BAN KI-MOON DÉCLARE QUE L’ONU EST DÉTERMINÉE À AIDER LE BURUNDI À DÉVELOPPER SES CAPACITÉS EN VUE DE METTRE EN ŒUVRE SON PROGRAMME D’ACTIONS PRIORITAIRES

24 mai 2007
SG/SM/11011-AFR/1541

BAN KI-MOON DÉCLARE QUE L’ONU EST DÉTERMINÉE À AIDER LE BURUNDI À DÉVELOPPER SES CAPACITÉS EN VUE DE METTRE EN ŒUVRE SON PROGRAMME D’ACTIONS PRIORITAIRES

24/5/2007
Secrétaire général
SG/SM/11011 AFR/1541
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

BAN KI-MOON DÉCLARE QUE L’ONU EST DÉTERMINÉE À AIDER LE BURUNDI À DÉVELOPPER SES CAPACITÉS EN VUE DE METTRE EN Œ UVRE SON PROGRAMME D’ACTIONS PRIORITAIRES

Vous trouverez ci-après le texte intégral du message du Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Table ronde sur le Burundi, les 24-25 mai :

Permettez-moi de féliciter une fois de plus le Gouvernement et le peuple burundais des progrès enregistrés sur la voie de la consolidation de la paix.  Je tiens aussi à saluer les partenaires du Burundi qui continuent d’appuyer cet effort.

La communauté internationale a suivi de près les changements positifs qui ont eu lieu dans ce pays au cours des quelques dernières années.  Nous avons vu et apprécié la détermination des populations burundaises qui veulent clore définitivement le chapitre tragique de la guerre et de l’instabilité qui ont ravagé leur pays.  Une nouvelle page de l’histoire du Burundi est en train de s’écrire.  L’Organisation des Nations Unies est fière de l’importante assistance qu’elle a apportée à au Burundi en vue de rétablir la paix et de la consolider.

La situation est encore fragile.  Mais j’ai confiance en la volonté du Gouvernement et des populations de mener à bon terme la dernière phase du processus de paix.  Avec l’appui des partenaires régionaux et internationaux, les Burundais peuvent surmonter beaucoup d’obstacles. 

Plus de dix ans de conflit ont laissé les populations appauvries et les structures économiques et sociales détruites.  Les défis à relever sont énormes.

Il faut d’urgence progresser dans plusieurs domaines.  Les progrès doivent tendre vers la croissance économique sans exclusive, la création d’emplois, la mise en œuvre de réformes, y compris du secteur de la sécurité et du système judiciaire, la bonne gouvernance, la transparence et la protection des droits de l’homme, ainsi qu’une amélioration importante des conditions de vie des populations.  Le Gouvernement burundais doit tout faire pour promouvoir ces objectifs.

J’invite également les partenaires du Burundi à maintenir l’élan.  Leur engagement reste primordial.  En appuyant la mise en œuvre du Programme d’actions prioritaires préparé par le Gouvernement burundais, en collaboration avec les partenaires réunis ici, vous aiderez le Burundi à progresser vers la paix et le développement durable.

Le Burundi est un des premiers pays à recevoir un soutien de la Commission de Consolidation de la Paix.  En janvier, j’ai approuvé l’affectation d’un montant de 35 millions de dollars par prélèvement sur le Fonds pour la consolidation de la paix en vue d’appuyer d’importants projets de consolidation de la paix au Burundi.  L’ONU est déterminée à aider le Gouvernement du Burundi à développer ses capacités pour qu’il puisse prendre en main, diriger et gérer la mise en œuvre de ce Programme dont il aura rendre compte.  Les progrès en matière de développement ne seront durables que s’ils sont basés sur les priorités identifiées par le Gouvernement.  C’est ainsi que la paix si durement gagnée deviendra irréversible.

Le Gouvernement burundais a énoncé ses priorités nationales en matière de développement dans le Programme présenté à cette Table ronde et demande l’appui de ses partenaires.  La mise en œuvre du Programme, qui doit se faire dans un souci de responsabilisation, représente un pas important vers la réalisation au Burundi des Objectifs du Millénaire pour le développement.

J’attends avec impatience les résultats de vos discussions que je souhaite fructueuses.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.