Conférence de presse sur la Cérémonie des traités de 2010 qui aura lieu du 21 au 23 septembre et les 27 et 28 septembre au Siège de l’ONU

17 septembre 2010
Conférence de presse

Conférence de presse sur la Cérémonie des traités de 2010 qui aura lieu du 21 au 23 septembre et les 27 et 28 septembre au Siège de l’ONU

Mme Gabriele Goettsche-Wanli, Chef de la Section des traités du Bureau des affaires juridiques, a, lors d’une conférence de presse aujourd’hui, au Siège de l’ONU, présenté les grandes lignes de la Cérémonie annuelle des traités, dont la dixième édition porte essentiellement cette année sur les thèmes de la diversité biologique et de la désertification. 

L’événement aura lieu au Siège de l’ONU, à New York, du 21 au 23 et les 27 et 28 septembre, en marge du débat général de la soixante-cinquième session de l’Assemblée générale.

Dans sa lettre d’invitation, qu’il a adressée aux États Membres, le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a invité les chefs d’État et de gouvernement présents à New York pour l’ouverture de la soixante-cinquième session de l’Assemblée générale à manifester leur engagement constant pour l’état de droit et pour l’adhésion aux traités multilatéraux, a indiqué Mme Goettsche-Wanli.  « À ce jour, nous avons reçu les demandes de 21 États souhaitant participer à l’événement », a-t-elle précisé.

Pour le dixième anniversaire de la Cérémonie des traités, lancée en 2000 par l’ancien Secrétaire général, M. Kofi Annan, en vue d’inciter les États Membres à signer, ratifier ou adhérer aux traités multilatéraux, les thèmes de la diversité biologique et de la désertification seront particulièrement mis en exergue. 

En effet, « l’an 2010 marque l’Année internationale de la biodiversité et le début de la Décennie des Nations Unies pour les déserts ainsi que la lutte contre la désertification, consacrée à un autre problème mondial auquel il faudra trouver une solution mondiale », a déclaré Mme Goettsche-Wanli en rappelant les propos tenus sur la question par le Secrétaire général.  Cette Année « célèbre la vie sur Terre et contribue à sa préservation », avait alors ajouté M. Ban Ki-moon.

Intitulée « Pour une participation universelle », la Cérémonie des traités regroupe cette année plus de 40 traités multilatéraux qui ne sont pas encore entrés en vigueur, et qui couvrent les domaines suivants: droits de l’homme et apatridie; l’environnement, la biodiversité, le combat contre la désertification et les changements climatiques; terrorisme, criminalité organisée et questions pénales; désarmement; Charte des Nations Unies et Statut de la Cour internationale de Justice (CIJ); privilèges et immunités et sécurité des Nations Unies et du personnel associé; accords récemment ouverts à la signature.

 

La Cérémonie des traités sera ouverte aux médias. 

Pendant la Cérémonie, les États auront par ailleurs la possibilité de déposer des déclarations reconnaissant la compétence obligatoire de la Cour internationale de Justice, en application du paragraphe 2 de l’article 36 du Statut de la Cour sur les traités présentés.

Les délégations pourront aussi prendre position sur d’autres traités dont le Secrétaire général est dépositaire.  Plus de 530 traités sont déposés auprès du Secrétaire général de l’ONU.  Au cours de la Cérémonie des traités, tous les instruments dont il est dépositaire sont ouverts à la signature, la ratification, l’acceptation, l’approbation ou l’adhésion des États Membres, conformément à leurs clauses respectives.

Également présente lors de la conférence de presse ce matin, Mme Nandhini Iyer Krishna, Officier de liaison de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, a rappelé que la diversité biologique était « vitale pour le développement économique et social », alors que se tient le 22 septembre au Siège une réunion de haut niveau qui sera une contribution à l’Année internationale de la biodiversité.

Le docteur Krishna a dit avoir bon espoir que soient finalisés cette année deux nouveaux instruments légaux, tous deux étant déjà « à des stades avancés de négociation »: un protocole sur l’accès et le partage des ressources génétiques; un protocole additionnel au protocole existant sur la biosécurité. 

La désertification est une question essentielle dont l’impact social touche toutes les régions du monde, a aussi souligné le docteur Krishna, citant pour exemple le continent africain, qui souffre d’une progression de la désertification à hauteur d’un million d’hectares et d’un manque à gagner associé de 9 milliards de dollars par an.

Actuellement, la Convention sur la diversité biologique est proche d’une ratification universelle avec 193 États parties.  Elle traite de la conservation et de l’utilisation durable de la biodiversité, et du partage juste et équitable des fruits et avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques.  La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, avec plus de 190 États parties, a quant à elle pour objectif d’adresser cette question critique de l’environnement, qui affecte directement plus de 250 millions de personnes dans le monde.

Depuis 2000, les Cérémonies des traités ont donné lieu à près de 1500 nouvelles signatures, ratifications, adhésions, accessions ou autres actions liées aux traités.  Pour de plus amples informations concernant la Cérémonie des traités 2010, veuillez consulter le site internet http://treaties.un.org.

 

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.