Le Secrétaire général propose à l’Assemblée générale de réélire António Guterres, ancien Premier Ministre du Portugal, à la tête du HCR

20 avril 2010
SG/A/1229*-BIO/4182*

Le Secrétaire général propose à l’Assemblée générale de réélire António Guterres, ancien Premier Ministre du Portugal, à la tête du HCR

20/04/2010
Secrétaire général
SG/A/1229* BIO/4182* REF/1194*
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Notice biographique

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL PROPOSE À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE RÉÉLIRE ANTÓNIO GUTERRES,

ANCIEN PREMIER MINISTRE DU PORTUGAL, À LA TÊTE DU HCR

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a proposé à l’Assemblée générale de réélire António Manuel de Oliveira Guterres, ancien Premier Ministre du Portugal, au poste de Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, pour un nouveau mandat de cinq ans prenant effet le 15 juin 2010.

M. Guterres avait été élu à ce poste en 2005, pour un premier mandat de cinq ans expirant le 14 juin 2010.  Au cours des cinq années de ce mandat, le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a mis en œuvre de vastes réformes internes lui permettant d’augmenter le volume de ses activités de plus de 50% avec pour l’essentiel le même nombre d’employés déployés à travers le monde et une réduction de 30% du nombre de ses employés travaillant au siège, à Genève.

Cela a permis au HCR de consacrer plus de ressources aux besoins de la population des réfugiés qu’il protège, et notamment de combler des lacunes dans les domaines de la violence sexuelle et basée sur le sexe, du VIH/sida, du paludisme, de la malnutrition, de la santé reproductive, de l’eau et de l’assainissement.

En outre, pour faire face à de nouveaux événements migratoires, le Haut-Commissariat pour les réfugiés a joué un plus grand rôle dans la réaction aux déplacements des personnes, a développé de nouvelles politiques et a intensifié son engagement envers les réfugiés pris au piège dans des situations qui se prolongent.

Sous la houlette d’António Guterres, le HCR a aidé près de 3 millions de réfugiés à rentrer chez eux de façon volontaire, dans la dignité et en toute sécurité.  Il a aussi doublé le nombre de réfugiés qui sont appelés chaque année à se reloger et permis des avancées dans le domaine de l’intégration locale.  Le HCR cherche maintenant à accroître ses capacités de protection et de réponse urgente aux besoins des réfugiés.

Ancien Premier Ministre du Portugal, poste qu’il a occupé de 1995 à 2002, M. Guterres était à ce titre très impliqué dans les efforts menés au niveau international pour résoudre la crise au Timor-Leste.  Il a aussi été membre du Parlement du Portugal, entre 1976 et 1983, puis de 1985 à 1995.

À l’occasion de la présidence portugaise du Conseil européen, au cours du premier semestre de 2000, il a conduit l’initiative menant à l’adoption de ce qui a été appelé l’« Agenda de Lisbonne » et a coprésidé le premier Sommet entre l’Union européenne et l’Afrique.

Spécialiste de la question des réfugiés, António Guterres a présidé, au début des années 1980, la Commission sur la démographie, la migration et les réfugiés de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.  En 1991, il a contribué à la fondation du Conseil portugais pour les réfugiés.

António Guterres a été actif au sein de l’Internationale socialiste, l’organisation mondiale qui regroupe les partis sociodémocrates.  Il a en été le Vice-Président, de 1992 à 1999, puis le Président, jusqu’en juin 2005.

Également membre du Club de Madrid et du Forum ibéro-américain, António Guterres est titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Institut supérieur technique, où il enseigne occasionnellement.

Né le 30 avril 1949 à Lisbonne, M. Guterres est marié et père de deux enfants.

__________

*     Ce communiqué de presse remplace celui du 24 mai 2005 publié sous la cote SG/A/924-BIO/3661-REF/1180.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.