LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME EST NOTRE MISSION À TOUS, RAPPELLE BAN KI-MOON DEVANT L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

16 février 2007
SG/SM/10884-AG/10572

LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME EST NOTRE MISSION À TOUS, RAPPELLE BAN KI-MOON DEVANT L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

16 février 2007
Secrétaire général
SG/SM/10884 AG/10572
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME EST NOTRE MISSION À TOUS, RAPPELLE BAN KI-MOON DEVANT L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

On trouvera ci-après le texte intégral de la déclaration du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, devant l’Assemblée générale, sur le suivi de l’adoption de la Stratégie antiterroriste mondiale de l’Organisation des Nations Unies, le 16 février:

Le terrorisme frappe toutes les nations –petites et grandes, riches et pauvres.  Il prélève un lourd tribut en vies humaines, quels que soient l’âge ou le revenu, les coutumes ou la religion des victimes.  Il frappe tout ce que représentent les Nations Unies.  La lutte contre le terrorisme est notre mission à tous.

Le progrès technologique continue à aller plus vite que nos efforts pour l’empêcher de venir renforcer l’arsenal meurtrier des terroristes.  La menace du terrorisme continue donc à grandir.  Une certitude: nous devons agir collectivement, nous concerter pour empêcher que le terrorisme ne devienne une menace capable de compromettre l’existence même de l’humanité.

En septembre dernier, l’Assemblée générale a pris des mesures exceptionnelles en adoptant la Stratégie antiterroriste mondiale de l’Organisation des Nations Unies.  Jamais auparavant 192 pays ne s’étaient mis d’accord sur le diagnostic de la menace que fait peser le terrorisme.  Jamais auparavant ils ne s’étaient assemblés pour trouver ensemble une réponse globale à ce phénomène.  En adoptant la Stratégie, l’Assemblée générale a réaffirmé sa position de principal organe délibérant des Nations Unies.

Pour la première fois, les États Membres ont décidé de prendre des mesures concrètes pour lutter contre le terrorisme de façon coordonnée aux niveaux national, régional et international.  Pour la première fois, ils ont admis ensemble qu’il est des conditions propices à la propagation du terrorisme.  Ils ont accepté l’idée que pour éliminer le terrorisme, il faut s’attaquer à cet état de choses.  Ils sont convenus de prendre des mesures d’ordre politique, pratique et juridique pour prévenir et combattre le terrorisme sous toutes ses formes, tout en renforçant la capacité d’action individuelle et collective des États et des Nations Unies.  Enfin, et surtout, ils ont admis que, dans la lutte contre le terrorisme, il était essentiel de veiller à la protection des droits de l’homme et de l’état de droit.

En quelques mois, le système des Nations Unies s’est vigoureusement mobilisé autour de cette stratégie.  C’est l’Équipe spéciale de la lutte contre le terrorisme qui fait l’essentiel de ce travail; les États Membres se sont félicités, en septembre dernier, de sa création.  L’Équipe spéciale réunit 24 entités des Nations Unies, qui travaillent ensemble en s’appuyant sur les mandats donnés par l’Assemblée générale, le Conseil de sécurité et diverses institutions spécialisées, fonds et programmes.

L’Équipe spéciale a élaboré un programme de travail et créé des groupes de travail qui suivront le premier ensemble d’initiatives déjà prises pour appliquer la Stratégie.  Ces initiatives couvrent l’ensemble de ces aspects:

--    Aider les États Membres à appliquer la Stratégie de façon cohérente;

--    Intégrer la prévention du terrorisme dans la prévention des conflits, en ayant recours à mes envoyés et représentants spéciaux;

--    Créer une instance pour tenter de régler le problème de l’exclusion politique et économique, en particulier celle qui frappe la jeunesse;

--    Améliorer l’examen, la fourniture et le suivi de l’assistance technique;

--    Amener les organismes des Nations Unies à mieux coordonner leur préparation à une attaque terroriste qui utiliserait des matières nucléaires, chimiques, biologiques ou radiologiques;

--    Réunir les parties prenantes et les partenaires pour examiner l’utilisation abusive qui est faite d’Internet à des fins terroristes et dégager des moyens novateurs d’y remédier;

--    Trouver des moyens de faire respecter les normes internationales édictées pour tarir le financement du terrorisme;

--    Établir des pratiques de référence pour la protection des cibles vulnérables –en particulier le personnel des Nations Unies sur le terrain– et créer un mécanisme de partage d’expérience à ce sujet;

--    Aider les pays à renforcer leur législation de défense des droits de l’homme afin de respecter les normes internationales;

--    Contacter les victimes, dans le monde entier, pour recenser leurs besoins et dégager d’éventuelles mesures que les gouvernements pourraient prendre.

Aujourd’hui, les présidents des quatre groupes de travail de l’Équipe spéciale vous présenteront les divers aspects de la Stratégie.

Je peux dire d’emblée qu’au cours des derniers mois, nous avons vu comment les organismes des Nations Unies peuvent, en travaillant ensemble, faire beaucoup, beaucoup plus que ce que chacun pourrait faire séparément.  Mais soyons clairs: ce que nous tenterons ne pourra être couronné de succès que si vous-mêmes, les États Membres, vous vous appropriez pleinement la Stratégie et son exécution –dans les pays, dans chaque région et à l’échelle du monde.

Nous sommes prêts à travailler avec vous.  Pour soutenir nos efforts communs, l’Équipe spéciale a publié un manuel sur la lutte antiterroriste accessible en ligne.  Il voudrait donner aux États Membres, aux organisations régionales et aux équipes des Nations Unies dans chaque pays un outil simple, d’accès facile, pour informer le public des activités et des ressources de l’Équipe spéciale.

Comme la Stratégie elle-même est un document évolutif, le manuel sera mis à jour et étoffé en permanence.  Je suis fier de pouvoir vous présenter aujourd’hui la première édition.  Je vous engage à tirer le meilleur parti possible de cet instrument et des nombreuses ressources que le système des Nations Unies peut apporter à votre contribution à la lutte contre le terrorisme.

Nous devons démontrer ensemble que nous sommes à la hauteur.  Que nous le voulions ou non, notre génération entrera dans l’histoire comme celle qui a dû s’attaquer à la tâche redoutable de protéger l’humanité contre le terrorisme.

Nous y interpellent la mémoire des victimes et tous ceux qui ont survécu aux attentats perpétrés à New York, Bali, Nairobi, Riyad, Bombay, Casablanca, Istanbul, Dar es-Salaam, Beslan, Londres et Madrid – et c’est dans cette dernière ville que s’ouvre aujourd’hui le procès des auteurs présumés des attentats à la bombe de 2004, ce qui nous rappelle que les blessures laissées par de pareils attentats ne pourront jamais complètement guérir.

Nous y interpellent aussi les peuples et les pays dont l’économie et le bien-être sont compromis par les ravages du terrorisme.

Nous y interpellent enfin tous ceux qui pourraient fort bien être la cible de la prochaine attaque.  Nous ne pouvons nous dérober à cette grande mission qui doit nous unir.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.