CONFÉRENCE DE PRESSE DU REPRÉSENTANT SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR L’IRAQ, M. STAFFAN DE MISTURA

3 février 2009
Conférence de presse

CONFÉRENCE DE PRESSE DU REPRÉSENTANT SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR L’IRAQ, M. STAFFAN DE MISTURA

03/02/2009
Communiqué de presse
Conférence de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU REPRÉSENTANT SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR L’IRAQ, M. STAFFAN DE MISTURA

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Iraq, M. Staffan de Mistura, a qualifié, ce matin, d’« historiques » les élections provinciales qui se sont déroulées samedi dernier en Iraq, ajoutant que les premiers résultats devraient être annoncés d’ici à la fin de la semaine par la Commission électorale.  Les résultats définitifs ne devraient être connus que vers la fin du mois, a-t-il précisé.

M. de Mistura, qui s’exprimait de Bagdad par liaison vidéo, lors d’une conférence de presse au Siège des Nations Unies à New York, s’est félicité du taux de participation de 51%.  Il s’est également réjoui du fait que le scrutin se soit déroulé « sans violence, de façon ordonnée, avec des gens bien formés et en suivant les procédures ».  De même, a-t-il poursuivi, les sunnites, qui avaient largement boycotté le précédent scrutin provincial de janvier 2005, se sont cette fois-ci déplacés en grand nombre.

Environ 7,4 millions d’électeurs iraquiens sur un total de 14,7 millions d’inscrits se sont rendus aux urnes pour départager les 14 767 candidats qui briguaient les sièges dans les conseils provinciaux, lesquels doivent plus tard désigner les gouverneurs des provinces du pays.

« C’était un jour historique », a insisté M. de Mistura, notant qu’il s’agissait là des premières élections depuis quatre ans dans un pays déchiré par la guerre, dirigées et organisées par les Iraquiens eux-mêmes, avec l’aide des Nations Unies.  Pour la première fois, a-t-il encore expliqué, des candidats ont pu avoir leur nom inscrit sur des bulletins de vote, alors qu’auparavant les électeurs se prononçaient pour des listes de partis politiques.

Le Représentant spécial a également rappelé que ce scrutin concernait un « pouvoir concret ».  « En choisissant leurs gouverneurs, les électeurs décident qui gère les 2,3 milliards de budget fédéral alloué aux conseils provinciaux pour les services de base sociaux et économiques de la population », a-t-il souligné.

M. de Mistura a noté que si une participation plus importante avait été souhaitée (elle est de sept points plus faible que celle enregistrée en 2005), elle n’en demeure pas moins supérieure à la « moyenne d’une élection provinciale dans de nombreux endroits du monde ». 

Le nouveau système d’enregistrement électoral a sans doute « compliqué les choses », mais il reste, a-t-il dit, « le meilleur système possible pour éviter une fraude massive ».  Le Représentant spécial a également affirmé que seulement 60 000 à 70 000 personnes déplacées avaient pu voter.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.