Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur l’attentat à la bombe perpétré à Kaboul

8 octobre 2009
SC/9763-AFG/340

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur l’attentat à la bombe perpétré à Kaboul

08/10/2009
Conseil de sécurité
SC/9763
AFG/340
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE FAITE PAR LE CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR L’ATTENTAT À LA BOMBE PERPÉTRÉ À KABOUL


On trouvera ci-après le texte de la déclaration faite à la presse, le 8 octobre, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’octobre, M. Le Luong Minh (Viet Nam), concernant de l’Afghanistan:


Les membres du Conseil de sécurité ont condamné dans les termes les plus énergiques l’attentat-suicide perpétré à l’extérieur de l’ambassade de l’Inde, à Kaboul, le 8 octobre 2009, qui a fait de nombreux morts et blessés, y compris parmi les civils afghans et le personnel de sécurité de l’ambassade.  Ils ont exprimé leurs condoléances aux familles des victimes, ainsi qu’aux peuples et aux Gouvernements afghans et indiens.


Les membres du Conseil ont déploré qu’il s’agisse du deuxième attentat en deux ans commis contre l’ambassade de l’Inde à Kaboul et rappelé la déclaration à la presse SC/9386, en date du 7 juillet 2008, dans laquelle le Conseil avait condamné le premier attentat.


Les membres du Conseil ont noté que les Taliban avaient revendiqué les attentats.  Ils ont souligné qu’il fallait traduire en justice les auteurs, les organisateurs, les bailleurs de fonds et les commanditaires de cet acte terroriste répréhensible, et prié instamment tous les États, conformément aux obligations que leur imposent le droit international et les résolutions du Conseil de sécurité sur la question, de coopérer activement avec les autorités afghanes à cette fin.


Les membres du Conseil ont redit qu’ils étaient très préoccupés par les menaces que les Taliban, Al-Qaida et des groupes armés illégaux faisaient peser sur la population locale, les forces de sécurité nationales, les forces militaires internationales et l’aide internationale en Afghanistan.


Les membres du Conseil ont réaffirmé qu’il fallait, conformément à la Charte des Nations Unies, lutter par tous les moyens contre les menaces que les actes de terrorisme faisaient peser sur la paix et la sécurité.  Ils ont rappelé aux États qu’ils devaient veiller à ce que les mesures qu’ils prenaient pour lutter contre le terrorisme étaient conformes aux obligations que leur imposait le droit international, en particulier le droit international des droits de l’homme, le droit international des réfugiés et le droit international humanitaire.


Les membres du Conseil ont rappelé qu’ils étaient déterminés à lutter contre toutes les formes de terrorisme, conformément aux responsabilités que leur conférait la Charte des Nations Unies.


Les membres du Conseil ont réaffirmé que nul acte de terrorisme ne pouvait faire reculer la paix, la démocratie et la reconstruction en Afghanistan, soutenues par le peuple et le Gouvernement afghans ainsi que la communauté internationale.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.