LA COMMISSION DE LA CONDITION DE LA FEMME EXAMINE LE PROJET DE CADRE STRATÉGIQUE DE LA PROBLÉMATIQUE DE L’ÉGALITÉ DES SEXES ET DE LA PROMOTION DE LA FEMME

6 mars 2008
FEM/1677

LA COMMISSION DE LA CONDITION DE LA FEMME EXAMINE LE PROJET DE CADRE STRATÉGIQUE DE LA PROBLÉMATIQUE DE L’ÉGALITÉ DES SEXES ET DE LA PROMOTION DE LA FEMME

06/03/2008
Conseil économique et social
FEM/1677
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Commission de la condition de la femme

Cinquante-deuxième session

15e séance – après-midi

LA COMMISSION DE LA CONDITION DE LA FEMME EXAMINE LE PROJET DE CADRE STRATÉGIQUE DE LA PROBLÉMATIQUE DE L’ÉGALITÉ DES SEXES ET DE LA PROMOTION DE LA FEMME

La Commission de la condition de la femme a commenté cet après-midi le projet de cadre stratégique de la problématique des questions d’égalité des sexes et de la promotion de la femme* qui a été présenté et amendé par la Conseillère spéciale du Secrétaire général, Mme Rachel Mayanja.

Portant sur la période 2010-2011, le projet de cadre stratégique, dont l’exécution relève à la fois du Bureau de la Conseillère spéciale et de la Division de la promotion de la femme, consistera à encourager les États Membres et les organismes intergouvernementaux à prendre des engagements et des initiatives en vue d’assurer le respect intégral et effectif des décisions relatives à l’égalité des sexes et à l’intégration d’une démarche soucieuse de cette égalité. 

La stratégie consistera aussi à éclairer, par des études, des analyses et des propositions d’orientations, les questions nouvelles concernant l’égalité des sexes.  Elle visera à améliorer le fonctionnement des organes intergouvernementaux, notamment la Commission de la condition de la femme, en faisant des recherches et des travaux d’analyse, en formulant des propositions novatrices visant à améliorer les méthodes de travail, et en facilitant la participation de la société civile aux débats intergouvernementaux. 

Il s’agira également de fournir, aux niveaux régional et national, des services consultatifs techniques visant à renforcer les capacités d’application du Programme d’action de Beijing et de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.  Il s’agira encore de promouvoir l’intégration de la problématique hommes/femmes dans toutes les politiques et tous les programmes, ainsi que dans l’ensemble des mécanismes intergouvernementaux, de faciliter la collaboration interinstitutions et de suivre l’élaboration des politiques, des méthodes et des outils.  Enfin, la stratégie consistera à soutenir l’amélioration de la situation des femmes dans le système des Nations Unies. 

Le projet de cadre stratégique contient quatre résultats attendus à l’issue de sa mise en œuvre et les indicateurs de succès correspondant.  À ce propos, le représentant de la Fédération de Russie a souhaité que dans les résultats attendus l’on fasse mention de ceux que l’on souhaite voir dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).  Il a aussi jugé utile, au titre des indicateurs de succès, d’en ajouter un autre, relatif à l’augmentation du nombre des délégations d’États Membres représentées à un haut niveau à la session de la Commission de la condition de la femme.

Le projet de cadre stratégique sera présenté au Comité du programme et de la coordination (CPC) dont les recommandations seront ensuite transmises à l’Assemblée générale, à sa prochaine session. 

La Commission de la condition de la femme a par ailleurs décidé, cet après-midi, de reporter à sa prochaine session, l’examen des travaux futurs du Groupe de travail sur les communications relatives à la condition de la femme.  Ce faisant, elle a prié le Secrétaire général de préparer un addendum au rapport** qu’il a présenté en 2004, lequel doit contenir les points de vue additionnels ou réactualisés des États Membres.  Les représentants de Cuba et de la Chine se sont félicités de ce que les négociations aient abouti à cette décision, en précisant que, selon leur compréhension des règles et procédures, le Secrétaire général n’est pas autorisé à analyser les informations collectées.  Au nom du Groupe africain, le représentant du Maroc s’est réjoui de pouvoir appuyer la décision, même le Groupe africain aurait souhaité disposer de plus de temps pour en examiner les tenants et aboutissants. 

*E/CN.6/2008/CRP.4

** E/CN.6/2004/11 , Add.1 , et 2  

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.