LE CONSEIL DE SECURITÉ CONDAMNE L’OFFENSIVE DU CONGRÈS NATIONAL DE DÉFENSE DU PEUPLE DANS L’EST DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

29 octobre 2008
CS/9488

LE CONSEIL DE SECURITÉ CONDAMNE L’OFFENSIVE DU CONGRÈS NATIONAL DE DÉFENSE DU PEUPLE DANS L’EST DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

29/10/2008
Conseil de sécurité
CS/9488
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

6006e séance – soir

LE CONSEIL DE SECURITÉ CONDAMNE L’OFFENSIVE DU CONGRÈS NATIONAL DE DÉFENSE DU PEUPLE DANS L’EST DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Il salue l’annonce faite par Laurent Nkunda d’un cessez-le-feu immédiat et attend qu’il en assure la mise en œuvre effective et durable

Le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’octobre, M. Zhang Yesui (Chine), a fait ce soir, au nom des membres du Conseil, la déclaration suivante:

Le Conseil de sécurité condamne la récente offensive du CNDP dans l’est de la République démocratique du Congo et demande instamment qu’il mette un terme à ses opérations.  Le Conseil se félicite de l’annonce d’un cessez-le-feu immédiat faite par Laurent N’Kunda et attend de celui-ci qu’il fasse en sorte que le cessez-le-feu soit effectivement et durablement observé et du CNDP qu’il reprenne le processus politique.  Il exprime sa profonde préoccupation face aux terribles conséquences humanitaires des récents combats.  Il engage instamment toutes les parties à s’acquitter pleinement de l’obligation qui leur est faite par le droit international de protéger les civils, d’assurer l’accès aux populations dans le besoin et de garantir la sécurité du personnel humanitaire.  Il affirme que toute attaque contre la population civile, notamment dans les principales agglomérations, est totalement inacceptable.

Le Conseil exhorte tous les signataires des processus de Goma et de Nairobi à honorer effectivement leurs engagements en toute bonne foi.  À ce propos, il appelle les autorités de la RDC et du Rwanda à prendre des mesures concrètes pour désamorcer les tensions et rétablir la stabilité dans la région.  Il soutient sans réserve ce que fait le Secrétaire général pour faciliter le dialogue entre les dirigeants des deux pays et l’invite à charger un envoyé spécial de cette mission le plus tôt possible.

Le Conseil engage le Gouvernement de la République démocratique du Congo à prendre des mesures efficaces pour empêcher toute coopération entre éléments des FARDC et des FDLR.  Il engage aussi les gouvernements de la région à cesser d’apporter quelque appui que ce soit aux groupes armés dans l’est de la République démocratique du Congo.  Il exprime sa préoccupation face aux tirs à l’arme lourde qui auraient eu lieu à la frontière entre la République démocratique du Congo et le Rwanda.  Il se dit à nouveau résolu à continuer de surveiller de près l’application de l’embargo sur les armes et des autres mesures prévues dans sa résolution 1807 (2008).

Le Conseil exprime son plein appui à la MONUC et condamne toutes les attaques, quels qu’en soient les auteurs, lancées contre elle ces derniers jours.  Il demande à la MONUC de continuer à s’acquitter de son mandat intégralement et dans tous ses aspects, en particulier pour protéger les civils en danger et pour décourager toute tentative de quelque groupe armé que ce soit de compromettre le processus politique.

Le Conseil prend bonne note de la demande du Secrétariat de l’ONU tendant à renforcer la MONUC pour qu’elle puisse pleinement s’acquitter de son mandat.  Il l’examinera attentivement compte tenu de l’évolution de la situation sur le terrain.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.