Conférence de presse sur l’élection des cinq membres non permanents du Conseil de sécurité

11 octobre 2010
Conférence de presse

Conférence de presse sur l’élection des cinq membres non permanents du Conseil de sécurité

11/10/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE SUR L’ÉLECTION DES CINQ MEMBRES NON PERMANENTS DU CONSEIL DE SÉCURITÉ

Les règles de remplacement des cinq membres non permanents du Conseil de sécurité dont le mandat expire en janvier 2011 ont été expliquées aujourd’hui à la presse. 

M. Ion Botnaru, Directeur au Département des affaires de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences, a indiqué que l’Autriche, le Japon, le Mexique, l’Ouganda et la Turquie seront remplacés à l’issue des élections que l’Assemblée générale organisera demain à partir de 10 heures.

Sont en lice l’Allemagne, l’Afrique du Sud, le Canada, la Colombie, l’Inde et le Portugal.  À l’exception de la Colombie, tous les autres candidats ont reçu l’aval de leur groupe régional.

L’Assemblée remplace ainsi tous les ans cinq des 10 membres non permanents du Conseil pour un mandat de deux ans commençant le 1er janvier, conformément à l’articule 142 du règlement intérieur.

Les candidats sont élus en fonction de leurs contributions au maintien de la paix et de la sécurité internationales et dans le plein respect du principe de représentation géographique équitable. 

Aussi demain, l’Assemblée générale élira-t-elle parmi les cinq finalistes, un représentant du Groupe des États d’Afrique, un du Groupe des États d’Asie, un autre du Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes et deux du Groupe des États d’Europe occidentale et autres États.

Les élections se dérouleront à bulletin secret et pour être élu, un candidat doit recueillir les voix des deux-tiers des votants, soit par exemple, 128 voix sur 192 votants. 

Le 8 octobre dernier, l’Assemblée générale a adopté la résolution 65/3 autorisant les Comores, la Guinée-Bissau, le Libéria, la République centrafricaine, Sao Tomé-et-Principe et la Somalie à prendre part au scrutin. 

L’Assemblée a reconnu que si ces pays sont en retard dans le paiement de leur contribution minimale, c’est pour des raisons qui échappent à leur contrôle. 

Conformément au règlement intérieur, si au troisième tour de scrutin, un candidat ne reçoit pas le nombre de voix requis, l’Assemblée peut permettre la candidature d’autres pays du même groupe régional. 

À ce jour, les élections les plus longues ont eu lieu en 1979 lorsqu’après 155 tours de scrutin, tenus entre le 26 octobre et le 7 janvier, la Colombie et Cuba se sont retirés pour laisser la place à l’élection du Mexique. 

La Bosnie-Herzégovine, le Brésil, le Gabon, le Liban et le Nigéria seront remplacés à la fin de l’année prochaine.  Conformément à l’article 23 du règlement, les membres sortant ne sont pas rééligibles immédiatement.   

À la fin de la conférence de presse, le Porte-parole de Joseph Deiss, Président de l’Assemblée générale, a annoncé que ce dernier rencontrerait les médias à la fin de ce mois-ci mais à une date qu’il doit encore fixer. 

Le Président de l’Assemblée a par ailleurs nommé le Représentant permanent de l’Afghanistan, Zahir Tanin, Président des négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.