DU 30 JUIN AU 25 JUILLET, L’ECOSOC VA TENIR SA SESSION DE FOND DE 2008 EN PLAÇANT LA RÉALISATION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE AU CŒUR DE SES TRAVAUX

27 juin 2008
ECOSOC/6345

DU 30 JUIN AU 25 JUILLET, L’ECOSOC VA TENIR SA SESSION DE FOND DE 2008 EN PLAÇANT LA RÉALISATION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE AU CŒUR DE SES TRAVAUX

27/06/2008
Conseil économique et social
ECOSOC/6345
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Communiqué de base

DU 30 JUIN AU 25 JUILLET, L’ECOSOC VA TENIR SA SESSION DE FOND DE 2008 EN PLAÇANT LA RÉALISATION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE AU CŒUR DE SES TRAVAUX

Le Conseil économique et social (ECOSOC) tiendra sa session de fond, du 30 juin au 25 juillet 2008 à New York.  C’est la première fois depuis que ses structures ont été renforcées par la création d’un Examen ministériel annuel et d’un Forum pour la coopération en matière de développement, suite au Sommet mondial de 2005, que le Conseil se réunira au Siège des Nations Unies.

Organe principal de coordination des activités économiques et sociales de l’ONU et de ses organismes et institutions spécialisés, l’ECOSOC consacre, cette année, son débat de haut niveau, qui aura lieu du 30 juin au 3 juillet, au thème de « la réalisation du développement durable », en présence de Rajendra K. Pachauri, Président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), institution colauréate du prix Nobel de la paix 2007, et Sir Nicholas Stern, économiste et auteur de la « Stern Review », un rapport publié en 2006 sur les effets des changements climatiques sur l’économie et leur impact sur le développement.

Mettant en avant l’envolée, ces dernières années, des cours mondiaux des denrées alimentaires, du pétrole et des métaux, le Secrétaire général indique, dans le rapport qu’il soumet à l’ECOSOC sur la « mise en œuvre des objectifs convenus et des engagements pris sur le plan international en matière de développement durable »*, que « l’actuelle instabilité financière à l’échelle mondiale et les répercussions attendues sur la croissance économique rendront plus difficile encore le processus d’accession au développement durable ».  Dans ce rapport, Ban Ki-moon déclare que ces tendances soulignent la nécessité de préserver les ressources naturelles, d’en faire meilleur usage, d’adopter des modes de consommation plus durables, surtout dans les pays développés, et d’améliorer la productivité agricole, en particulier dans les pays en développement souffrant d’un déficit alimentaire.

Dans le cadre de son débat de haut niveau, qui se terminera par l’adoption d’une déclaration ministérielle contenant des directives politiques et des recommandations à traduire en actions concrètes, le Conseil économique et social tiendra, les 2 et 3 juillet, son deuxième Examen ministériel annuel.  Cet Examen, qui a eu lieu pour la première fois lors de session de fond tenue par l’ECOSOC à Genève à l’été 2007, est un des nouveaux outils dont a été doté le Conseil lors du renforcement de son mandat.  Il vise à évaluer les progrès accomplis pour parvenir aux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et aux autres cibles de développement agréées et à en accélérer le rythme.  Conçu comme un forum de haut niveau, l’Examen ministériel annuel fait participer de nombreux acteurs –États Membres, organisations non gouvernementales (ONG), secteur privé, organisations du système des Nations Unies- à ses travaux afin d’échanger les meilleures pratiques dans ce domaine.

L’Examen ministériel de cette année 2008 sera spécifiquement dédié aux objectifs et engagements en matière de développement durable, dont l’OMD nº7, dont la réalisation vise à assurer un environnement durable, l’exécution du Programme de mise en œuvre de Johannesburg et celle du Programme « Action 21 ».

Huit pays présenteront cette année leur stratégie nationale de promotion du développement durable au cours de l’Examen ministériel.  Ainsi, des ministres de la Belgique, du Chili, du Royaume-Uni, de la République-Unie de Tanzanie, de la République démocratique populaire lao, du Luxembourg, du Kazakhstan et de la Finlande feront des exposés devant le Conseil.

Le Forum pour la coopération en matière de développement, deuxième outil mis en place pour renforcer l’ECOSOC, se réunira également, les 30 juin et 1er juillet, dans le cadre du débat de haut niveau.  Ce Forum biennal discutera des questions d’efficacité et de cohérence et fournira des recommandations pour améliorer la coopération internationale pour le développement.  Les questions de la coopération Sud-Sud, du rôle de la société civile dans la coopération, des capacités d’absorption de l’assistance, et de l’efficacité de l’aide seront notamment examinées lors de tables rondes.

Toujours dans le cadre de son débat de haut niveau, le 30 juin, l’ECOSOC s’entretiendra avec les institutions financières internationales sur l’état de l’économie mondiale et ses conséquences dans la réalisation de l’Agenda pour le développement de l’ONU.  Un débat thématique consacré à la promotion d’une approche intégrée du développement rural en vue d’assurer le développement durable sera aussi organisé le 3 juillet.

Le Conseil poursuivra ensuite les travaux de sa session de fond en dialoguant avec les secrétaires exécutifs des commissions économiques régionales des Nations Unies, le 7 juillet.  Il entamera ensuite son débat consacré aux questions de coordination, qui se déroulera jusqu’au 9 juillet, et au cours duquel seront notamment organisées une réunion-débat sur le thème « Amélioration de la sécurité alimentaire: l’approche du système des Nations Unies » et une table ronde sur les moyens d’améliorer la cohérence de l’action de l’ONU en faveur de l’emploi rural.

Du 10 au 14 juillet, l’ECOSOC tiendra son débat relatif aux activités opérationnelles du système des Nations Unies au service de la coopération internationale pour le développement.  Ce segment offrira aux participants, entre autres, l’occasion de dialoguer avec les chefs de secrétariat des fonds et programmes des Nations Unies.

Le 15 juillet, le Conseil ouvrira son débat relatif aux affaires humanitaires, dont le thème, cette année, est « Renforcement, à tous les niveaux, des capacités et des moyens permettant d’offrir en temps voulu une assistance humanitaire, notamment pour ce qui est de l’atténuation des risques liés aux catastrophes ».  Au cours des trois jours consacrés à l’examen de cette question, l’ECOSOC organisera notamment deux réunions-débats consacrées respectivement à la planification en prévision de catastrophes, et à l’atténuation des risques, ainsi qu’aux problèmes humanitaires liés à l’aide alimentaire mondiale.

Enfin, avant d’achever le 25 juillet les travaux de sa session de fond de 2008, l’ECOSOC discutera, entre autres, du 18 au 24 juillet, de nombreuses questions sociales, relatives à l’économie, à l’environnement, ou aux droits de l’homme.  Parmi les sujets abordés figurent notamment la science et la technique au service du développement, la population et le développement, la promotion de la femme, le développement social, la coopération internationale en matière fiscale et les établissements humains.

L’ordre du jour provisoire de la session de fond de 2008 de l’ECOSOC est publié sous la cote E/2008/100.

* E/2008/12

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.