Conférence de presse du Représentant permanent du Mexique et Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, M. Claude Heller

2 juin 2010
Conférence de presse

Conférence de presse du Représentant permanent du Mexique et Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, M. Claude Heller

02/06/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU REPRÉSENTANT PERMANENT DU MEXIQUE ET PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ POUR LE MOIS DE JUIN, M. CLAUDE HELLER

Le Représentant permanent du Mexique auprès des Nations Unies, M. Claude Heller, a dévoilé, cet après-midi, le programme de travail mensuel « très chargé » du Conseil de sécurité, marqué notamment par deux débats thématiques, l’un sur « les enfants et les conflits armés », l’autre sur « la justice et l’état de droit ».

Le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin est également longuement revenu, lors de sa conférence de presse au Siège des Nations Unies, à New York, sur l’assaut israélien mené lundi contre une flottille humanitaire se dirigeant vers Gaza, ainsi que sur les tensions dans la péninsule coréenne.

Ces deux sujets, de même que la question du programme nucléaire iranien, s’ils ne figurent pas à l’ordre du jour du Conseil de sécurité, pourront faire l’objet de réunions, a souligné M. Heller.

Le suivi de la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité, du 1er juin, appelant à engager une enquête « transparente, crédible, impartiale et rapide » sur le raid israélien contre la flottille d’aide humanitaire pour Gaza, sera certainement évoqué lors de la réunion mensuelle sur le Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, qui doit se tenir le 15 juin, a estimé l’Ambassadeur Heller.

La nature de l’enquête devrait donner lieu à des négociations, a dit le Président du Conseil de sécurité, précisant que la conduite de celle-ci n’avait pas encore été discutée.  En réponse à de nombreuses questions, il a affirmé que ces questions devraient être traitées lors de consultations et dans le cadre d’un processus politique incluant toutes les parties intéressées et le Secrétaire général.

S’agissant du programme de travail, tel qu’adopté ce matin par le Conseil de sécurité, un premier débat thématique aura lieu le 16 juin sur les enfants et les conflits armés, a indiqué M. Heller, dont le pays a présidé le Groupe de travail, lors de l’adoption, en août 2009, de la résolution 1882 octroyant aux Nations Unies davantage de latitude pour agir sur cette question.

Le débat sera présidé par la Ministre mexicaine des affaires étrangères, Mme Patricia Espinosa, et devrait aboutir à l’adoption d’une déclaration présidentielle.  Le neuvième rapport annuel du Secrétaire général sera présenté par sa Représentante spéciale sur la question, Mme Radhika Coomaraswamy.

Le 29 juin, le Conseil de sécurité tiendra un deuxième débat sur le thème de la justice et de l’état de droit, un sujet sur lequel ont également ardemment œuvré, à l’Assemblée générale, le Mexique, l’Autriche et le Liechtenstein.  Les discussions devraient se concentrer, a-t-il dit, sur les situations pendant et après les conflits, la justice internationale et la lutte contre l’impunité, ainsi que sur l’efficacité et la crédibilité des régimes de sanctions.

Le Soudan occupera une place importante à l’ordre du jour du Conseil de sécurité en juin.  Le Conseil entendra, le 14 juin, des exposés du Médiateur en chef conjoint Union africaine-ONU pour le Darfour, M. Djibril Bassolé, et de l’ancien Président sud-africain, M. Thabo Mbeki, qui a dirigé le Groupe de haut niveau de l’Union africaine sur le Darfour.  Les chefs des deux opérations au Soudan, MM. Haile Menkerios et Ibrahim Gambari, participeront également à cette réunion.

Auparavant, lors de consultations, le 3 juin, un bilan de la situation humanitaire au Tchad et au Soudan aura été faitpar le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), tandis que le 10 juin, une présentation des activités du Comité 1591 des sanctions contre le Soudan aura été effectuée par son Président, le Représentant permanent de l’Autriche auprès de l’ONU, M. Thomas Mayr-Harting.

Enfin, le 11 juin, le Procureur de la Cour pénale internationale, M. Luis Moreno Ocampo, présentera un exposé sur le Soudan lors d’une réunion publique qui sera suivie de consultations sur le même sujet.

Des réunions sont par ailleurs prévues pour renouveler les mandats, le 14 juin, de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP), et, le 30 juin, de la Force des Nations Unies chargée d'observer le dégagement (FNUOD) et de l’Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI).

Des consultations devraient également avoir lieu en vue de réexaminer la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), après les réajustements effectués au lendemain du tremblement de terre du 12 janvier.

L’Afghanistan, où une délégation du Conseil se rendra, constituera un autre dossier important du programme de travail du Conseil.  Les « termes de référence » de cette nouvelle visite dans le pays, la deuxième depuis 2008, et que dirigera la Turquie, font actuellement l’objet de « négociations au niveau des experts », a précisé M. Heller.  Un débat sur l’Afghanistan se déroulera en outre le 30 juin.

Concernant la question de la non-prolifération, plus particulièrement du programme nucléaire iranien, le texte du projet d’une nouvelle résolution présenté par les États-Unis est actuellement examiné au niveau des experts.  Plusieurs séries de consultations ont déjà eu lieu, a ajouté M. Heller.  En outre, le Conseil se réunira le 28 juin pour entendre un exposé du Président du Comité créé en vertu de la résolution 1737 concernant les sanctions contre l’Iran, le Représentant permanent du Japon auprès de l’ONU, M. Yukio Takasu.

Un débat aura également lieu le 18 juin sur les stratégies d’achèvement du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) et du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), après la présentation des exposés des Présidents et des Procureurs des deux juridictions.

Ce matin, le Conseil de sécurité, a rappelé M. Heller, a fixé au 9 septembre 2010 la date de l’élection d’un juge à la Cour internationale de Justice (CIJ) pour pourvoir, jusqu’au 5 février 2015, le siège du juge Thomas Buergenthal (États-Unis), devenu vacant après sa démission.

De même, le 29 juin, juste avant le débat sur la justice et l’état de droit, le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale procéderont simultanément à l’élection d’un juge à la CIJ pour occuper, jusqu’au 5 juin 2012, un siège laissé vacant après la démission du juge Shi Jiuyong (Chine).

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.