Conférence de presse du Président du Guatemala, M. Àlvaro Colom Caballeros

17 février 2010
Conférence de presse

Conférence de presse du Président du Guatemala, M. Àlvaro Colom Caballeros

17/02/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU GUATEMALA, M. ÁLVARO COLOM CABALLEROS


Le Président de la République du Guatemala, M. Álvaro Colom Caballeros, a estimé cet après-midi que la Commission internationale contre l’impunité dans son pays enregistrait des progrès. 


« Même si nous savons que la route est longue, les résultats de la lutte contre l’impunité sont manifestes », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse au Siège des Nations Unies, à New York.


« Nous avons besoin d’une véritable justice pour avoir une paix véritable », a souligné M. Caballeros, qui venait de rencontrer le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon.  Lors de cet entretien, les deux hommes ont procédé à une évaluation des travaux et des résultats de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG). 


« Dans de nombreux cas, nous brisons les vieux tabous de l’impunité », a-t-il dit, exprimant sa détermination à vaincre définitivement celle-ci.  « Je veux que l’impunité cesse au Guatemala », a-t-il insisté. 


Le Président du Guatemala a précisé qu’il achèverait demain sa visite aux États-Unis en se rendant à Washington D.C., où il doit rencontrer la Secrétaire d’État américaine, Mme Hillary Clinton.

La CICIG a été établie en décembre 2006, conformément à un accord entre les Nations Unies et le Gouvernement du Guatemala, pour aider ce pays à identifier et à démanteler les groupes armés illégaux et les services de sécurité clandestins qui seraient responsables non seulement de la criminalité organisée au Guatemala, mais aussi de la paralysie du système judiciaire par des infiltrations dans les institutions étatiques.

Basée à Guatemala, cette Commission, qui dispose d'un mandat de deux ans, renouvelable à la demande du Gouvernement, est dirigée par le juge espagnol Carlos Castresana Fernández, qui a été désigné à ce poste par le Secrétaire général de l'ONU.


Le Président Caballeros a indiqué que des résultats avaient été obtenus dans l’enquête sur l’assassinat de l’avocat Rodrigo Rosenberg, tué le 10 mai 2009, ou dans les investigations menées contre l’ancien Président Alfonso Portillo, accusé de détournement de fonds. 


« Cela montre que le Guatemala est en train de briser un tabou », a-t-il dit, ajoutant que des anciens fonctionnaires avaient été arrêtés et emprisonnés.  Il s’est également félicité de l’aboutissement de l’enquête sur l’assassinat de 14 ressortissants nicaraguayens dans un bus.


Le Chef de l’État guatémaltèque a assuré que son pays soutenait la CICIG qui, a-t-il précisé, « a débuté avec ma présidence ».  « En tant que Président de la République guatémaltèque, je peux me montrer satisfait », a-t-il dit.  « J’aimerais que cela aille plus vite, mais ça avance », a-t-il assuré.


M. Caballeros a également mis l’accent sur la nécessité, pour remporter le combat contre l’impunité, de « respecter la séparation des pouvoirs ».


Le Président du Guatemala s’est par ailleurs réjoui de l’importance de la coopération entre son pays et les États-Unis qui, a-t-il dit, fournissent au Guatemala un précieux soutien financier et technique.  « Lorsque j’ai pris mes fonctions, nous avons développé la coordination avec les États-Unis dans de nombreux domaines », a-t-il indiqué, rappelant son engagement à combattre le trafic de drogue et la criminalité organisée.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.