LES PRATIQUES RACISTES PERPÉTUENT LES INÉGALITÉS ET FONT OBSTACLE À LA STABILITÉ ET À LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE, DÉCLARE BAN KI-MOON

21 mars 2007
SG/SM/10913-OBV/613-DR/995

LES PRATIQUES RACISTES PERPÉTUENT LES INÉGALITÉS ET FONT OBSTACLE À LA STABILITÉ ET À LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE, DÉCLARE BAN KI-MOON

21/3/2007
Secrétaire général
SG/SM/10913 OBV/613 DR/995
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LES PRATIQUES RACISTES PERPÉTUENT LES INÉGALITÉS ET FONT OBSTACLE À LA STABILITÉ ET À LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE, DÉCLARE BAN KI-MOON

      On trouvera ci-après le texte intégral du message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, le 21 mars:

Le 21 mars 1960, les forces de police ouvraient le feu sur des manifestants pacifiques qui s’étaient élevés contre les lois racistes à Sharpeville, en Afrique du Sud, faisant 69 victimes et des dizaines de blessés.  Tous les ans, le monde entier commémore ce massacre afin d’appeler l’attention sur l’importance qu’il y a à lutter contre le racisme, partout et à tout moment.

Le thème retenu cette année, « Le racisme et la discrimination: des obstacles au développement », rappelle les liens qui existent entre le racisme, la discrimination et le développement.  Les pratiques racistes nuisent à leurs victimes, mais limitent également le potentiel global des sociétés où elles sont tolérées.  Elles empêchent les particuliers de donner la pleine mesure de leurs capacités et de contribuer pleinement à l’essor de leur pays.  Elles perpétuent des inégalités sociales et économiques profondément ancrées.  Si l’on n’y prend garde, elles peuvent entraîner des troubles et des conflits sociaux, faisant ainsi obstacle à la stabilité et à la croissance économique.

Ces dernières décennies, des progrès considérables ont été faits dans la lutte contre la discrimination raciale.  Le système de l’apartheid a été démantelé en Afrique du Sud et plusieurs nations ont adopté des lois antidiscriminatoires. Pourtant, il reste encore beaucoup à faire.  Les lois ne se traduisent pas toujours par de meilleures conditions de vie et de nombreux pays n’ont toujours pas formulé ou mis en œuvre des politiques antidiscriminatoires efficaces.  De fait, 42 ans après l’adoption de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, l’objectif d’une ratification universelle est encore loin d’être atteint.  Sur un plan général, de récents rapports font état d’une hausse inquiétante des manifestations de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et d’autres formes d’intolérance dans de nombreuses régions du monde.

L’Organisation des Nations Unies, en tant qu’instance normative chargée de surveiller le respect des droits de l’homme et de sensibiliser l’opinion publique, a un rôle majeur à jouer dans la lutte contre la discrimination raciale.  Mais c’est aussi à chacun d’entre nous de faire front: nous devons rejeter les actes de discrimination ou d’intolérance dans notre vie quotidienne et les dénoncer avec force dans la sphère publique.  Puisque le racisme nuit au développement, notre action devrait faire partie intégrante des initiatives menées aux échelons local et national pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement d’ici à 2015.

Célébrons cette Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale en nous engageant de nouveau à défendre l’égalité entre tous les êtres humains et en prenant la résolution de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour parvenir à cet idéal simple mais fort.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.