Conférence de presse du Président du Venezuela, M. Hugo Rafael Chávez Frías

24 septembre 2009
Conférence de presse

Conférence de presse du Président du Venezuela, M. Hugo Rafael Chávez Frías

24/09/2009
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU VENEZUELA, M. HUGO RAFAEL CHÁVEZ FRÍAS

Le Président du Venezuela, M. Hugo Rafael Chávez Frías, a exprimé l’espoir cet après-midi, au cours d’une conférence de presse au Siège de l’ONU à New York, que le nouveau Président des États-Unis, M. Barack Obama, « change la vision que la Maison Blanche et le Pentagone ont de l’Amérique latine ».  Ils ne peuvent pas continuer à nous maltraiter, a-t-il dit.

M. Chávez a en effet estimé que les États-Unis ont « pendant longtemps sous-évalué et même maltraité l’Amérique du Sud ».  Évoquant le discours prononcé hier par le Président des États-Unis, à l’ouverture du débat général de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Président du Venezuela a souligné que c’est avec le Président Obama qu’il souhaite travailler, « et non pas avec celui qui a décidé d’installer sept bases militaires en Colombie ».

M. Chávez a, en outre, mis en garde le Président américain contre le Pentagone, dont il a estimé qu’il est un « État dans l’État ».  M. Obama doit le « démanteler », a-t-il précisé.  Faisant allusion à l’assassinat du Président américain John F. Kennedy, M. Chávez a déclaré: « que Dieu le protège de la balle qui a été tirée sur Kennedy ».

Répondant à une question sur les relations diplomatiques entre le Venezuela et la Colombie, le Président Chávez a estimé que tant que M. Álvaro Uribe serait au pouvoir en Colombie, il n’y aurait aucune chance pour que les relations entre les deux pays s’améliorent.  Tout en notant qu’il se sentait « colombien dans l’âme », M. Chávez a déclaré que: « nos relations économiques sont au niveau zéro et nos relations politiques sont inexistantes.  Cette situation m’attriste, mais elle n’évoluera pas », a-t-il ajouté.

Réagissant aux accusations portées contre son pays –par le Président colombien, M. Álvaro Uribe, et la Secrétaire d’État américaine, Mme Hillary Clinton notamment– qui lui reprochent de mener une course à l’armement, le Président du Venezuela a répondu que M. Uribe était un « menteur compulsif.  C’est lui qui mène une course à l’armement », a-t-il encore dit.

M. Chávez a également évoqué la tenue, le week-end prochain, sur l’île de Margarita au Venezuela, du deuxième Sommet réunissant les pays d’Amérique latine et ceux de l’Union africaine.  Il a annoncé que 20 chefs d’État africains et 9 chefs d’État sud-américains avaient confirmé leur venue.  L’agenda de cette rencontre est très ambitieux, a-t-il relevé.  « Au-delà des discours, nous voulons agir.  Nous voulons lancer un plan stratégique dans les domaines économique et politique intéressant à la fois les pays d’Afrique et les pays d’Amérique latine ».  Estimant que l’Afrique et l’Amérique latine disposent de nombreuses ressources, le Président du Venezuela a déclaré qu’il était temps que ces ressources profitent aux deux continents.  « Pendant trop longtemps, l’Afrique et l’Amérique latine ont été pillées par d’autres », a-t-il encore précisé.

*  ***  *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.