Conférence de presse de l’OIT et de la Banque centrale salvadorienne sur la mise en œuvre du Pacte mondial pour l’emploi

7 Juillet 2010
Conférence de presse

Conférence de presse de l’OIT et de la Banque centrale salvadorienne sur la mise en œuvre du Pacte mondial pour l’emploi

07/07/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DE L’OIT ET DE LA BANQUE CENTRALE SALVADORIENNE SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PACTE MONDIAL POUR L’EMPLOI

Le Directeur exécutif du Secteur de la protection sociale de l’Organisation internationale du Travail (OIT) et le Président de la Banque centrale d’El Salvador ont défendu aujourd’hui devant la presse, le « Pacte mondial pour l’emploi », une feuille de route, adoptée le 19 juin 2009 par la Conférence de l’OIT, pour surmonter les crises économique et financière grâce à la création d’emplois.

Pays pilote du Pacte mondial depuis mai 2010, El Salvador, a expliqué le Président de la Banque centrale salvadorienne, vit dans une situation où la chute des exportations et des envois de fonds a provoqué une baisse des recettes fiscales de 10%, aggravée par la perte de 40 000 emplois dans le secteur formel, soit 2% de la population active. 

El Salvador a mis en place un plan quinquennal anticrise 2009-2014 qui s’articule, grâce au concours de l’OIT, autour de la création d’emplois et de la protection sociale pour les 75% de Salvadoriens qui ne sont pas couverts aujourd’hui.

La nouveauté du plan quinquennal, a estimé le Président de la Banque centrale est que son exécution se fera dans le cadre du dialogue social.  Une autre nouveauté est que le plan bénéficie, outre l’OIT et l’ONU, de l’appui du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque mondiale et de la Banque interaméricaine de développement.

L’idée du Pacte est justement de dire que l’emploi n’est pas seulement une stratégie sociale mais qu’il est aussi un outil de la croissance économique, a souligné Assane Diop, Directeur exécutif à l’OIT.  Le Pacte vise à réduire le temps de battement entre relance économique et baisse du chômage.  En un mot, il répond aux deux agendas humain et économique.

Voyant là un lien direct avec la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), Assane Diop a prévenu qu’avec les millions de personnes qui entrent chaque année, sur le marché du travail, il faudra créer au moins 300 millions d’emplois d’ici à 2015 pour satisfaire la demande.

« Nous sommes condamnés à réussir parce qu’il n’y a pas d’autre alternative », a-t-il aussi prévenu.

Assane Diop et Carlos Acevedo intervenaient en marge de la table ronde que le Conseil économique et social (ECOSOC) a tenue ce matin sur les progrès sur la voie de l’application de l’Initiative pour une protection sociale minimale et du Pacte mondial pour l’emploi.

À ce jour, le Pacte compte plusieurs pays pilotes dont l’Argentine, le Brésil, l’Afrique du Sud et très bientôt l’Inde.  Pour rendre plus efficace la mise en œuvre du Pacte, l’OIT entend travailler plus étroitement avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), a confié le Directeur exécutif à l’OIT.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.