LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONDAMNE DANS LES TERMES LES PLUS FERMES L’ATTAQUE MENÉE DEPUIS LE 11 JUIN PAR DES GROUPES ARMÉS TCHADIENS

16 juin 2008
CS/9360

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONDAMNE DANS LES TERMES LES PLUS FERMES L’ATTAQUE MENÉE DEPUIS LE 11 JUIN PAR DES GROUPES ARMÉS TCHADIENS

16/06/2008
Conseil de sécurité
CS/9360
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

5913e séance – matin

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONDAMNE DANS LES TERMES LES PLUS FERMES L’ATTAQUE MENÉE DEPUIS LE 11 JUIN PAR DES GROUPES ARMÉS TCHADIENS

Il engage toutes les parties à se conformer à l’Accord de Syrte du 25 octobre 2007

Le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, M. Zalmay Khalilzad (États-Unis), a fait, ce matin, au nom des membres du Conseil, la déclaration suivante:

Le Conseil de sécurité condamne dans les termes les plus fermes les attaques menées par des groupes armés tchadiens depuis le 11 juin 2008.

Le Conseil condamne toute tentative de déstabilisation par la force et déclare à nouveau son attachement à la souveraineté, l’unité, l’intégrité territoriale et l’indépendance politique du Tchad.  Il exige que les groupes armés mettent immédiatement fin à la violence et appelle instamment toutes les parties à se conformer à l’Accord de Syrte du 25 octobre 2007.

Le Conseil demande aux États de la région d’honorer les engagements qu’ils ont pris dans le cadre de l’Accord de Dakar du 13 mars 2008 et des accords antérieurs, et de coopérer en vue de mettre un terme aux activités des groupes armés dans la région et à leurs tentatives de prise du pouvoir par la force.

Le Conseil se déclare profondément préoccupé par la menace directe que l’activité des groupes armés fait peser sur la sécurité de la population civile et le déroulement des opérations humanitaires, et il exhorte toutes les parties à se conformer pleinement aux obligations que leur impose le droit international humanitaire.

Le Conseil exprime son appui sans réserve à la Mission des Nations Unies (MINURCAT) et à l’opération européenne (EUFOR Tchad-RCA) déployées au Tchad et en République centrafricaine pour contribuer à la protection des populations civiles vulnérables et faciliter la fourniture de l’aide humanitaire, et il appelle toutes les parties à garantir la sécurité et la liberté de circulation de leur personnel et du personnel associé.

Le Conseil engage les autorités tchadiennes à persévérer dans la promotion du dialogue politique, dans le respect du cadre constitutionnel, qui a été lancé par l’accord du 13 août 2007.

Le Conseil se tient prêt à envisager les mesures appropriées contre les groupes et les individus qui constituent une menace pour la stabilité de la région ou violent le droit international humanitaire.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.