LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONDAMNE FERMEMENT LE MANQUE DE COOPÉRATION DU GOUVERNEMENT ÉRYTHRÉEN

15 février 2008
CS/9250

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONDAMNE FERMEMENT LE MANQUE DE COOPÉRATION DU GOUVERNEMENT ÉRYTHRÉEN

15/02/2008
Conseil de sécurité
CS/9250
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité                                        

5838e séance – soir                                        


LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONDAMNE FERMEMENT LE MANQUE DE COOPÉRATION DU GOUVERNEMENT ÉRYTHRÉEN


Il exige que le Gouvernement de l’Érythrée reprenne la pleine coopération avec la MINUEE


Le Président du Conseil de sécurité pour le mois de février, M. Ricardo Alberto Arias (Panama), a lu, ce soir, au nom des membres du Conseil, la déclaration suivante:


Le Conseil de sécurité rappelle qu’il a adopté, le 30 janvier 2008, la résolution 1798 (2008) relative à la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE).  Il suit avec la plus profonde préoccupation la situation dans laquelle se trouve la Mission et appuie pleinement les efforts du Secrétaire général pour y remédier.


Le Conseil constate avec une profonde préoccupation qu’en maintenant les restrictions imposées à la MINUEE en dépit de ses demandes répétées, et en refusant de reprendre les livraisons de carburant, le Gouvernement érythréen a créé une situation qui a rendu inévitable le transfert temporaire de personnel et de matériel hors d’Érythrée.  Il est en outre profondément préoccupé par les obstacles et les problèmes logistiques mis à l’organisation de ce transfert et condamne les mesures prises par l’Érythrée.


Le Conseil condamne énergiquement le manque de coopération du Gouvernement érythréen, qui non seulement contrevient gravement à ses résolutions ainsi qu’à l’Accord de cessation des hostilités en date du 18 juin 2000 (S/2000/601), mais également constitue un manquement à l’obligation générale de l’Érythrée de fournir une assistance aux forces stationnées avec son accord.  Le Conseil tient l’Érythrée responsable de la sûreté et de la sécurité de la Mission et de son personnel.


Le Conseil exige du Gouvernement érythréen qu’il coopère à nouveau avec la MINUEE, notamment qu’il lève toutes les restrictions imposées, et qu’il s’acquitte de l’ensemble de ses obligations en tant qu’État Membre de l’ONU.


Le Conseil est déterminé à suivre de près la situation et à étudier de nouvelles mesures appropriées pour assurer la sécurité et la protection de la Mission et de son personnel.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.