Conférence de presse du Président de la Commission de consolidation de la paix sur le don de Yoko Ono au Fonds pour la consolidation de la paix

3 November 2009
Conférence de presse

Conférence de presse du Président de la Commission de consolidation de la paix sur le don de Yoko Ono au Fonds pour la consolidation de la paix

03/11/2009
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DE CONSOLIDATION DE LA PAIX SUR LE DON DE YOKO ONO AU FONDS POUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX

Le Représentant permanent du Chili et Président de le Commission de consolidation de la paix (CCP), Heraldo Muñoz, a annoncé ce matin lors d’une conférence de presse au Siège de l’ONU, à New York, que Yoko Ono avait offert de verser le produit de la vente de la chanson « Give Peace a Chance »* au Fonds pour la consolidation de la paix.

M. Muñoz a expliqué que « Give Peace a Chance » serait téléchargeable dès aujourd’hui et en exclusivité sur le site commercial d’Apple.  Le produit de la vente ira directement au Fonds, et ce jusqu’au 31 décembre 2009, a-t-il précisé. 

La version que les gens pourront acheter a été enregistrée récemment par le Plastic Ono Band, le groupe de Yoko Ono, pour marquer le quarantième anniversaire de la sortie de l’originale, coécrite en 1969 par elle-même et John Lennon, en signe de protestation contre la guerre du Viet Nam. 

Le Président de la CCP a rendu un hommage appuyé à Yoko Ono, « une amie personnelle mais surtout une amie de longue date de la paix dans le monde et des Nations Unies ».  Il a indiqué que ce don « dont il est difficile d’anticiper le montant », résultait de la volonté de la Commission de frapper à d’autres portes qu’à celle des États Membres pour mobiliser des fonds. 

Dans la résolution sur sa création, il est demandé de trouver des financements auprès des donateurs non traditionnels, comme les fondations et les philanthropes, a-t-il rappelé. 

Pour Heraldo Muñoz, il est « essentiel » que des personnalités de l’envergure de Yoko Ono s’engagent pour attirer l’attention vers des pays en transition qui ne font plus les gros titres de la presse. 

Le don de Yoko Ono ne concerne pas une cause très médiatique, parce qu’une fois les Casques bleus de l’ONU partis, l’intérêt de l’opinion publique pour les pays en reconstruction qu’assiste la CCP baisse inexorablement, a dit constater le Président de la Commission. 

Il en a profité pour rappeler le mandat de la Commission, seul organe intergouvernemental établi à la fois par l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité. 

Depuis sa création en 2005, la CCP appuie la reconstruction et le développement de quatre pays sortant d’un conflit, la Sierra Leone, le Burundi, la République centrafricaine et la Guinée-Bissau, a souligné M. Muñoz.  Il a ajouté que le Fonds de consolidation de la paix, qui a déjà levé plus de 300 millions de dollars, apporte en outre une aide significative à 14 pays au total, dont le Kenya, Haïti, le Népal ou encore la Côte d’Ivoire. 

Le Représentant chilien a insisté sur la nécessité d’aider ces pays à prévenir la reprise de conflit, car « un pays postconflit sur trois dont est saisi le Conseil de sécurité replonge dans la guerre cinq ans après la signature d’un accord de paix ». 

« Reconstruire, faciliter la réconciliation nationale, bref, rendre la paix durable, sont des tâches complexes et des tâches couteuses », a déclaré M. Muñoz, qui a précisé ensuite que la CCP avait pour vocation d’agir vite en finançant des projets dont les effets doivent rapidement se faire sentir au sein des populations des pays visés. 

« Nous ne brassons pas des sommes énormes mais, sans être la Banque mondiale, nous avons les moyens à la fois de faire la différence de manière ponctuelle et de soutenir à plus long terme les grands chantiers de développement déjà en cours », a conclu Heraldo Muñoz. 

* Donne une chance à la paix

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.