Déclaration à la presse du Conseil de sécurité sur le Sri Lanka

13 mai 2009
SC/9659

Déclaration à la presse du Conseil de sécurité sur le Sri Lanka

13/05/2009
Conseil de sécurité
SC/9659
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LE SRI LANKA


On trouvera ci-après le texte de la déclaration faite à la presse par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de mai, M. Vitaly Churkin (Fédération de Russie), sur le Sri Lanka: 


Les membres du Conseil de sécurité:


Se déclarent profondément préoccupés par l’aggravation de la crise humanitaire dans le nord-est de Sri Lanka, en particulier par les centaines de victimes civiles dont il a été fait état ces derniers jours, et demandent à toutes les parties d’agir d’urgence pour assurer la sécurité des civils;


Condamnent vigoureusement les Tigres de libération de l’Eelam tamoul, qui commettent des actes de terrorisme depuis de longues années et qui se servent de civils comme boucliers humains, et reconnaissent au Gouvernement sri-lankais le droit légitime de lutter contre le terrorisme;


Exigent que les Tigres de libération de l’Eelam tamoul déposent les armes et permettent aux dizaines de milliers de civils se trouvant encore dans la zone du conflit de la quitter;


Se déclarent profondément préoccupés par les informations selon lesquelles des armes de gros calibre continuent d’être utilisées dans des secteurs où se trouvent concentrés de nombreux civils, et attendent du Gouvernement sri-lankais qu’il honore l’engagement qu’il a pris en la matière;


Exigent de toutes les parties qu’elles honorent les obligations que leur impose le droit international humanitaire;


Demandent au Gouvernement sri-lankais de prendre les mesures encore nécessaires pour faciliter l’évacuation des civils pris au piège et l’acheminement de l’aide humanitaire dont ils ont besoin de toute urgence;


Prennent note des mesures prises par le Gouvernement sri-lankais face à la situation humanitaire des déplacés, et lui demandent d’assurer la sécurité des personnes déplacées par le conflit et de coopérer avec les organismes des Nations Unies, le Comité international de la Croix-Rouge et les autres organisations humanitaires internationales qui offrent des secours humanitaires et qui doivent pouvoir toucher ces personnes dès qu’elles quittent la zone du conflit;


Réaffirment qu’ils voient d’un bon œil l’action menée personnellement par le Secrétaire général, et demandent instamment au Gouvernement sri-lankais d’offrir une coopération sans réserve à l’Organisation des Nations Unies en vue du règlement de la crise humanitaire;


Sachant qu’il faut trouver une solution à long terme à l’abri de la menace de la violence, soulignent la nécessité de s’efforcer de répondre aux besoins de toutes les communautés de Sri Lanka.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.