Conseil de sécurité: le Chef de l’ONUCI, M. Choi Young-Jin, estime que l’impasse politique en Côte d’Ivoire est « peu encourageante »

3 juin 2010
CS/9942

Conseil de sécurité: le Chef de l’ONUCI, M. Choi Young-Jin, estime que l’impasse politique en Côte d’Ivoire est « peu encourageante »

03/06/2010
Conseil de sécurité
CS/9942
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

6329e séance – matin

CONSEIL DE SÉCURITÉ: LE CHEF DE L’ONUCI, M. CHOI YOUNG-JIN, ESTIME QUE L’IMPASSE POLITIQUE EN CÔTE D’IVOIRE EST « PEU ENCOURAGEANTE »

Le Représentant du Secrétaire général et Chef de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), M. Choi Young-Jin, a estimé, ce matin, devant le Conseil de sécurité, que l’impasse politique dans le pays, qui résulte de l’arrêt brutal du processus électoral et des violences qui ont suivi, n’était « guère encourageante », recommandant ainsi le maintien, jusqu’à la fin de l’année, des effectifs des composantes militaire et de police de la Mission.

M. Choi, qui présentait le rapport du Secrétaire général sur l’ONUCI*, a souligné que la réunification et les élections, les deux dynamiques du processus de paix en Côte d’Ivoire, avaient abouti à une « impasse politique aussi complexe que délicate ».

La raison de cette impasse tient au fait que « les trois principaux protagonistes de la crise ivoirienne sont aujourd’hui préoccupés par leurs propres intérêts: le camp présidentiel veut la réunification avant les élections; l’opposition veut les élections avant la réunification; et les Forces nouvelles veulent l’identification avant la réunification », a-t-il expliqué, ajoutant qu’« en raison de leurs ambiguïtés », l’Accord politique de Ouagadougou leur permet de revendiquer la légitimité de leur position.

« Cette impasse politique n’est guère encourageante », a-t-il déclaré.  Les événements de février et mars 2010 ont démontré, a-t-il fait remarquer, que « l’échec constant à organiser des élections en Côte d’Ivoire et à concrétiser la réunification du pays contribue à exacerber les tensions et à entraver la normalisation constitutionnelle, politique, économique et sociale ».

Le Représentant spécial a fait état, dans son exposé, des résultats de la mission d’évaluation technique qui s’est rendue en Côte d’Ivoire en avril dernier en vue de formuler des options pour l’avenir de l’ONUCI.  Quatre options ont été envisagées, a-t-il dit, citant le renforcement du mandat de l’ONUCI pour organiser les élections, le retrait de la Mission, le maintien du statu quo et la rationalisation du mandat et la configuration de l’ONUCI.

Dans cette situation « complexe et délicate », a poursuivi M. Choi, il est recommandé, comme l’indique le vingt-quatrième rapport du Secrétaire général, de « maintenir à leur niveau actuel les effectifs des composantes militaire et de police de l’ONUCI jusqu’à la fin de 2010 ».

Si cette recommandation est approuvée par le Conseil de sécurité, le Secrétariat examinera les progrès accomplis dans le processus de paix et soumettra de nouvelles recommandations sur l’avenir de l’ONUCI avant la fin de l’année, a ajouté le Chef de l’ONUCI.

* S/2010/245

LA SITUATION EN CÔTE D’IVOIRE

Rapport du Secrétaire général sur l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) ( S/2010/245 )

Le Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, rend compte, dans ce rapport, des principaux événements survenus dans le pays depuis son précédent rapport du 7 janvier 2010 et présente les options, recommandations et critères que le Conseil de sécurité lui avait demandés.

Il recommande de maintenir à leur niveau actuel les effectifs des composantes militaire et de police de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) jusqu’à la fin de 2010, afin de permettre au pays de couvrir le dernier kilomètre de la course aux élections avec le plein appui des Nations Unies.

Il est clair, écrit M. Ban, que le pays demeure une poudrière susceptible de prendre feu à tout moment si les causes profondes du conflit ne sont pas traitées.  Le bien-être de la population continue à se dégrader en raison de l’aggravation de la pauvreté, du manque criant d’emplois et des difficultés d’accès aux services sociaux de base, ce qui pourrait provoquer des troubles civils.

Le Secrétaire général se déclare très déçu par l’arrêt brutal du processus électoral en janvier dernier et les violences qui ont suivi en février.  Ces événements, affirme-t-il, ont constitué un grave revers pour le processus de paix ivoirien.  Il lance un appel à toutes les parties ivoiriennes pour qu’elles évitent de prendre des mesures qui risqueraient d’annuler les progrès importants accomplis à ce jour et de plonger le pays encore une fois dans la violence et l’instabilité.

Tout démantèlement du cadre de Ouagadougou serait extrêmement inquiétant, estime M. Ban.  Toute suggestion de mettre de côté les accords de Ouagadougou équivaudrait, selon lui, à déplacer les buts à la dernière minute et prolongerait inutilement la crise et les souffrances du peuple ivoirien.

Le Secrétaire général considère que les événements de février et mars 2010 ont montré que le report constant des élections en Côte d’Ivoire constituait une source potentielle de conflit dans la mesure où il contribuait à exacerber les tensions et à entraver la normalisation constitutionnelle, politique, économique et sociale.  Les dirigeants politiques ivoiriens devraient, par conséquent, trouver le courage de mettre de côté leurs ambitions partisanes et personnelles étroites pour donner la priorité à l’intérêt national et engager un dialogue sincère, sous les auspices du Facilitateur, pour résoudre leurs différends.

Le Secrétaire général constate que l’appui continu de la communauté internationale sera nécessaire au-delà des élections pour aider la Côte d’Ivoire à poursuivre le processus de paix et à remédier aux causes profondes de la crise.

Il affirme qu’il examinera les progrès accomplis dans le processus de paix et soumettra de nouvelles recommandations sur l’avenir de l’ONUCI avant la fin de l’année, si sa recommandation est approuvée par le Conseil de sécurité.

Au cas où le Conseil de sécurité approuverait la prolongation du déploiement de l’ONUCI jusqu’à la fin de cette année, il recommande que le mandat de la Mission soit modifié pour tenir compte des nouvelles réalités et orienté sur l’assistance aux parties pour l’exécution des tâches qui restent à accomplir concernant le désarmement et tous les aspects de la réunification du pays, ainsi que les élections.  En même temps, ajoute-t-il, il est essentiel que l’ONUCI appuie des tâches importantes liées à la consolidation de la paix.

Il recommande en outre que l’ONUCI et le système des Nations Unies jouent un rôle plus actif pour appuyer la restauration effective de l’autorité de l’État, y compris des fonctions qui lui incombent.

Dans ce rapport, M. Ban présente, à la demande du Conseil de sécurité, des recommandations détaillées et des options concernant l’avenir de l’ONUCI ainsi que des critères révisés sur la base des conclusions d’une mission d’évaluation technique.

La mission d’évaluation technique a examiné les options identifiées par le Représentant spécial du Secrétaire général concernant la reconfiguration de l’ONUCI.  Ces options sont les suivantes: renforcer le mandat de l’ONUCI pour organiser les élections; maintenir le statu quo; rationaliser le mandat et la configuration de l’ONUCI; retirer la Mission.  Sur la base de ses conclusions, la mission d’évaluation technique a mis l’accent sur la troisième option.

À cet égard, les tâches qu’il est recommandé à l’ONUCI d’accomplir, iraient dans le sens d’une rationalisation de son mandat.  Les effectifs combinés du personnel en uniforme de la Mission seraient maintenus jusqu’à la fin de 2010.  En ce qui concerne la reconfiguration, la mission d’évaluation technique a étudié deux options.  La première consisterait à ajuster le déploiement actuel des troupes de façon à accroître les concentrations de troupes dans les zones considérées comme à haut risque.  Au titre de la seconde option, l’ONUCI augmenterait ses troupes dans certaines zones de déploiement à haut risque et à proximité des sites de cantonnement, tout en restant présente, à des fins d’observation, dans d’autres zones.

Après mûre réflexion, le Secrétaire général recommande que le Conseil de sécurité approuve la première option maintenant la force autorisée totale combinée à 8 650 hommes, dont 7 392 pour la composante militaire (7 200 soldats et 192 observateurs militaires); 1 250 pour la force de police globale, composée de 450 membres de la police et de 6 unités de police constituées pour un total de 800 hommes; et 8 douaniers détachés.  Cette option a l’avantage, écrit-il, de pouvoir être mise en œuvre rapidement, de répondre à la menace de troubles civils et de renforcer les troupes de réserve dans les secteurs sensibles.

Le risque de troubles civils avant, pendant et après les élections demeure bien réel.  C’est pourquoi, le Secrétaire général réitère sa recommandation tendant à ce que l’ONUCI soit renforcée pour une période d’au moins trois mois avant et trois mois après les élections.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.