si l’on en croit l’ensemble des intéressés, l’issue du scrutin référendaire traduit clairement la volonté du peuple sud-soudanais.  Le référendum a également montré que, lorsqu’elle bénéficie du soutien cohérent et concerté de la communauté internationale, l’action menée par l’ONU au service de la paix et de la sécurité peut être efficace.  L’aide logistique et technique fournie par la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) et l’appui financier apporté par les partenaires internationaux ont été indispensables, tout comme le travail de médiation politique de son Représentant et l’activité inlassable déployée par les membres du personnel de la Mission.


Dans ce rapport, le Secrétaire général souligne que plusieurs questions essentielles relevant de l’Accord de paix global n’ont pas encore été réglées, ou alors l’ont été de manière incomplète.  Si elles ne sont pas résolues efficacement, elles pourraient rapidement saper les progrès accomplis et ranimer le conflit entre les parties, prévient-il.  Le Secrétaire général exhorte donc les dirigeants du Parti du Congrès national et du Mouvement populaire de libération du Soudan à agir sans attendre pour résoudre toutes les questions en suspens.


Les parties à l’Accord de paix global ne peuvent plus retarder le règlement de la question du statut définitif de l’Abyei, souligne Ban Ki-moon.  Le Secrétaire général assure que la MINUS entend faire tout ce qui est en son pouvoir pour aider à maintenir la paix et à protéger les civils de la région, mais il exhorte les dirigeants des parties à l’Accord de paix global à parvenir d’urgence à un règlement global.  Il les engage aussi à contenir tout débordement dans l’intervalle en mettant en œuvre les Accords de Kadugli, qui prévoient le retrait, hors de la région de l’Abyei, de toutes les forces de sécurité, à l’exception des unités mixtes intégrées militaires et de police.  La MINUS se tient prête à collaborer avec ces unités pour maintenir la paix, souligne Ban Ki-moon.


Le Secrétaire général exhorte les parties à assurer la crédibilité des consultations populaires organisées dans les États du Nil Bleu et du Kordofan méridional.  Le partage du pouvoir et des richesses, la question des droits sociaux et culturels des minorités, la réforme agraire et les dispositions de sécurité seront au cœur des négociations, note-t-il.  Il réaffirme également la volonté de l’ONU de continuer à aider le Gouvernement à mettre en œuvre ces éléments essentiels du processus de paix.


En outre, le Secrétaire général trouve encourageants les progrès accomplis récemment dans les négociations d’Addis-Abeba sur les arrangements qui devront suivre l’Accord de paix global.  Il note néanmoins les nombreuses questions épineuses à résoudre avant la séparation et engage les parties à user de tous les moyens à leur disposition pour résoudre ces questions rapidement.  La communauté internationale tout entière est disposée à apporter son aide, mais elle ne pourra agir avec efficacité que lorsque les parties elles-mêmes lui auront clairement indiqué la meilleure façon pour elle de le faire.


Les conclusions de l’évaluation technique qui est en cours seront portées à la connaissance du Conseil de sécurité en mai.  Selon le Secrétaire général, la nouvelle mission devrait s’appuyer sur l’acquis et l’infrastructure hérités de la MINUS, sans préjuger de son mandat, de sa composition ou de son concept opérationnel.


Le Secrétaire général recommande que le Conseil de sécurité proroge le mandat de la MINUS, qui expire le 30 avril 2011, jusqu’au 9 juillet 2011, date à laquelle s’achèvera la période intérimaire prévue par l’Accord de paix global.  Il remercie l’Union africaine et le Groupe de mise en œuvre de haut niveau de l’Union africaine, sous la direction du Président Thabo Mbeki, de leurs efforts inlassables pour trouver une solution aux questions en suspens concernant l’Accord de paix global et les dispositions postréférendaires.  Il exprime sa gratitude à son Représentant spécial pour le Soudan, M. Haile Menkerios, ainsi qu’à tous les personnels militaires, civils et policiers de l’Organisation des Nations Unies au Soudan.


Texte du projet de résolution (S/2011/267)


Le Conseil de sécurité,


Rappelant toutes ses résolutions et toutes les déclarations de son président sur la situation au Soudan,


Considérant les résultats du référendum du Sud-Soudan, annoncés le 7 février 2011 par la Commission du référendum du Sud-Soudan, ainsi que le fait que le Gouvernement du Sud-Soudan souhaite voir maintenue la présence des Nations Unies au Sud-Soudan,


Constatant que la situation dans la région continue de faire peser une menace sur la paix et la sécurité internationales,


Décide de proroger jusqu’au 9 juillet 2011 le mandat de la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) défini dans sa résolution 1590 (2005);


Annonce son intention de créer une mission qui succédera à la MINUS;


Prie le Secrétaire général de poursuivre ses consultations sur la question avec les parties à l’Accord de paix global et de lui présenter un rapport à ce sujet pour le 16 mai;


Autorise la MINUS à utiliser son matériel pour préparer la mise en place de la mission susmentionnée qui lui succédera;


Décide de rester activement saisi de la question.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.