LE CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL INAUGURE LE FORUM POUR LA COOPÉRATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT

5 Juillet 2007
ECOSOC/6281

LE CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL INAUGURE LE FORUM POUR LA COOPÉRATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT

5/07/2007
Conseil économique et social
ECOSOC/6281
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL INAUGURE LE FORUM POUR LA COOPÉRATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT


Le Secrétaire général de l'ONU est venu apporter son soutien au Forum


(Publié tel que reçu)


Genève, 5 juillet (Service d’information des Nations Unies) –- Le Conseil économique et social a officiellement lancé ce matin le Forum pour la coopération en matière de développement.  À l'instar de l'examen ministériel annuel, ce Forum fait partie des nouveaux mandats établis en vertu de la résolution 61/16 de l'Assemblée générale et destinés à renforcer le rôle du Conseil dans la coordination et la mise en œuvre des programmes de développement.


Le Secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moon, était présent pour manifester son soutien à cette inauguration.  Il a souligné qu'il fallait veiller à ce que toutes les parties prenantes fassent entendre leur voix et contribuent activement à l'établissement d'un vaste consensus sur la gouvernance de la coopération internationale pour le développement.  M. Ban a estimé que le Forum a un rôle essentiel à jouer dans l'établissement de ce consensus: il permet en effet de réunir les principaux acteurs afin de mettre la coopération pour le développement au service des objectifs de développement convenus au niveau international.  Mais cette initiative mondiale ne portera ses fruits que si tous les acteurs concernés – gouvernements, entités du système des Nations Unies, société civile, parlements, secteur privé et milieux universitaires – comprennent qu'ils doivent se rendre mutuellement des comptes. 


La séance a été ouverte par le Président du Conseil, M. Dalius Čekuolis.  Ont également pris la parole les représentants du Pakistan au nom du Groupe des 77 et de la Chine, du Portugal au nom de l'Union européenne, de la Chine, des États-Unis, de la Suisse et de la Fédération de Russie.


La création du Forum intervient dans un contexte où se manifestent des signes de la volonté de toutes les parties prenantes d'œuvrer en commun pour le développement, ont souligné certaines délégations.  D'autres ont estimé qu'à mi-parcours de la date butoir de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, le lancement de ce Forum est fortement symbolique.  Les intervenants ont estimé que le Forum, en tant que lieu d'échanges, d'idées et d'informations, devrait permettre de promouvoir un renforcement de la coordination et d'améliorer l'impact de l'aide au développement.  Il devrait permettre de faire l'inventaire des tendances globales en matière de stratégie et de politique de coopération au développement, de même que des tendances émergentes sur le terrain. 


Des délégations ont exprimé l'espoir que le Forum s'attaque à certains dysfonctionnements de l'architecture mondiale du développement comme l'absence de consensus au niveau de la définition d'un cadre conceptuel pour l'efficacité de l'aide, ou encore la compétition qui s'est développée entre les lignes de financement.  D'autres ont souhaité que le Forum se penche sur le suivi des engagements souscrits en matière de développement et se fasse l'avocat d'un aboutissement du cycle de négociations de Doha.


Enfin, certaines délégations se sont réjouies que le Forum soit ouvert à la participation de toutes les parties prenantes, organisations des Nations Unies, institutions financières internationales, organisations régionales et société civile compris.  Ce dialogue doit permette à tous les acteurs du développement de s'exprimer.


Deux tables rondes simultanées se sont ensuite tenues sur les thèmes suivants: «Promouvoir une plus grande cohérence entre les activités de développement des différents partenaires du développement: le rôle de la coordination et de la gestion de l'aide au niveau national» et «Examen des tendances de la coopération internationale pour le développement: coopération Sud-Sud et coopération triangulaire».


Le Conseil reprendra ses travaux dès 15 heures pour conclure son débat de haut-niveau et examiner la déclaration ministérielle résumant l'examen ministériel annuel qui s'est achevé hier.


Lancement du Forum pour la coopération en matière de développement


M. DALIUS ČEKUOLIS, Président du Conseil économique et social, s'est réjoui du lancement aujourd'hui du Forum pour la coopération en matière de développement.  Il a tenu à souligner que les Nations Unies jouent un rôle essentiel dans le développement.  L'Assemblée générale, en instaurant ce Forum a ainsi réaffirmé le mandat du Conseil économique et social et le rôle qu'il doit jouer dans la coordination et la mise en œuvre des programmes de développement.  Ce mécanisme, a-t-il poursuivi, devrait permettre au Conseil de jouer son rôle plus efficacement et de promouvoir une coopération pour le développement qui soit cohérente.  M. Čekuolis a indiqué que l'idée consiste à déléguer au Forum la tâche d'examiner une partie des tendances actuelles en matière de développement.  Il s'occupera aussi de la coopération en s'attachant à identifier les obstacles et les lacunes qui empêchent la création de partenariats.  Ses travaux se fonderont sur un processus participatif et inclusif, a-t-il ajouté. 


Au moment où les incertitudes vont croissant s'agissant de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, le Forum constitue un mécanisme puissant pour promouvoir la responsabilité des partenaires du développement, a souligné le Président.  Sa création est un jalon de l'établissement d'un véritable partenariat mondial pour le développement.  Il s'est ainsi dit convaincu que le Forum pour la coopération en matière de développement constitue une occasion sans précédent d'améliorer l'impact des efforts de coopération pour le développement.  Les meilleurs efforts, a-t-il souligné, sont ceux que les parties prenantes s'approprient réellement.  Il faut promouvoir ces efforts.  Enfin, M. Čekuolis a précisé que le Forum se construira également à partir des résultats obtenus dans d'autres enceintes et d'autres réunions, comme par exemple celle de Monterrey. 


Pour M. MUNIR AKRAM (Pakistan, au nom du Groupe des 77 et la Chine), le renforcement de l'ECOSOC par la création du Forum pour la coopération au développement est une bonne nouvelle.  Cet instrument, créé en même temps que le nouvel examen ministériel annuel, a pour but de tirer des leçons d'expériences réussies et de permettre à tous les intervenants de prendre part au débat.  Il permettra à l'ECOSOC de prendre connaissance des nouvelles tendances et des résultats obtenus récemment en matière de développement, ce qui l'aidera à prendre de bonnes décisions.  Il facilitera la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement et l'échange d'informations en matière de meilleures pratiques pour le développement.  En outre, il aura un rôle important à jouer en matière de contrôle de l'efficacité de l'aide au développement.  À cet égard, si l'examen ministériel annuel vise à évaluer les progrès enregistrés dans une série de domaines précis, le Forum a, lui, pour but de résoudre des problèmes concrets.  M. Akram a souligné l'importance du Forum du fait que l'ECOSOC n'a jamais encore réussi à coordonner étroitement l'activité de toutes les activités des organes subsidiaires qu'il est libre de définir.


La création du Forum intervient dans un contexte où se manifestent des signes de la volonté de toutes les parties prenantes d'œuvrer en commun pour le développement, s'est félicité le représentant du Groupe des 77.  Les prochaines étapes du travail de l'ECOSOC consistent notamment à faire en sorte que le niveau et la qualité des fonds mis à disposition correspondent aux besoins des pays bénéficiaires, et à assurer la coordination de l'aide au développement.  L'efficacité et la pertinence du Forum dépendront de la capacité de l'ECOSOC de superviser l'organisation de ces programmes.  Il faudra mettre en place des instruments de contrôle de l'efficacité de l'assistance, la Déclaration de Paris étant une bonne base de travail dans ce domaine.  Le Forum sera un excellent lieu de travail, étant donné qu'il regroupe tous les partenaires du développement, et non les seuls donateurs.  Enfin, il est essentiel que les donateurs au sens large soient prêts à fournir des informations sur l'organisation de leur action pour le développement: les Nations Unies devront analyser ces informations et en retirer les conclusions dont le Forum pourrait tirer parti.


M. JOÃO GOMES CRAVINHO (Secrétaire d'État aux affaires étrangères de la coopération du Portugal, au nom de l'Union européenne), a souligné que c'est un honneur pour l'Union européenne de participer à cette inauguration au moment où la réforme des Nations Unies s'efforce d'améliorer l'efficacité de l'organisation.  Nous souhaitons que les Nations Unies aident encore mieux les pays en développement à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement par le biais d'approches qu'ils s'approprient réellement, a-t-il précisé.  Ce Forum vient répondre au besoin d'un dialogue approfondi sur la coopération en matière de développement.  En tant que contributeur majeur, l'Union européenne, qui fournit à elle seule 57% de l'aide publique au développement, se félicite de la création de ce Forum qui offre l'occasion de discuter des meilleures moyens d'améliorer la coopération en matière de développement et d'évaluer les obstacles à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.


À mi-parcours de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, le lancement de ce Forum est symbolique, a poursuivi le Secrétaire d'État portugais.  Allié à l'examen ministériel annuel, le Forum prouvera sa valeur ajoutée pour ce qui est de la mise en œuvre de ces objectifs.  Il s'agit d'un mécanisme crucial pour renforcer le rôle de coordination des politiques pour les questions économiques, sociales et environnementales du Conseil.  Le fait que le Forum soit ouvert à la participation de toutes les parties prenantes, y compris des organisations des Nations Unies, des institutions financières internationales, des organisations régionales, de la société civile et des représentants du secteur privé, renforce nos convictions quant à l'utilité d'un tel forum.  Il faut un dialogue qui permette à tous les acteurs du développement de s'exprimer, a insisté M. Cravinho, car tous ont beaucoup à apprendre de chacun.   S'agissant du programme du Forum, il a dit souhaiter que le Forum se penche sur les questions de l'architecture de l'aide, de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris et du rôle des nouveaux donateurs.  Ce dialogue devrait aussi contribuer à ce que les principes fondamentaux de la coopération en matière de développement, tel que les principes d'appropriation nationale, soient pris en considération par les parties prenantes, a-t-il conclu.


M. LI BADAONG (Chine) a estimé que ce nouveau Forum devrait agir dans quatre directions principales.  Il devrait d'abord demander aux pays riches d'honorer leur engagement de consacrer 0,7% de leur PNB au développement.  Le Forum devra aussi amener les grandes nations commerciales à s'engager dans la voie d'une résolution du cycle de négociations de Doha.  En outre, il devra mettre en place un mécanisme pour le contrôle et l'évaluation équitables et opportuns des Objectifs du Millénaire pour le développement.  En troisième lieu, il devra être capable de s'informer des faits nouveaux intervenus en matière de sécurité au sens large - conflits, environnement, santé - et d'y réagir de manière préemptive.  En particulier, le Forum devra inciter les États à ratifier et respecter le protocole de Kyoto.  Enfin, les rôles respectifs de chacune des parties prenantes du développement devra être pleinement pris en compte.  À cet égard, le Forum, qui rassemble des intervenants de tous les secteurs, pourrait utiliser cet avantage pour encourager des partenariats plus étroits entre parties concernées et pour renforcer leur action, toujours dans l'objectif du développement international.


M. RICHARD T. MILLER (États-Unis) a exprimé l'espoir que le Forum saura être aussi créatif que l'examen ministériel annuel.  Un Forum est un lieu d'échanges, d'idées, d'informations.  La question de l'efficacité de l'aide est centrale, a ajouté le représentant.  Comment mieux l'appliquer, quand et comment est-elle efficace?  Ces questions revêtent une importance particulière pour un pays donateur comme les États-Unis.  Bien qu'il soit difficile d'attribuer certains résultats de développement à un type d'aide spécifique, c'est le genre d'information qui a le plus d'impact sur les flux d'aide, a-t-il souligné.


Pour M. WALTER FUST (Suisse), la mise sur pied d'un Forum de la coopération au développement est une avancée significative, cette nouvelle plate-forme offrant à l'ECOSOC une occasion unique d'engager tous les acteurs concernés dans un dialogue sur les éléments critiques qui affectent la qualité et la pertinence du système d'aide internationale et de promouvoir un renforcement de la coordination et un meilleur impact de l'aide au développement.   L'architecture mondiale du développement souffre de nombreux dysfonctionnements, a observé le représentant de la Suisse, et doit être ajustée à un environnement global qui évolue rapidement.  Cette architecture souffre d'une part d'un manque de coordination au niveau institutionnel et intergouvernemental et est largement déconnectée des principaux bénéficiaires.  D'autre part, on note l'absence de consensus au niveau de la définition d'un cadre conceptuel pour l'efficacité de l'aide et une compétition entre des lignes de financement totalement disjointes.  Avec la mise sur pied du Forum, l'occasion est donnée de s'attaquer à ces dysfonctionnements, s'est félicité M. Fust.  Cet instrument permettra de faire l'inventaire des tendances globales en matière de stratégie et de politique de coopération au développement, de même que des tendances émergentes sur le terrain.  Il offrira aussi une opportunité unique de développer des instruments à même de clarifier et de renforcer la responsabilité mutuelle des pays donateurs et des pays bénéficiaires telle qu'inscrite dans le consensus de Monterrey et de préparer la conférence de Doha sur le financement du développement qui se tiendra l'année prochaine, a conclu le représentant suisse.


M. MIKHAIL SAVOSTYANOV (Fédération de Russie) s'est dit persuadé que toutes les conditions sont réunies pour que le Forum soit une plateforme essentielle pour un dialogue fructueux et pour débattre de l'efficacité de la coopération en matière de développement.  Ce Forum est une nécessité.  Et les plateformes des Nations Unies pour favoriser le dialogue ont prouvé leur utilité.  Le représentant russe a souligné que la question de l'efficacité de l'aide est centrale.  Il faut accorder la plus haute importance aux questions de l'appropriation nationale du développement et de l'harmonisation des efforts des donateurs.  Dans le même ordre d'idées, il est important, dans la définition des thèmes des futures sessions du Forum, de faire un choix équilibré qui reflète les intérêts des donateurs comme ceux des pays partenaires.  Il convient également d'assurer l'efficacité des travaux du Forum, de réfléchir aux orientations des principes directeurs.  Ces dernières pourraient être contenues dans le rapport annuel de l'ECOSOC destiné à l'Assemblée générale, a-t-il proposé.  En outre, il a insisté sur l'importance pour le Forum de s'inscrire dans l'architecture déjà existante, et notamment de la Déclaration de Paris.  Pour conclure, il a expliqué que son pays, en tant que pays donateur, est résolu à discuter des moyens d'améliorer la coopération en matière de développement.  C'est la priorité de la Russie pour les années à venir.


M. BAN KI-MOON, Secrétaire général des Nations Unies, a observé que le système international d'aide au développement, qui s'est développé au gré des circonstances, apparaît aujourd'hui inutilement fragmenté et complexe.  Le nombre de donateurs ne cesse d'augmenter et les échanges avec les pays partenaires sont de plus en plus multiformes et exigent des efforts constants.  Les politiques et procédures appliquées par les donateurs sont très diverses et leur harmonisation difficile.  Les administrations nationales sont souvent débordées par le travail que nécessitent l'application des règles et les réponses aux demandes des différentes parties prenantes.  Pour relever ces défis, il faut veiller à ce que toutes les parties prenantes fassent entendre leur voix et contribuent activement à l'établissement d'un vaste consensus sur la gouvernance de la coopération internationale pour le développement.  Le Forum a un rôle essentiel à jouer dans l'établissement de ce consensus: il permet en effet de réunir les principaux acteurs afin de mettre la coopération pour le développement au service des objectifs de développement convenus au niveau international.  Mais cette initiative mondiale ne portera ses fruits que si tous les acteurs concernés – gouvernements, entités du système des Nations Unies, société civile, parlements, secteur privé et milieux universitaires – comprennent qu'ils doivent se rendre mutuellement des comptes.


Jusqu'à une période récente a poursuivi le Secrétaire général, le déclin de longue date de l'aide publique au développement semblait devoir s'inverser.  Mais, comme le montre la diminution de l'aide publique au développement en 2006, rien n'est acquis.  M. Ban a instamment engagé les donateurs à prendre l'engagement d'accroître le montant de leur aide dans des délais précis afin que les objectifs prévus pour 2010 et 2015 puissent être atteints.  Enfin, le Secrétaire général a invité tous les pays participant au Cycle du développement de Doha à retrouver un esprit de coopération et de collaboration et à conclure les négociations commerciales de telle sorte qu'elles bénéficient à ceux qui en ont le plus besoin.


Le Forum est une instance propice pour établir des consensus et constituer des partenariats solides fondés sur une démarche participative et sans exclusive, a déclaré M. Ban, se disant convaincu qu'on ne tardera pas à reconnaître sa capacité à produire des résultats de qualité – notamment à formuler des orientations politiques concrètes et réalistes et des recommandations utiles à toutes les parties prenantes.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.