Conférence de presse du Secrétaire général sur la publication du rapport 2010 sur les Objectifs du Millénaire pour le développement

23 juin 2010
Conférence de presse

Conférence de presse du Secrétaire général sur la publication du rapport 2010 sur les Objectifs du Millénaire pour le développement

23/06/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SUR LA PUBLICATION DU RAPPORT 2010

SUR LES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

Le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, a présenté à la presse, ce matin, le rapport 2010 sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), publié aujourd’hui, lequel montre, malgré les différentes crises, certains progrès dans la réduction de la pauvreté.

M. Ban a en outre annoncé la création d’un Groupe de plaidoyer pour les OMD qui l’aidera à consolider la volonté politique et à mobiliser les actions pour faire du Sommet sur les OMD, du 20 au 22 septembre prochain, avant l’ouverture de la soixante-cinquième session de l’Assemblée générale, un moment décisif dans les efforts collectifs visant à réaliser les OMD d’ici à 2015.

Ce Groupe sera coprésidé par le Président du Rwanda, M. Paul Kagame, et le Premier Ministre de l’Espagne, M. José Luis Rodríguez Zapatero, a précisé le Secrétaire général, lors d’une conférence de presse au Siège des Nations Unies, à New York. 

Il comprendra 16 autres membres, dont l’ancienne Présidente du Chili, Mme Michelle Bachelet, le Conseiller spécial auprès du Secrétaire général pour les Objectifs du Millénaire pour le développement, M. Jeffrey Sachs, le Conseiller spécial des Nations Unies pour un financement novateur du développement, M. Philippe Douste-Blazy, l’ancien Président de l’Assemblée générale, M. Jan Eliasson, ou encore les hommes d’affaires Bill Gates et Ted Turner.

« Nous devons sortir du Sommet de septembre sur les OMD avec des plans nationaux concrets pour réaliser les Objectifs du Millénaire », a affirmé M. Ban, précisant que cette « coalition de super héros de la lutte contre la pauvreté pouvait aider » à cette entreprise.

Le Secrétaire général a indiqué que le Premier Ministre espagnol Zapatero accueillerait, le mois prochain à Madrid, la première réunion du Groupe, à laquelle il participera.  « En investissant dans la réalisation des OMD, nous investissons dans la croissance mondiale » et « en concentrant nos efforts sur les besoins des plus vulnérables, nous jetons les bases d’un avenir plus durable et prospère », a assuré M. Ban.

Le rapport 2010 sur les OMD, rédigé par le Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DAES), rassemble les dernières analyses  et données de 25 agences internationales et de l’ONU à travers le monde, sur les progrès accomplis dans chaque région en vue d’atteindre les cibles fixés d’ici à 2015.

« Malgré les crises financière, alimentaire et énergétique, le monde continue de réaliser des progrès pour réduire la pauvreté, même si c’est plus lentement », a déclaré le Secrétaire général.  Dans l’ensemble, le taux de pauvreté devrait baisser de 15% d’ici à 2015, a-t-il dit, ce qui signifie qu’« environ 920 millions de personnes vivront au–dessous du seuil de pauvreté », soit la moitié de celui de 1990.

Le Secrétaire général a expliqué que les réductions les plus marquées l’ont été en Asie, tandis que les progrès les plus importants ont été réalisés en matière d’accès à l’éducation primaire en Afrique subsaharienne, et que des avancées significatives ont été enregistrées dans les domaines de la santé infantile et de la parité entre les sexes en Amérique latine et les Caraïbes.

M. Ban a toutefois souligné que « les progrès ont été inégaux » et que, « dans certains domaines, nous revenons en arrière ».  « L’écart persiste entre les nantis et les démunis, entre les zones urbaines et les zones rurales, entre les hommes et les femmes », a-t-il affirmé.

Le Secrétaire général a observé que le dynamisme d’aujourd’hui provenait des économies émergentes.  « Plus que jamais, la croissance économique dépend des pays en développement », a-t-il ajouté, indiquant qu’il effectuait trois visites en Afrique ce mois-ci pour « souligner l’importance de réaliser les OMD pour tous ».

M. Ban a également indiqué qu’il délivrerait ce « message de développement humain » aux participants du Sommet du G-20, à la fin de cette semaine à Toronto.  « Nous devons accroître notre attention sur trois domaines: les priorités, la volonté politique et les partenariats », a-t-il dit.

La première tâche consistera, a-t-il estimé, à créer des emplois.  Aujourd’hui, 211 millions de personnes dans le monde sont sans emploi, soit un taux record, a-t-il dit, soulignant la nécessité de créer 470 millions d’emplois nouveaux au cours des 10 prochaines années « pour conserver le rythme voulu ».

Le Secrétaire général a également mis l’accent sur le besoin d’investir dans des « emplois verts » et d’offrir davantage de possibilités aux femmes et aux petits agriculteurs.  Il convient également, a-t-il poursuivi, de concentrer les efforts sur la sécurité alimentaire et le lancement d’une économie verte, moins polluante. 

« Il faut une volonté politique plus marquée », a également insisté M. Ban.  Il a indiqué qu’à Toronto, il demandera aux dirigeants du G-20 d’appuyer le plan d’action mondial en faveur de la santé maternelle et infantile. 

Selon le Secrétaire général, « la crise économique et financière a eu des répercussions sur la capacité des États Membres à atteindre les OMD ».  « Ceci ne doit pas servir d’excuse aux pays développés pour réduire leur engagement », a-t-il ajouté.  De la même façon, « les pays en développement ne devraient pas non plus en profiter pour réduire leur engagement à atteindre les OMD ».  « J’insisterai sur cette responsabilisation mutuelle », a affirmé M. Ban, évoquant le Sommet sur les OMD de septembre prochain.

Le Conseiller spécial auprès du Secrétaire général pour les Objectifs du Millénaire pour le développement, M. Jeffrey Sachs, s’est, quant à lui, interrogé sur la volonté des membres du G-8 à s’acquitter de leurs engagements.  Cette question ne figure pas dans leur projet de déclaration, comme s’ils ne souhaitaient pas en parler, a-t-il constaté.  « Ils doivent s’acquitter de leur engagement en faveur de l’Afrique, en particulier, et en faveur de l’aide au développement, en général », a-t-il estimé.  M. Sachs a affirmé en effet qu’« un certain nombre de personnes vont mourir tout simplement parce que des engagements n’ont pas été respectés » par les pays développés. 

Le Conseiller spécial a néanmoins salué le Premier Ministre du Royaume-Uni, M. David Cameron, qui, a-t-il dit, a procédé à des coupes budgétaires afin de réduire le déficit du pays sans pour autant avoir diminué l’aide destinée au développement.  « M. Cameron a montré aux autres pays que les mesures d’austérité ne doivent pas être prises au détriment des pays les plus pauvres », a-t-il souligné.  « C’est un bon exemple de responsabilité budgétaire. »

M. Sachs a, de même, évoqué la « différence criante » entre les 1 500 milliards de dépenses militaires dans le monde et le montant de l’aide accordée au développement.  « Le manque d’investissement pour le développement des zones les plus pauvres est une erreur tragique qui compromet la paix, notamment en Asie centrale et en Afrique », a-t-il affirmé.  « Le fait qu’on ne lutte pas contre la pauvreté signifie que les conflits augmentent et que la pauvreté s’aggrave », a ajouté M. Sachs.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.