LES MINISTRES RÉUNIS À GENÈVE POUR LA SESSION DE L’ECOSOC INVITÉS À REMPLIR LEURS ENGAGEMENTS POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE

29 juin 2007
ECOSOC/6273

LES MINISTRES RÉUNIS À GENÈVE POUR LA SESSION DE L’ECOSOC INVITÉS À REMPLIR LEURS ENGAGEMENTS POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE

29/06/2007
Conseil économique et social
ECOSOC/6273
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LES MINISTRES RÉUNIS À GENÈVE POUR LA SESSION DE L’ECOSOC INVITÉS À REMPLIR LEURS ENGAGEMENTS POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE

(Publié tel que reçu)

Genève, 29 juin (Service d’information des Nations Unies) -- Au cours de sa session de fond qui se tiendra à Genève du 2 au 5 juillet, le Conseil économique et social des Nations Unies cherchera à obtenir des Ministres réunis à cette occasion, des engagements concrets pour sortir des millions de personnes de la pauvreté et de la faim. 

Il faudra renforcer de manière significative les engagements et assurer la participation de tous les acteurs pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement d’ici à 2015 comme prévu.  À ce jour, les résultats démontrent que la stratégie de l’Agenda des Nations Unies pour le développement fonctionne, mais pas encore sur une échelle suffisante.  Par conséquent, le message ne consiste pas seulement à maintenir le rythme, mais à accélérer la mise en œuvre.

Le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, ouvrira le débat de haut niveau du Conseil.  Plusieurs personnalités de haut rang s’adresseront également au Conseil, notamment la Présidente de la Suisse, Mme Micheline Calmy-Rey; le Premier Ministre de Lituanie, M. Gediminas Kirkilas; et le Premier Ministre du Barheïn, Seikh Khalifa Bin Salman Al Khalifa.

Participeront également au débat de haut niveau M. Supachai Panitchpakdi, Secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement; M. Pascal Lamy, Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce; M. François Bourguignon, Chef économiste de la Banque mondiale; M. Kemal Dervis, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement; et M. Jeffrey Sachs, Conseiller spécial du Secrétaire général sur les Objectifs du Millénaire pour le développement.

Les Objectifs peuvent encore être atteints

Selon les rapports des Nations Unies préparés pour le débat de haut niveau, les Objectifs du Millénaire pour le développement pourront être atteints à mi-parcours, y compris dans certains pays parmi les plus défavorisés, à condition que les engagements qui ont été pris soient rapidement honorés par les États Membres.  Il n’existe pas de solution magique pour atteindre les Objectifs, mais pour y parvenir, tous les pays doivent associer la bonne gouvernance -des politiques économiques efficaces et l’obligation redditionnelle de l’État-;

davantage d’investissements publics dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’agriculture et des infrastructures; une amélioration de la qualité de l’aide et de l’allégement de la dette et un système commercial favorable au développement.

Dans son rapport à l’ECOSOC, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, souligne qu’il faut que les politiques internationales soient axées sur l’appui aux initiatives nationales visant à promouvoir une croissance favorable aux pauvres.  Pour de nombreuses économies, qui subissent l’effet de forces échappant à leur contrôle direct du fait de la mondialisation, il faut consacrer un effort particulier à la création d’un environnement international propice aux actions nationales.  Le rapport du Secrétaire général met en lumière la nécessité d’une coordination internationale et régionale des politiques macroéconomiques de manière à créer des conditions plus stables pour la croissance. 

L’examen ministériel annuel auquel procédera pour la première fois l’ECOSOC, donnera l’occasion au Bangladesh, à la Barbade, au Cambodge, au Cap Vert, à l’Éthiopie et au Ghana, de présenter leurs expériences dans la mise en œuvre de leurs stratégies nationales de développement afin d’atteindre les objectifs internationalement reconnus.

Le Conseil examinera de nouvelles mesures qui lui permettront de renforcer son rôle dans l’examen des questions de développement et déterminera de quelle manière les activités des Nations Unies dans le domaine du développement peuvent être renforcées pour mieux affronter les défis du développement. 

Le Conseil utilisera ses nouveaux forums de haut niveau, notamment l’examen ministériel annuel et le Forum pour la coopération en matière de développement, pour surveiller la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le développement et d’autres objectifs de développement internationalement reconnus, et pour trouver les moyens de garantir leur réalisation.

Présentation de l’ECOSOC

Le Conseil économique et social est, aux termes de la Charte des Nations Unies, l’organe principal de coordination des activités économiques et sociales de l’ONU et de ses organismes et institutions spécialisées -qui constituent ce que l’on appelle « le système des Nations Unies ».  Il coordonne en particulier le travail des 14 institutions spécialisées des Nations Unies, 10 commissions techniques et cinq commissions régionales des Nations Unies.  Il est saisi des rapports de 10 fonds et programmes des Nations Unies et fait des recommandations au système des Nations Unies et aux États Membres.  Les 54 membres du Conseil se réunissent chaque année, alternativement à New York et Genève.  Cette année, le Conseil se réunit à Genève sous la présidence de l’Ambassadeur Dalius Cekuolis, de Lituanie.

Outre les Ministres et les hauts fonctionnaires des États Membres et des institutions, fonds et programmes des Nations Unies, d’autres délégations participeront aux débats, notamment le Président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, M. Rajendra K. Pachauri; le Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, M. Michel Kazatchkine; le Chef exécutif du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), M. Firmino Mucavele; et le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales, M. Sha Zukang.

L’examen ministériel annuel, que le Conseil inaugure cette année, vise à accélérer et à évaluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’Agenda des Nations Unies pour le développement, y compris les Objectifs du Millénaire pour le développement, tels que définis dans le cadre de plusieurs conférences et sommets qui ont été organisés depuis les années 1990.  L’examen servira de forum de haut niveau sur les engagements politiques et pour l’échange de connaissances.  Il doit aboutir à une déclaration ministérielle approuvée par tous les participants.

Le Forum pour la coopération en matière de développement passera en revue les tendances et les progrès réalisés dans le domaine de la coopération internationale en matière de développement et fournira des orientations politiques et des recommandations afin de promouvoir une coopération internationale efficace en matière de développement.  Après avoir identifié les lacunes et les obstacles, le Forum adoptera des recommandations sur des mesures pratiques et des politiques à mettre en œuvre pour améliorer la cohérence.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Jon Herbertsson,Service de l’information à Genève:

Tel +41 22 917 4894, e-mail  jherbertsson@unog.ch

Newton Kanhema, Département de l’information des Nations Unies:

Tel: 1 917 349 8454, mailto:kanhema@un.org

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.