L’Assemblée générale constate que les changements climatiques concourent à l’augmentation de l’intensité et de la fréquence des catastrophes naturelles

28 janvier 2011
AG/11047

L’Assemblée générale constate que les changements climatiques concourent à l’augmentation de l’intensité et de la fréquence des catastrophes naturelles

28/01/2011
Assemblée générale
AG/11047
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-cinquième session

75e séance plénière – matin

L ’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CONSTATE QUE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES CONCOURENT À L’AUGMENTATION DE L’INTENSITÉ ET DE LA FRÉQUENCE DES CATASTROPHES NATURELLES

L’Assemblée générale a fait le constat, ce matin, que les changements climatiques mondiaux concourent à faire augmenter l’intensité et la fréquence des catastrophes naturelles et a appelé les États Membres à mettre intégralement en œuvre la Déclaration de Hyogo et le Cadre d’action de Hyogo pour 2005-2015.  Intitulée « Coopération internationale en matière d’aide humanitaire à la suite de catastrophes naturelles: de la phase des secours à celle de l’aide au développement »*, cette résolution a été adoptée sans vote.

L’Assemblée a également élu au deuxième tour de scrutin, par 75 voix sur 132, la juge Mary Faherty, de l’Irlande, au Tribunal d’appel des Nations Unies.  Elle remplacera la juge Rose Boyko qui a quitté ses fonctions le 15 janvier 2011 pour des raisons personnelles.

Mme Faherty a devancé le juge Brian Tamberlin, de l’Australie, qui n’a reçu que 57 voix, au deuxième tour, et le juge Roy Lewis, du Royaume-Uni, qui a été éliminé dès le premier tour avec 34 voix.

Aux termes de la résolution sur la coopération internationale humanitaire à la suite de catastrophes naturelles, présentée par l’Argentine, l'Assemblée générale « constateque les changements climatiques mondiaux concourent, entre autres facteurs, à faire augmenter l’intensité et la fréquence des catastrophes naturelles, ce qui en amplifie le risque, et, à cet égard, encourage les États Membres ainsi que les organisations régionales et internationales compétentes, selon leur mandat respectif, à soutenir l’adaptation aux effets négatifs des changements climatiques et à renforcer la réduction des risques de catastrophes et les systèmes d’alerte avancée ».

Le représentant des États-Unis a souligné qu’il aurait souhaité un libellé « plus exact et plus clair ».  L’intention d’un tel texte, a-t-il indiqué, doit être de refléter l’état actuel des sciences du climat, y compris le fait que « les changements climatiques peuvent contribuer à une augmentation future de la fréquence et/ou de l’intensité des risques liés à la météorologie ».  Nous aurions voulu, a insisté le représentant, un libellé « plus techniquement juste et précis ».

Dans cette résolution dotée d’un dispositif de 36 paragraphes de fond, l’Assemblée générale prie instammentles États Membres d’élaborer, d’actualiser et de renforcer les systèmes d’alerte rapide, les mesures de préparation aux catastrophes et de réduction des risques à tous les niveaux, conformément au Cadre d’action de Hyogo pour 2005-2015.  Adoptés en 2005 à Kobe, ville japonaise victime d’un important séisme en 1995, le Cadre d’action et la Déclaration de Hyogo reconnaissent « un lien profond » entre la prévention des catastrophes, le développement durable et l’élimination de la pauvreté.

Aux termes de la résolution adoptée aujourd’hui, l’Assemblée engage également les États qui ne l’ont pas encore fait à envisager d’adhérer ou de ratifier la Convention de Tampere sur la mise à disposition de ressources de télécommunication.  Elle décide par ailleurs qu’il faut supprimer le Fichier central des capacités de gestion des catastrophes.

La prochaine réunion de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.

* A/65/L.59

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.