CONDAMNANT LES ASSASSINATS DU PRÉSIDENT ET DU CHEF D’ÉTAT-MAJOR DE LA GUINÉE-BISSAU, LE CONSEIL DE SÉCURITÉ LANCE UN APPEL AU CALME ET À LA RETENUE

3 mars 2009
CS/9605

CONDAMNANT LES ASSASSINATS DU PRÉSIDENT ET DU CHEF D’ÉTAT-MAJOR DE LA GUINÉE-BISSAU, LE CONSEIL DE SÉCURITÉ LANCE UN APPEL AU CALME ET À LA RETENUE

03/03/2009
Conseil de sécurité
CS/9605
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

6089e séance – matin

CONDAMNANT LES ASSASSINATS DU PRÉSIDENT ET DU CHEF D’ÉTAT-MAJOR DE LA GUINÉE-BISSAU,

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ LANCE UN APPEL AU CALME ET À LA RETENUE

Il s’oppose à toute tentative de changement de gouvernement par des moyens anticonstitutionnels

Au terme de consultations tenues ce matin, la présidence du Conseil de sécurité pour le mois de mars qu’assure la délégation de la Jamahiriya arabe libyenne, a fait, au nom des membres du Conseil de sécurité, la déclaration suivante concernant la Guinée-Bissau:

Le Conseil de sécurité condamne dans les termes les plus énergiques l’assassinat du Président de la Guinée-Bissau, João Bernardo Vieira, et celui du chef d’état-major des armées, Tagme Na Waie, commis les 1er et 2 mars 2009.  Il exprime sa profonde sympathie et ses vives condoléances aux familles des victimes, ainsi qu’au peuple et au Gouvernement de la Guinée-Bissau.

Le Conseil demande au Gouvernement de la Guinée-Bissau de traduire en justice les responsables de ces actes de violence.  Il demande au Gouvernement, aux dirigeants politiques, aux forces armées et à la population de la Guinée-Bissau de rester calmes, de faire montre de retenue, de préserver la stabilité du pays et l’ordre constitutionnel, et de respecter l’état de droit et le processus démocratique.  Il prie instamment toutes les parties de régler tous différends par des moyens politiques et pacifiques dans le cadre des institutions démocratiques du pays, et s’oppose à toute tentative de changement de gouvernement par des moyens anticonstitutionnels.

Le Conseil salue à cet égard les déclarations condamnant les incidents faites par le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, l’Union européenne et d’autres membres de la communauté internationale, et demande à tous de concourir à la sauvegarde de l’ordre constitutionnel en Guinée-Bissau et de continuer à appuyer les efforts de consolidation de la paix dans le pays.

Le Conseil réaffirme qu’il est résolu à soutenir les efforts du Gouvernement et du peuple de la Guinée-Bissau visant à consolider les institutions démocratiques, la paix et la stabilité dans ce pays.

Le Conseil demeurera saisi de l’évolution de la situation en Guinée-Bissau.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.