Conférence de presse conjointe OCHA-PNUD sur la situation en Haïti

26 janvier 2010
Conférence de presse

Conférence de presse conjointe OCHA-PNUD sur la situation en Haïti

26/01/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE CONJOINTE OCHA-PNUD SUR LA SITUATION EN HAÏTI

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, M. John Holmes, et l’Administrateur assistant et Directeur du Bureau de la prévention des crises et du relèvement du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), M. Jordan Ryan, ont dressé devant la presse, cet après-midi, au Siège des Nations Unies à New York, un bilan positif de la Conférence de haut niveau des donateurs sur Haïti, pays dévasté par un tremblement de terre le 12 janvier.

De retour de Montréal, où s’est déroulée hier la Conférence, les deux hommes ont souligné que ses participants avaient convenu que la planification d’une reconstruction à long terme d’Haïti devait débuter, alors même que se poursuit l’aide d’urgence.

Les « messages récurrents » entendus à Montréal étaient, selon M. Ryan: « oui, nous devons prêter attention à l’urgence immédiate, mais nous devrions saisir maintenant l’occasion de commencer les plans pour la reconstruction à long terme ». 

M. Holmes a indiqué que l’accent de la réunion avait été mis sur l’autonomisation des Haïtiens, l’emploi pour obtenir des liquidités et la planification de la prochaine étape de reconstruction et de redressement.  Un accord a été trouvé sur un processus visant à organiser une autre conférence des donateurs à la fin du mois de mars, qui sera accueillie par les États-Unis, au Siège des Nations Unies à New York, a-t-il ajouté.

MM. Holmes et Ryan ont constaté une large participation internationale à la Conférence de Montréal, avec des responsables de haut niveau des États-Unis, du Canada, de l’Espagne, de la France, du Japon, du Brésil, du Pérou, de l’Argentine, du Chili, du Mexique, et un large soutien de l’Amérique latine et des Caraïbes, y compris de l’Organisation des États américains (OEA) et de la Communauté des Caraïbes (CARICOM).  La diaspora haïtienne était également bien représentée, ainsi que les organisations non gouvernementales (ONG) cruciales, d’importantes institutions financières internationales et l’Union européenne, ont-ils affirmé.

M. Holmes a, de même, établi un bilan de la situation sur le terrain, annonçant que le nombre des morts parmi le personnel des Nations Unies s’élevait à 82 et celui des disparus avait été ramené à 45.   Les opérations de recherche et de sauvetage se réduisent par rapport au pic d’activité qui a mobilisé dans le pays 67 équipes, pour un total d’environ 2 000 secouristes.

Selon le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, il est encore impossible d’avoir une estimation précise du nombre total des décès parmi la population.  M. Holmes a ajouté que 30% des bâtiments de Port-au-Prince avaient été détruits ou endommagés, et que nombre d’autres encore debout demeurent néanmoins fragilisés et peu sûrs.

« Nous faisons des progrès mais nous sommes conscients qu’il reste beaucoup à faire pour satisfaire tous les besoins de base », a-t-il déclaré.  Il a affirmé que la situation s’améliorait concernant la distribution d’eau potable, même si de nombreuses personnes n’y ont toujours pas accès.  Le risque d’épidémies est pour l’instant écarté, a-t-il également précisé.

M. Holmes a souligné que le Programme alimentaire mondial (PAM) avait distribué jusqu’ici 10 millions de rations, mais que « beaucoup, beaucoup de gens encore n’en bénéficient pas ».  Des millions d’autres rations vont être fournies au cours des semaines suivantes, qui précèderont l’installation de cuisines.

Les interventions médicales d’urgence commencent elles aussi à diminuer pour céder la place à des soins postopératoires.  Des besoins en matière de médicaments et de lieux de convalescence se font de plus en plus sentir, a-t-il dit, mettant en outre l’accent sur le grand nombre de personnes amputées ou souffrant de problèmes psychologiques.

En matière de logement, outre les bâches déjà fournies, 40 000 tentes sont en cours d’acheminement, les besoins étant estimés à 200 000 tentes pour un million de sans-abri.  L’emplacement et la gestion des camps ont été examinés aujourd’hui, a poursuivi M. Holmes.  Enfin, sur le plan de la sécurité, « la situation générale est calme, malgré quelques problèmes », a-t-il souligné. 

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.