Conférence de presse sur le lancement du Fonds de contributions volontaires de l’ONU en faveur des victimes de la traite des personnes en particulier des femmes et des enfants

4 novembre 2010
Conférence de presse

Conférence de presse sur le lancement du Fonds de contributions volontaires de l’ONU en faveur des victimes de la traite des personnes en particulier des femmes et des enfants

4/11/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

ConfÉrence de presse sur le lancement du Fonds de contributions volontaires de l’onu en faveur des victimes de la traite des personnes en particulier des femmes et des enfants


« La traite des êtres humains est la forme moderne de l’esclave », a déclaré Mme Demi Moore, actrice.  « L’esclavage représente une menace importante à la liberté et aux droits de l’homme », a-t-elle ajouté.


L’actrice Demi Moore et son conjoint, l’acteur Ashton Kutcher, ainsi que M. Yury Fedotov, Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), se sont exprimés, cet après-midi, au cours d’une conférence de presse au Siège de l’ONU, à l’occasion du lancement du Fonds de contributions volontaires des Nations Unies en faveur des victimes de la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants.


« Soixante deux ans après l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme, l’esclavage existe encore dans le monde », a souligné M. Kutcher.  « Aujourd’hui, il y a encore plus d’esclaves qu’avant », s’est-il indigné.  La traite des êtres humains constitue la pire forme de trafic, a-t-il dit, en insistant pour que des mesures efficaces soient prises après ces 62 années de négligence.


Pour sa part, le Directeur exécutif de l’ONUDC a souligné que la traite des personnes est un « commerce qui génère des milliards de dollars par an », plaçant les profits de ce trafic au deuxième rang après les trafics d’armes et des stupéfiants.  Le trafic d’êtres humains « détruit des millions de vies à travers le monde », a-t-il poursuivi, et touche « en premier lieu » les femmes et les enfants.  Face à ce constat, il a insisté sur l’importance de multiplier les financements.


M. Fedotov a félicité Demi Moore et Ashton Kutcher pour leur participation au lancement du Fonds des Nations Unies pour les victimes de la traite des personnes.  Il a aussi salué leur engagement de longue date contre la traite des personnes et pour aider les victimes.  Les deux acteurs ont fondé « DNA - Demi and Ashton Foundation ».  Cette association vise à sensibiliser l'opinion au problème d'exploitation sexuelle des enfants dans le monde, à changer les stéréotypes culturels qui facilitent cette pratique et à réhabiliter les victimes. 


« Aujourd’hui, plus de 27 millions de personnes à travers le monde sont réduites à l’esclavage », a indiqué Demi Moore.  Parmi les esclaves, les enfants sont les plus vulnérables et leurs droits sont les moins reconnus.  Un proxénète peut recueillir en moyenne plus de 200 000 dollars par an en exploitant une jeune fille, a-t-elle précisé.


Demi Moore et Ashton Kutcher ont participé au lancement du Fonds, aux côtés notamment du Président de l’Assemblée générale, du Secrétaire général, du journaliste du New York Times, du lauréat du prix Pulitzer, Nicholas Kristof, et du Directeur exécutif de l’ONUDC, Yury Fedotov.  Des représentants de la société civile, ainsi que des experts universitaires ou chargés de l’application de la loi, des défenseurs de la cause issus du secteur privé, ainsi que des personnes ayant réussi à fuir l’esclavage moderne étaient aussi présents.


Le Fonds des Nations Unies pour les victimes de la traite des personnes est l’un des éléments clefs du nouveau Plan d’action mondial des Nations Unies pour la lutte contre la traite des personnes, adopté par une résolution de l’Assemblée générale, le 30 juillet 2010.  Ce plan d’action appelle les gouvernements à mener des actions coordonnées, complètes et cohérentes pour combattre la traite des personnes, en adoptant une approche basée sur les droits de l’homme*.


Le Fonds a pour objectif d’aider les gouvernements des États Membres, ainsi que les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, à protéger et soutenir les victimes de la traite des êtres humains, en leur permettant de guérir de leurs blessures physiques et psychologiques.  Le Fonds entend apporter une assistance humanitaire, juridique et financière aux victimes de la traite des êtres humains.  Ce fonds sera géré par l’ONUDC, avec un conseil d’administration, qui sera nommé par le Secrétaire général.


L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime joue un rôle central dans la lutte contre la traite des personnes.  En tant que garant du Protocole contre la traite des personnes, il lutte contre toutes les formes de traite des personnes, dont l’exploitation sexuelle, le travail forcé et le prélèvement d’organes. 


L’ONUDC travaille avec les gouvernements, les organisations non gouvernementales, le secteur privé, la communauté des arts, des spectacles et des médias, les universitaires et les groupes d’experts pour combattre ce crime, afin de sensibiliser le grand public, de réaliser des efforts préventifs et d’augmenter la capacité et les compétences des professionnels de justice pénale et les décideurs. 


* A/RES/64/293


*  ***  *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.