Davantage de moyens et d’efforts de sensibilisation doivent être consacrés aux programmes d’alphabétisation renforçant l’autonomie des femmes, affirme M. Ban Ki-moon

1 septembre 2010
SG/SM/13081-OBV/907

Davantage de moyens et d’efforts de sensibilisation doivent être consacrés aux programmes d’alphabétisation renforçant l’autonomie des femmes, affirme M. Ban Ki-moon

01/09/2010
Secrétaire général
SG/SM/13081 OBV/907
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DAVANTAGE DE MOYENS ET D’EFFORTS DE SENSIBILISATION DOIVENT ÊTRE CONSACRÉS AUX PROGRAMMES

D’ALPHABÉTISATION RENFORÇANT L’AUTONOMIE DES FEMMES, AFFIRME M. BAN KI-MOON

On trouvera, ci-après, le texte du message du Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée internationale de l’alphabétisation, le 8 septembre:

Cette année, la célébration de la Journée internationale de l’alphabétisation met en lumière le rôle central que joue l’alphabétisation dans l’émancipation des femmes.  L’alphabétisation change la vie des femmes, de leur famille, des communautés et des sociétés.  Les femmes alphabétisées sont plus susceptibles de scolariser leurs enfants, particulièrement les filles.  En apprenant à lire et à écrire, elles renforcent leur autonomie économique et s’engagent davantage dans la vie sociale, politique et culturelle de leur pays. Investir dans l’alphabétisation des femmes rapporte incontestablement d’importants bénéfices en matière de développement.

L’alphabétisation des femmes a fortement progressé dans la hiérarchie des priorités politiques ces 10 dernières années, depuis le Forum mondial de l’éducation qui s’est tenu à Dakar, à l’occasion duquel les gouvernements se sont fixé l’objectif de réduire de moitié le nombre d’adultes analphabètes au cours de la période allant jusqu’à 2015.  La Décennie des Nations Unies pour l’alphabétisation, qui va de 2003 à 2012, a donné un nouvel élan aux efforts visant à réduire l’analphabétisme.  Les taux d’analphabétisme chutent et, pourtant, encore aujourd’hui environ un adulte sur six ne sait ni lire ni écrire et deux adultes analphabètes sur trois sont des femmes.

Le monde a besoin que l’on consacre davantage de moyens et d’efforts de sensibilisation en faveur de programmes d’alphabétisation de qualité qui renforcent l’autonomie des femmes et permettent aux filles et aux garçons qui vont à l’école primaire et secondaire de ne pas devenir une nouvelle génération de jeunes analphabètes.  L’UNESCO décerne aujourd’hui des prix internationaux d’alphabétisation à des programmes menés en Allemagne, au Cap-Vert, en Égypte et au Népal, qui sont des modèles d’excellence et d’innovation.  Chacun d’entre eux offre une preuve tangible de l’influence positive et profonde de l’alphabétisation sur des femmes vivant dans des milieux très divers – des campagnes aux quartiers urbains à forte population immigrée.  De tels programmes devraient être reproduits et étendus partout dans le monde.

À chaque fois qu’une femme apprend à lire et à écrire, c’est une victoire sur la pauvreté.  En cette Journée internationale de l’alphabétisation, je prie instamment les gouvernements, les donateurs, les organisations non gouvernementales et tous les partenaires de développement de permettre aux femmes, où qu’elles soient, d’avoir accès à l’alphabétisation, qui est un des piliers du développement et de la prospérité.  Renforcer l’autonomie des femmes en leur donnant la possibilité d’apprendre à lire et à écrire, c’est renforcer notre autonomie à tous.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.