Grâce au Pacte mondial, l’ONU et la communauté internationale des entreprises sont devenues de véritables partenaires, déclare le Secrétaire général dans son allocution de bienvenue

23 juin 2010
SG/SM/12971-ECO/175

Grâce au Pacte mondial, l’ONU et la communauté internationale des entreprises sont devenues de véritables partenaires, déclare le Secrétaire général dans son allocution de bienvenue

23/06/2010
Secrétaire général
SG/SM/12971 ECO/175
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

GR Â CE AU PACTE MONDIAL, L’ONU ET LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE DES ENTREPRISES SONT DEVENUES DE VERITABLES PARTENAIRES, DÉCLARE LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DANS SON ALLOCUTION DE BIENVENUE

On trouvera ci-après le texte de l’allocution de bienvenue prononcée par le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, au Sommet des dirigeants sur le Pacte mondial, à New York le 23 juin:

Je suis heureux de vous accueillir au Siège de l’ONU.

Voilà plus d’un demi-siècle que les États se réunissent dans cette salle de l’Assemblée générale pour débattre des questions les plus pressantes du moment.

Aujourd’hui, les sièges sont occupés par des PDG.

Le symbole est clair: l’ONU et les entreprises sont devenues de véritables partenaires.

Et le Pacte mondial a contribué à forger cette nouvelle alliance.

Nous avons débuté avec 40 adhérents.  Nous en comptons plus de 8 000 aujourd’hui.

Au cœur de leur démarche, 10 principes universels pour les droits de l’homme, l’emploi, l’environnement et la lutte contre la corruption.

Nous avons vécu 10 années fécondes.

Deux tournants importants se sont produits.

Tout d’abord, nous avons compris que nous ne pourrions atteindre nos objectifs sans la participation du secteur privé.

De leur côté, les entreprises ont radicalement changé de schéma logique.  Le concept de responsabilité citoyenne s’impose peu à peu dans les esprits.  Les dirigeants d’entreprise sont de plus en plus nombreux à accepter l’idée que les principes et le profit vont de pair.

Mais n’oublions pas que la grande majorité des entreprises en activité dans le monde ne sont pas encore converties aux vertus de la responsabilité d’entreprise.

Qui plus est, des crises d’entreprise hautement médiatisées ont érodé la confiance du public.

L’état de l’économie mondiale est un autre sujet d’inquiétude.  De nombreux pays ont formidablement bien résisté et restent très dynamiques.  Mais les dégâts sont terribles. Partout dans le monde, des travailleurs perdent leur emploi et leurs moyens de subsistance.  Personne ne peut dire si nous sommes vraiment sur la route de la reprise ou encore en pleine tourmente.  Et pendant ce temps d’autres menaces se profilent à l’horizon – les changement  climatiques , les conflits autour de ressources de plus en plus rares, les catastrophes écologiques.

Nous allons parler de tout cela dans les deux jours qui viennent.

Nous ferons le point de la situation et poserons des jalons pour l’avenir, en faisant fond sur ce qui réussit, en nous faisant à nous-mêmes le pari d’en faire davantage pour que la mondialisation soit aussi bonne pour les affaires que pour les peuples.

Et nous conviendrons d’un programme de mesures concrètes que peuvent prendre les entreprises pour appuyer les Objectifs du Millénaire pour le développement. 

Nous devons élaborer aujourd’hui et demain un « Pacte de développement » qui engagera les entreprises à collaborer encore plus activement avec l’ONU afin d’amplifier les mesures et les projets qui ont fait leurs preuves.

Et nous devons réaffirmer qu’investir dans les Objectifs du Millénaire pour le développement c’est investir dans la croissance durable.  La prospérité des entreprises passe par celle des peuples.

Nous sommes dans une phase de transition et d’incertitude.  Les acteurs du secteur privé le savent aussi bien que quiconque.  Vos entreprises sont en première ligne.

À Wall Street et dans les quartiers populaires, dans les bureaux directoriaux et dans les salles à manger familiales, dans les grandes capitales et dans les villages, tout le monde cherche la croissance et le développement durables.

Grâce à votre engagement sans faille, grâce à votre détermination réitérée ici à ce sommet, nous pouvons ouvrir une nouvelle ère, celle du développement durable.

Merci encore d’être ici aujourd’hui.  Je suis convaincu que ce sommet sera très productif.

Merci de votre dynamisme et merci de votre engagement.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.