Le Secrétaire général nomme M. Jack Lang, de la France, Conseiller spécial pour les questions juridiques liées à la piraterie au large des côtes somaliennes

26 août 2010
SG/A/1260-BIO/4230-L/3162

Le Secrétaire général nomme M. Jack Lang, de la France, Conseiller spécial pour les questions juridiques liées à la piraterie au large des côtes somaliennes

26/08/2010
Secrétaire général
SG/A/1260 BIO/4230 L/3162
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Notice biographique

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL NOMME M. JACK LANG, DE LA FRANCE, CONSEILLER SPÉCIAL POUR

LES QUESTIONS JURIDIQUES LIÉES À LA PIRATERIE AU LARGE DES CÔTES SOMALIENNES

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a nommé M. Jack Lang, de la France, comme son Conseiller spécial pour les questions juridiques liées à la piraterie au large des côtes somaliennes.

Né le 2 septembre 1939, M. Lang est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et est docteur et professeur agrégé de droit public et sciences politiques. 

M. Lang possède une vaste expérience de la politique nationale et internationale.  Député à l’Assemblée nationale française, dont il a présidé la Commission des affaires étrangères de 1997 à 2000, ancien membre du Parlement européen (de 1994 à 1997), il a été « émissaire spécial » du Président français à Cuba en février 2009, et en Corée du Nord en novembre 2009.  Il fut aussi Ministre de la culture, de la communication, puis de l’éducation nationale.

Outre sa carrière politique, M. Lang a également occupé diverses fonctions universitaires et juridiques.

La communauté internationale, y compris le Conseil de sécurité, a clairement mis l’accent sur l’importance de trouver des solutions à long terme pour lutter contre le fléau de la piraterie au large des côtes somaliennes, dont les conséquences humaines, commerciales et de sécurité sont considérables.

Le Secrétaire général a demandé à M. Lang d’identifier des mesures supplémentaires à prendre pour aider les États de la région et d’autres à poursuivre et incarcérer les personnes impliquées dans les activités de piraterie, et d’étudier la disposition d’États de la région à accueillir éventuellement un des possibles nouveaux mécanismes judiciaires figurant parmi les options présentées par le Secrétaire général dans son rapport au Conseil, conformément à la résolution 1918 (2010) du Conseil de sécurité.

À ces fins, M. Lang travaillera en étroite collaboration avec le Bureau des affaires juridiques et le Département des affaires politiques de l’ONU.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.