Conférence de presse du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation

21 octobre 2010
Conférence de presse

Conférence de presse du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation

21/10/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU RAPPORTEUR SPÉCIAL SUR LE DROIT À L’ALIMENTATION

M. Olivier de Schutter, Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation, a présenté les principales conclusions du rapport qu’il a présenté ce matin à la Troisième Commission chargée des affaires sociales, humanitaires et culturelles dont « un ensemble de 11 principes basés sur les droits de l’homme »*

Le Rapporteur a estimé que les politiques publiques avaient renforcé les tendances à la pression commerciale sur les terres, facilitant le développement de plantations à grande échelle pour les cultures vivrières et les cultures énergétiques, comme les biocarburants.

M. de Schutter a critiqué l’approche trop directive des « Principes directeurs pour un investissement agricole responsable » retenue par la Banque mondiale, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), et le Fonds international de développement agricole (FIDA).  Ces principes n’insistent pas suffisamment sur l’obligation qui incombe aux États Membres de promouvoir le droit à l’alimentation, a-t-il estimé.

Le Rapporteur a rappelé le rôle essentiel des États dans la protection des petits exploitants contre la loi du marché qui, par nature, concoure au développement des grandes plantations.  Il a prôné le renforcement des systèmes fonciers et un accès facilité à la propriété, en particulier pour les femmes.  Il a déploré que les engagements pris lors de la Conférence internationale sur la réforme agraire et le développement rural à Porto Alegre, au Brésil, en mars 2006 n’aient pas été suivis d’effets.

Il a aussi regretté que les enseignements de la crise alimentaire de 2007-2008 n’aient pas été tirés, après avoir manifesté son extrême préoccupation face à la hausse du prix des produits alimentaires, comme en atteste le pic enregistré en juillet dernier.  La spéculation financière jouant un rôle essentiel et extrêmement préjudiciable dans la volatilité des prix, M. de Schutter a invité le G-20 à se saisir de cette question. 

Concernant la sécheresse persistante en Syrie, il a indiqué que l’équipe de pays des Nations Unies éprouve d’énormes difficultés à mobiliser les donateurs internationaux; le Gouvernement syrien ayant épuisé sa capacité de répondre à la crise.

* A/65/281

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.