DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA SITUATION EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

27 juin 2008
SC/9378-AFR/1721

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA SITUATION EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

27/06/2008
Conseil de sécurité
SC/9378 AFR/1721
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA SITUATION EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

On trouvera ci-après le texte intégral de la déclaration faite à la presse aujourd’hui par le Président du Conseil de Sécurité, M. Alejandro D. Wolff (États-Unis), concernant la situation en République centrafricaine:

Les membres du Conseil de sécurité ont entendu un exposé du Représentant spécial du Secrétaire général, M. François Lonseny Fall, sur la situation en République centrafricaine.

Ils se sont félicités de l’accord de paix global du 21 juin 2008 signé à Libreville entre les autorités centrafricaines, l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) et l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UDFR).  Les membres du Conseil de sécurité ont demandé à tous les autres groupes politico-militaires du pays de se joindre à l’accord de paix global.

Les membres du Conseil de sécurité ont salué le Président Omar Bongo Ondimba du Gabon et le colonel Muammar Kadhafi de Libye pour l’aide qu’ils ont apportée aux parties, permettant de parvenir à l’accord de paix global, ainsi qu’aux accords de Syrte (février 2007), de Birao (avril 2007) et de Libreville (mai 2008).

Les membres du Conseil de sécurité ont demandé au Gouvernement et aux mouvements rebelles d’appliquer pleinement ces accords et d’organiser dès que possible le dialogue politique ouvert à tous.

Les membres du Conseil de sécurité ont souligné que la situation politique, économique et en matière de sécurité en République centrafricaine reste globalement précaire et qu’il faut redoubler d’efforts pour lutter contre la pauvreté, l’insécurité, les atteintes aux droits de l’homme et l’impunité.

Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur satisfaction à la suite du déploiement de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) et de l’opération de l’Union européenne (EUFOR) dans la partie nord-est du pays, ainsi que de la décision de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale d’assumer le commandement politique et opérationnel global de la Force multinationale sous-régionale (FOMUC).

Les membres du Conseil de sécurité se sont félicités que la situation en République centrafricaine soit inscrite à l’ordre du jour de la Commission de consolidation de la paix et qu’une Formation République centrafricaine soit créée, qui sera présidée par la Belgique.  Ils ont déclaré que pour appuyer ces travaux de manière efficace, ils demanderaient au Secrétaire général de faire des recommandations sur la façon dont il faudrait réviser le mandat confié au Bureau d’appui des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine et au Représentant spécial du Secrétaire général ainsi que la configuration du Bureau et de l’Équipe de pays des Nations Unies.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.