Le Secrétaire général nomme Tarja Halonen et Jacob Zuma à la tête d’un Groupe de travail chargé de formuler un projet de croissance économique à faible émission de carbone

9 août 2010
ENV/DEV/1149

Le Secrétaire général nomme Tarja Halonen et Jacob Zuma à la tête d’un Groupe de travail chargé de formuler un projet de croissance économique à faible émission de carbone

09/08/2010
Communiqué de presse
ENV/DEV/1149
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL NOMME TARJA HALONEN ET JACOB ZUMA À LA TÊTE D’UN GROUPE DE TRAVAIL CHARGÉ DE FORMULER UN PROJET DE CROISSANCE ÉCONOMIQUE À FAIBLE ÉMISSION DE CARBONE

(Adapté de l’anglais)

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a annoncé aujourd’hui la création d’un Groupe de travail de haut niveau chargé de formuler, pour le XXIe siècle, un nouveau projet de croissance durable et de prospérité fondée sur une économie à faible émission de carbone.  Présidés par les chefs d’État de la Finlande et de l’Afrique du Sud, Tarja Halonen et Jacob Zuma, les 21 membres du Groupe de travail remettront leur rapport à la fin de l’année 2011, soit à la veille de Rio +20.* 

Le temps des agendas étriqués et de l’étroitesse d’esprit est révolu, a déclaré Ban Ki-moon aux représentants des gouvernements, du secteur privé et de la société civile qui composent un Groupe de travail, invité « à voir grand, à être audacieux mais aussi pragmatique ». 

L’accélération des changements climatiques, selon le Secrétaire général, a fait naître un nouveau sentiment d’urgence.  Ce phénomène, qui est l’exemple le plus connu, est loin d’être le seul signe de la « détresse » de la planète, a ajouté Ban Ki-moon, en citant la rareté de plus en plus préoccupante de l’eau, la perte de biodiversité et la destruction des écosystèmes. 

Le moment est venu de réexaminer ces questions dont l’importance est reconnue depuis 25 ans, a commenté, à son tour, Gro Harlem Brundtland, membre du Groupe de travail, ancien Premier Ministre de la Norvège et ancienne Présidente de la Commission mondiale de l’environnement et du développement.

Pour les pays en développement, l’accélération de la croissance économique est essentielle mais le développement durable est impératif, a estimé un autre membre du Groupe de travail, le Ministre indien de l’environnement, Jairam Ramesh.

L’instauration d’une économie à faible émission de carbone est la seule façon de relever les deux défis qui caractérisent notre siècle, les changements climatiques et la pauvreté.  Un échec dans l’un est un échec dans l’autre, a prévenu Nicholas Stern, Professeur à la London School of Economics

Le Groupe de travail présentera ses conclusions à la fin de l’année 2011, non seulement à la veille de Rio +20 mais aussi à celle des réunions annuelles de la Conférence des États parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). 

Pour plus d’informations, veuillez visiter le site www.un.org/en/gsp.  Vous pouvez aussi contacter Dan Shepard, Département de l’information (DPI), shepard@un.org ou 1 (212) 963 9495.

*La Conférence internationale sur le développement durable, convoquée, une nouvelle fois, à Rio au Brésil, 20 ans après la première édition dite « Sommet de la Terre ».

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.