Le Conseil de sécurité proroge le mandat de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) jusqu’au 26 mai 2010

12 mai 2010
CS/9926

Le Conseil de sécurité proroge le mandat de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) jusqu’au 26 mai 2010

12/05/2010
Conseil de sécurité
CS/9926
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

6312e séance – matin

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ PROROGE LE MANDAT DE LA MISSION DES NATIONS UNIES EN

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE ET AU TCHAD (MINURCAT) JUSQU’AU 26 MAI 2010

Le Conseil de sécurité, estimant que la situation dans la région demeure une menace contre la paix et la sécurité internationales, a décidé, ce matin, de proroger jusqu’au 26 mai 2010 le mandat de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT).  

Dans le préambule de la résolution 1922 (2010), adoptée à l’unanimité de ses 15 membres, le Conseil de sécurité considère que les recommandations relatives à la révision du mandat de la MINURCAT, que le Secrétaire général a faites dans son rapport du 29 avril 2010 (S/2010/217) , doivent être soigneusement examinées.

Le Conseil de sécurité a également décidé de rester activement saisi de la question. 

LA SITUATION AU TCHAD, EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE ET DANS LA SOUS-RÉGION

Texte du projet de résolution S/2010/237

Le Conseil de sécurité,

Rappelant ses résolutions et les déclarations de son président concernant le Tchad, la République centrafricaine et la sous-région, dont ses résolutions 1769 (2007), 1778 (2007), 1834 (2008), 1861 (2009) et 1913 (2010),

Considérant que les recommandations relatives à la révision du mandat de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) que le Secrétaire général a faites dans son rapport du 29 avril 2010 (S/2010/217) doivent être soigneusement examinées,

Estimant que la situation qui règne dans la région demeure une menace contre la paix et la sécurité internationales,

Décide de proroger jusqu’au 26 mai 2010 le mandat de la MINURCAT, tel qu’il l’a énoncé dans sa résolution 1861 (2009) et reconduit par sa résolution 1913 (2010);

Décide de rester activement saisi de la question.

Rapport du Secrétaire général sur la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (S/2010/217)

      Le Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, qui fait état, dans ce rapport, des faits nouveaux intervenus dans l’exécution du mandat de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) depuis son dernier rapport, en date du 14 octobre 2009 (S/2009/535), recommande au Conseil de sécurité d’approuver un mandat révisé de la Mission d’une durée d’un an.

M. Ban rappelle que le Conseil de sécurité a autorisé, par sa résolution 1861 (2009), le déploiement d’une composante militaire de la MINURCAT et lui a donné mandat d’aider à créer des conditions favorables au retour librement consenti, sécurisé et durable des réfugiés et des personnes déplacées, de faciliter l’acheminement de l’assistance humanitaire dans l’est du Tchad et le nord-est de la République centrafricaine, et d’aider à créer des conditions favorables à la reconstruction et au développement économique et social de ces régions.

M. Ban précise que le nouveau mandat proposé, fruit du dernier cycle de discussions entre l’ONU et le Gouvernement tchadien, vise à consolider et préserver les progrès évoqués dans ce rapport, tout en facilitant un retrait progressif et par étapes de la composante militaire de la MINURCAT.

Le Secrétaire général souligne que le principal point de divergence entre l’Organisation des Nations Unies et les autorités tchadiennes est la volonté de ces dernières de décider qu’à l’expiration du mandat de la MINURCAT, le 15 mai 2010, elles assumeront la responsabilité première de la sécurité et de protection des civils et que, par conséquent, elles ne voyaient pas la raison de proroger le mandat de la composante militaire de la Mission.

Toutefois, M. Ban prend note de l’amélioration sensible des relations entre le Tchad et le Soudan.  Les deux Gouvernements ont signé un accord de normalisation de leurs relations à N’Djamena, le 15 janvier 2010.  Ils ont convenu de mettre un terme à toute action hostile de groupes rebelles contre leurs territoires respectifs et d’œuvrer au désarmement de ces groupes.  Le Secrétaire général félicite le Président tchadien, M. Idriss Deby, et le Président soudanais, M. Omar Al-Bashir de ces évolutions favorables et les encourage à persévérer dans ce sens. 

Le Secrétaire général n’oublie pas que le Tchad est situé dans une région qui reste fragile malgré quelques évolutions favorables.  L’instabilité persistante de la partie du nord-est de la République centrafricaine limitrophe du Tchad et du Soudan suscite une inquiétude particulière, ajoute-t-il. 

Lorsque le Conseil de sécurité débattra de l’avenir de la Mission, a-t-il dit, il devrait réfléchir en particulier au maintien éventuel d’une présence de la MINURCAT dans cette région, compte tenu des vues des autorités centrafricaines telles qu’elles sont exprimées dans ce rapport.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.