Les enfants doivent pouvoir avoir accès à l’Internet « sans craindre d’être la proie de prédateurs sans scrupules », plaide Ban Ki-moon

14 mai 2009
SG/SM/12246-OBV/786-PI/1884

Les enfants doivent pouvoir avoir accès à l’Internet « sans craindre d’être la proie de prédateurs sans scrupules », plaide Ban Ki-moon

14/05/2009
Secrétaire général
SG/SM/12246
OBV/786
PI/1884
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LES ENFANTS DOIVENT POUVOIR AVOIR ACCÈS À L’INTERNET « SANS CRAINDRE D’ÊTRE LA PROIE DE PRÉDATEURS SANS SCRUPULES », PLAIDE BAN KI-MOON


On trouvera ci-après le message du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information, le 17 mai:


La Journée mondiale des télécommunications et de la Société de l’information, qui marque l’anniversaire de la création, le 17 mai 1865, de l’Union internationale des télécommunications, est l’occasion pour nous de rendre hommage à ce que cet organisme a fait pour relier entre eux les habitants des différentes régions de la planète.


Au cours des deux dernières décennies, l’Internet est devenu une ressource mondiale à nulle autre pareille, qui englobe les mondes du savoir et des loisirs.  Avec aujourd’hui plus de 600 millions d’utilisateurs en Asie, 130 millions en Amérique latine et dans les Caraïbes et 50 millions en Afrique, c’est un moyen de communication qui ne cesse de se développer.  Il est le pivot de nos sociétés de plus en plus interdépendantes et connectées, il stimule l’économie mondiale, il encourage les échanges et le commerce, et il contribue à l’amélioration des soins de santé, de la production alimentaire et de l’éducation.  Ces progrès fantastiques rendent encore plus pressante la nécessité de protéger ses systèmes et infrastructures vitaux contre la cybercriminalité.


La manifestation de cette année a pour thème « La protection des enfants dans le cyberespace ».  Les enfants et les jeunes comptent parmi ceux qui utilisent le plus l’Internet et les appareils mobiles.  Ils naviguent sur le Web pour se renseigner, se distraire ou se constituer des réseaux sociaux, et c’est alors qu’ils sont le plus vulnérables. Sans protection, ce bien si précieux qu’est leur vie même est en grand danger dans le monde cruel des cybercriminels et des pédophiles qui s’attaquent à des proies faciles.


La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant reconnaît le droit à l’éducation et à l’information, ainsi que le droit de jouer et de se livrer à des activités récréatives.  Elle accorde aussi à l’enfant une protection contre toutes les formes d’exploitation et d’incitation à la commission d’actes illicites quels qu’ils soient.  Nous avons le devoir de veiller à ce que ses dispositions soient strictement appliquées, de sorte que les enfants puissent avoir accès en toute sécurité à Internet et à d’autres ressources en ligne, sans craindre d’être la proie de prédateurs sans scrupules.


Le monde virtuel offre des possibilités exaltantes qui peuvent aider à éduquer les enfants et à les aider à devenir des adultes créatifs et productifs. Néanmoins, nous devons prendre garde aux pièges qui pourraient les marquer à vie.  J’engage les décideurs et les chefs d’entreprise à trouver les moyens de faire du monde virtuel, qui est en pleine évolution, un univers sans danger pour chacun de nous.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.