Ban Ki-moon se dit convaincu que la nouvelle société sierra-léonaise de radiodiffusion contribuera à panser les blessures et à consolider la paix

15 juin 2010
SG/SM/12960-AFR/1996

Ban Ki-moon se dit convaincu que la nouvelle société sierra-léonaise de radiodiffusion contribuera à panser les blessures et à consolider la paix

15/06/2010
Secrétaire général
SG/SM/12960 AFR/1996
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

BAN KI-MOON SE DIT CONVAINCU QUE LA NOUVELLE SOCIÉTÉ SIERRA-LÉONAISE DE RADIODIFFUSION CONTRIBUERA À PANSER LES BLESSURES ET À CONSOLIDER LA PAIX

On trouvera ci-après le texte de l’allocution du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, faite à l’occasion du lancement officiel de la Société sierra-léonaise de radiodiffusion, le 15 juin à Freetown:

C’est pour moi un grand honneur de me joindre à vous pour saluer la naissance de la Société sierra-léonaise de radiodiffusion (Sierra Leone Broadcasting Corporation –SLBC) –une étape importante dans la marche du pays vers le progrès.  La SLBC, votre nouvelle société publique de radiodiffusion, est une aubaine pour chaque femme, chaque homme et chaque enfant sierra-léonais.

Il y a seulement 10 ans, ce beau pays était embourbé dans un horrible conflit.  Trop souvent, les balles, les fusils et autres armes de guerre étaient les principaux moyens de communication.  Aujourd’hui, la Sierra Leone vit en paix et peut envisager l’avenir avec confiance et espoir.

Après deux passations de pouvoir pacifiques et démocratiques, vous préparez vos troisièmes élections nationales.  Ce n’est pas une simple transition, c’est une véritable transformation.  Et le mérite vous en revient à vous –les Sierra-léonais.

Nombreux sont ceux qui ont eu l’honneur de vous accompagner dans cette marche extraordinaire vers la réconciliation et la paix.  L’Organisation des Nations Unies était l’un de ces partenaires –et elle a utilisé l’un de ses outils les plus efficaces, la Radio des Nations Unies.

La création d’une station radiophonique de portée nationale a été une tâche héroïque: il a fallu installer des émetteurs dans des zones reculées ravagées par la guerre et mettre sur pied des programmes diffusés pour la première fois dans l’ensemble du pays, 24 heures sur 24, et ce, au lendemain d’une horrible guerre civile, dans un climat de tension extrême.

Les gens ont écouté chaque parole diffusée.  Et, petit à petit, quelque chose de remarquable s’est produit.  La station de radio a aidé la Sierra Leone à se régler sur la fréquence de la paix.  Je tiens à remercier les nombreux journalistes et membres du personnel de la Radio des Nations Unies –sierra-léonais pour la plupart – de leur dévouement et de leur professionnalisme. Au cours des 10 dernières années, ils sont devenus un porte-parole de confiance pour les Sierra-léonais.

Aujourd’hui, vous vous êtes lancés dans une nouvelle aventure sans précédent.  Vous avez créé une société indépendante de radiodiffusion qui est le fruit de la fusion entre la radio publique et la Radio des Nations Unies.  Nous devons veiller à faire en sorte que cette nouvelle station opère dans l’esprit des meilleures traditions de ses deux prédécesseurs.

Monsieur le Président Ernest Bai Koroma, je salue l’action que vous-même, votre gouvernement et votre parlement avez menée.  Je félicite les parlementaires d’avoir adopté à l’unanimité un projet de loi historique portant création de la SLBC.

Je voudrais aussi adresser mes félicitations au Président de la SLBC, M. Septimus M. Kaikai, et au Conseil d’administration, pour leur dévouement.  En créant cette station indépendante de radiodiffusion, vous avez véritablement fait œuvre de pionnier et nombre de vos collègues verront en vous un exemple à suivre.

Ce jour marque le couronnement d’efforts assidus.  Mais le plus dur reste à faire, vu l’ampleur des défis à relever.  Les dirigeants politiques doivent faire en sorte que les journalistes puissent librement exercer leur profession sans craindre d’être poursuivis en justice parce qu’ils font simplement leur travail.  Pour leur part, les journalistes doivent honorer le principe d’impartialité et assumer les responsabilités qui accompagnent la liberté de la presse.  Et la SLBC doit être l’incarnation même de ses principes fondateurs d’impartialité et de fiabilité –éléments essentiels pour toute radio publique véritablement indépendante.

La création de la SLBC lance un message clair au monde.  Vous démontrez que la radio publique peut aider à panser les blessures et à consolider la paix et la prospérité; plaider haut et fort pour l’unité nationale, le progrès social et le développement économique; et promouvoir de nouvelles normes régionales pour la mise en place d’institutions démocratiques.

J’ai le grand plaisir de confier cette tâche à un Conseil d’administration hors pair et à une équipe dévouée de journalistes.  Je vous donne l’assurance que vous pouvez compter sur l’appui continu de l’Organisation des Nations Unies.  Et je suis certain que grâce à la détermination et au dévouement de leurs dirigeants politiques, les Sierra-léonais ne manqueront pas de faire de la SLBC un brillant modèle pour l’ensemble de la région.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.