LE COMITÉ CHARGÉ DES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES ENTAME SA SESSION 2007

22 janvier 2007
ECOSOC/6248-ONG/610

LE COMITÉ CHARGÉ DES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES ENTAME SA SESSION 2007

22/01/2007
Conseil économique et social
ECOSOC/6248 ONG/610
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Comité chargé des ONG

Session ordinaire de 2007

1e et 2e séances – matin et après-midi

LE COMITÉ CHARGÉ DES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES ENTAME SA SESSION 2007

Il recommande l’octroi du statut consultatif auprès de l’ECOSOC à 48 ONG

C’est par l’examen de 52 demandes que le Comité des organisations non gouvernementales a entamé aujourd’hui sa session de 2007.  Il a ainsi recommandé que le statut consultatif spécial soit accordé à 48 organisations et l’inscription sur la Liste pour quatre ONG.

Dans sa déclaration d’ouverture de session, M. Dalius Cekuolis, Président du Conseil économique et social, a rappelé que depuis de nombreuses années, la communauté des ONG contribuait efficacement aux travaux du Conseil.  Il a aussi rappelé les termes de la résolution 61/16 de l’Assemblée générale par laquelle l’ECOSOC était invité à réunir tous les partenaires en matière de développement, afin de parvenir aux objectifs fixés par l’ONU comme la réduction de la pauvreté.  Cette année, seront mis en place par l’ECOSOC les mécanismes de l’Examen ministériel annuel et du Forum biennal pour la coopération en matière de développement pour évaluer les progrès réalisés dans la poursuite des objectifs en matière de développement, notamment des Objectifs du Millénaire pour le développement.  En tant que partenaires importants de ce dialogue, les organisations non gouvernementales devront apporter leur contribution, a-t-il souhaité.  Le Président du Conseil a également évoqué la « foire aux innovations » qui aura lieu pendant le segment de haut niveau, où les ONG et le secteur privé auront une occasion de s’exprimer.  M. Cekuolis a aussi cité les propos du Secrétaire général Ban Ki-moon qui déclarait, le 17 janvier dernier, que l’ECOSOC demeurait l’organe de développement clefs, avec la coopération de la société civile.

Après avoir été élu Président du Comité, M. Pedro A. Roa Arboleda (Colombie) a espéré que le Comité conduirait efficacement ses séances pour examiner 103 nouvelles demandes d’organisations, six demandes de reclassement, 29 anciennes demandes et 100 rapports quadriennaux.  Il s’est engagé à travailler de manière transparente et équitable.  Le Président a également lu un message de l’ancienne présidente du Comité par lequel celle-ci exprimait ses regrets d’avoir dû abandonner cette fonction, ayant été rappelée au sein du Ministère des affaires étrangères colombien.

Rappelant qu’il y avait 2 800 ONG actuellement dotées du Statut consultatif, Mme Hanifa Mezoui, Chef de la Section des ONG, a averti de la charge de travail importante du Comité cette année.  C’est plus de 237 cas qui devront être examinés, a-t-elle précisé, assurant que la Section des ONG allait continuer à assurer un soutien technique au Comité grâce notamment aux ordinateurs mis à la disposition de ses membres.  La Section des ONG a incorporé les éléments de la réforme de l’ECOSOC, comme la réunion ministérielle annuelle et le forum pour la coopération au développement, a-t-elle précisé.  Mme Mezoui a, par ailleurs, indiqué que, conformément au renforcement du partenariat entre l’ONU et les ONG, la Section avait conduit des missions à l’extérieur, dont une en Inde, pour la commémoration du 150e anniversaire de l’Institut pour l’éducation pour les droits de l’homme.

Après avoir élu son nouveau Président, le Comité a réélu en qualité de Vice-Présidents MM. Hassan Hamid Hassan (Soudan), Serhat Aksen (Turquie), Bilal Hayee (Pakistan) ainsi que M. Octavian Stamate (Roumanie) qui assure aussi les fonctions de Rapporteur.

L’ordre du jour* du Comité a également été adopté et comprend l’examen des demandes d’admission au Statut consultatif et demandes de reclassement reçues d’ONG, tant les demandes dont le Comité a décidé de reporter l’examen lors de sessions antérieures que les nouvelles demandes.  Le Comité examinera aussi les demandes d’admission reçues d’ONG dotées du Statut consultatif auprès de l’ECOSOC ayant fusionné avec des organisations non dotées de ce statut.  En outre, le Comité examinera les rapports quadriennaux des organisations, notamment ceux dont l’examen a été reporté lors de ses sessions antérieures.

Les 19 membres du Comité examinent les demandes des ONG selon certains critères, afin de recommander pour elles le Statut consultatif général ou spécial auprès de l’ECOSOC, ou l’inscription sur la Liste.  Ils étudient ainsi le mandat de l’organisation requérante, son régime d’administration et l’état de ses finances.  Les organisations qui sont dotées du Statut consultatif général ou spécial peuvent assister aux réunions de l’ECOSOC et distribuer des déclarations.  Celles dotées du statut général peuvent en outre prendre la parole à certaines réunions et proposer des sujets pour l’ordre du jour.  Quant aux organisations inscrites sur la Liste, elles peuvent simplement assister aux réunions.

Les membres du Comité sont les suivants: Angola, Burundi, Chine, Colombie, Cuba, Égypte, États-Unis, Fédération de Russie, Guinée, Inde, Israël, Pakistan, Pérou, Qatar, Dominique, Roumanie, Royaume-Uni, Soudan et Turquie.

Aujourd’hui, le Comité a recommandé l’octroi du statut consultatif spécial aux organisations suivantes: Asociación Proyecto Hombre, organisation basée à Madrid qui œuvre en matière de prévention de la consommation de drogues, de traitement des toxicomanes et de réinsertion; Lutte contre les violences faites aux femmes et enfants mineurs, basée au Niger; PROSALIS – Projecto de Saúde em Lisboa, institution internationale privée de solidarité sociale; Women Chamber of Commerce and Industry Foundation, organisation pakistanaise qui dispense une formation aux artisanes et aux femmes nouvellement entrepreneurs; Foundation for Ecological Security, organisation indienne qui œuvre en faveur de la restauration et de la conservation écologique des ressources terrestres et aquatiques; Local Initiatives Program, organisation basée au Bangladesh qui fournit une assistance technique en vue de gestion locale durable et The PRASAD Project, Inc, organisation américaine qui a pour mission d’améliorer la vie des communautés grâce à des programmes de santé, d’éducation et de développement durable.

Le Comité a recommandé d’octroyer le statut consultatif spécial à All Russian Society of the Deaf, association russe œuvrant pour la protection des droits des sourds, soutenue par la Fédération de Russie; Transform Drug Policy Foundation, organisation basée au Royaume-Uni qui vise à encourager le dialogue entre les décideurs politiques internationaux pour diminuer les risques liés à la drogue; International Network for Small and Medium Sized Entreprises – INSME, organisation basée à Rome qui a pour mission de stimuler une coopération transnationale et des partenaires publics et privés dans le domaine de l’innovation et du transfert des technologies aux PME; Palakkad District Consumers’ Association, association de consommateurs qui a son siège en Inde; Tribal Link Foundation Inc, organisation basée à New York qui valorise les informations et les réseaux pour relier les populations autochtones et Institut du développement durable et des relations internationales, ONG qui a son siège à Paris et qui a pour objet de conduire une réflexion prospective et stratégique dans le domaine du développement durable.

Il en est de même pour The Suzanne Mubarak Women’s International Peace Movement, SMWIPM, organisation qui a son siège au Caire et qui cherche à renforcer l’impact de programmes, d’organisations et d’institutions en faveur de la paix, soutenue par la Roumanie, la Turquie et le Soudan; Children of the World Fund, organisation basée à Moscou qui agit en faveur du développement culturel et sportif des enfants et des jeunes; Geneva International Model United Nations (GIMUN), organisation ayant son siège en Suisse qui œuvre dans le domaine de l’éducation des jeunes; Mouvement « Ni Putes, Ni Soumises », ONG basée à Paris qui promeut l’égalité des droits entre les hommes et les femmes et lutte contre les violences faites aux femmes.

Ont aussi été recommandées pour le Statut consultatif spécial les organisations suivantes: Africa and Middle East Refugee Assistance (AMERA), ONG qui a son siège au Royaume-Uni et qui entend alléger les difficultés rencontrées par les réfugiés; Global Metro City – The Global Forum, organisation basée en Italie qui œuvre à la promotion de la globalisation en insistant sur le rôle primordial à jouer par les villes; International Eurasie Press Fund, ONG basée en Azerbaïdjan qui prend part au développement de la collectivité et renforce le rôle de la presse et des médias; Association des volontaires pour l’assistance au développement en Guinée, qui participe aux efforts d’amélioration des conditions de vie des couches sociales les plus vulnérables; Éducation pour la population et la vie familiale, organisation qui a son siège au Niger et qui a pour but de faire comprendre aux femmes et aux enfants les problèmes existant dans leur milieu et de contribuer à la promotion de ces groupes cibles; African Youth for Transparency, organisation ayant son siège au Nigéria qui a pour objectif d’éliminer, avec la participation active des jeunes, toutes les formes de corruption et de comportements répréhensibles dans la sphère tant privée que publique; Cojep International, organisation basée à Strasbourg qui lutte contre la discrimination, le racisme et la violence; Du pain pour chaque enfant, ONG basée au Luxembourg qui tend à améliorer la condition humaine, notamment par l’éducation primaire et Foundation Congo Assistance, ONG qui promeut l’action sociale en République du Congo.

Le Statut consultatif spécial a encore été recommandé pour les organisations suivantes: Bangwe et Dialogue, organisation dont le siège est situé à Genève et qui a pour but d’aider les femmes de la région des Grands Lacs en Afrique à amener la paix et la réconsiliation; Compagnie des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul, ONG basée à Paris qui s’attaque aux causes de l’injustice, préconisent l’autosuffisance et favorisent le rétablissement de la paix; Fondation Humanus, qui a pour mission d’œuvrer en faveur de l’état de droit et de la dignité humaine au Cameroun; Samaritan Community Center, organisation basée à Chicago qui a pour mission de forger des liens étroits avec d’autres groupes sociaux aux niveaux national et international; Convention of Independant Financial Advisors, organisation basée en Thaïlande qui a pour objectif d’évaluer les suites à donner notamment au Programme d’action de la Conférence de Beijing et aux Objectifs du Millénaire pour le développement et Dianova International, ONG qui a son siège à Barcelone et qui a pour but d’agir sur les maux sociaux tels que la pauvreté et la non-scolarisation.

D’autres ONG ont aussi fait l’objet de décisions favorables à l’octroi du statut consultatif spécial.  Il s’agit du Centre d’étude et de recherche pour l’intégration régionale et le développement en Afrique, organisation basée à Conakry qui a pour objectif de favoriser le développement économique, social et culturel de l’Afrique et en particulier de l’Afrique de l’Ouest; Sudan Association for Combatting Landmines, ONG soudanaise qui vise à créer un climat de confiance et à consolider la paix par la lutte antimine; Alliance Niger-Nature, organisation qui a son siège à Niamey et qui a pour objectif de contribuer au développement socioéconomique du Niger; Kenya Women’s Political Caucus, organisation qui a pour but d’autonomiser les femmes et d’accroître leur participation à l’Assemblée nationale, et aux administrations locales; Christian Legal Fellowship, organisation basée au Canada qui encourage les juristes pratiquants à maintenir les normes éthiques les plus élevées possibles et à faire preuve de compassion à l’égard de ceux qui ont le plus besoin d’une assistance; Legal Service Coalition, organisation croate qui a pour objectif de renforcer le rôle et l’influence de ses membres dans la société civile croate pour le développement de la démocratie et Solidarité africaine pour la préservation de la paix et de l’environnement en République centrafricaine, organisation basée Bangui qui aide à créer une société libre sans violence pour conduire à une existence paisible.

Il en a été de même pour Sudanese Women General Union, organisation dont le siège se trouve à Khartoum et qui promeut la participation réelle des femmes au développement, soutenue par le Qatar, l’Égypte, la Guinée, la Chine et Cuba, ces deux derniers faisant valoir l’importance de la bonne répartition géographique des ONG à l’ONU; Centro de Estudios de Estado y Sociedad, organisation ayant son siège à Buenos Aires qui stimule les capacités de recherche dans le domaine des sciences sociales en Argentine et dans le reste de l’Amérique latine; L’auravetli’an Information & Education Network of Indigenous Peoples, organisation qui a pour but d’améliorer les capacités des populations autochtones de la Fédération de Russie de participer pleinement à une société russe multiculturelle; Fondation Singamma Sreenivasan, organisation indienne qui a pour objectif de favoriser l’autonomisation des femmes par la démocratie participative; AIESEC International, organisation basée aux Pays-Bas qui œuvre en faveur de la paix et de l’accomplissement du potentiel humain; Isha Foundation, organisation ayant son siège en Inde consacrée à améliorer la santé physique, mentale et spirituelle de tous les êtres humains et Safari Club International Foundation, organisation basée aux États-Unis qui finance et gère des programmes mondiaux consacrés à la protection de la faune et de la flore et aux services humanitaires.

Dans le cadre du dialogue avec les représentants d’ONG présents, qui doit avoir lieu tous les jours entre 17 et 18 heures, les membres du Comité ont d’abord examiné le cas de Salesian Missions.  C’est une organisation basée aux États-Unis et qui collabore avec des missionnaires partout dans le monde en pourvoyant aux besoins matériels et spirituels de personnes pauvres ou abandonnées, en particulier des jeunes.  Aucune question n’a été posée à son représentant et le statut consultatif spécial a été recommandé.  Il en a été de même pour le Conseil international du sport militaire, association sportive internationale basée à Bruxelles composée des forces armées des États membres de l’Assemblée générale.

Le Comité a aussi pris des décisions favorables à l’inscription sur la Liste aux organisations suivantes: Marine Conservation Biology Institute, ONG basée aux États-Unis qui se consacre à protéger et réhabiliter la vie marine; Build Jamaica Foundation, ONG qui a son siège à Kingston et qui cherche à promouvoir la prospérité économique et sociale et Association des amis du Centre hospitalier universitaire Mohammed VI, ONG marocaine qui agit pour la solidarité en matière de santé.  L’inscription sur la Liste a aussi été recommandée à Association of International Automobile Carriers of the Republic of Tajikistan, ONG qui cherche à aider ses membres à organiser et assurer le transport international de marchandises et de passagers par véhicules automobiles.

En ce qui concerne l’organisation Ramola Bhar Charitable Trust – Projet STOP, la décision sur sa demande de statut consultatif spécial a été reportée, en attendant que les comptes reflètent mieux la réalité.  Le représentant du Pakistan avait en effet posé une question sur l’utilisation des fonds supplémentaires dont elle dispose, ainsi qu’une autre sur le nom de l’organisation.  La représentante de l’ONG a expliqué que celle-ci visait l’éradication totale de la traite des femmes et des enfants, le problème étant abordé sous un angle hollistique, pour aboutir à la réinsertion de ses victimes.  Le projet STOP (Stop Traffiking and Oppression of Children and Women) est donc une action spécifique de ce Trust, a-t-elle précisé.  Elle a ensuite expliqué que les bénéfices provenant de dons avaient été utilisés en totalité, en juin 2005, pour acheter un terrain et construire un abri pour 50 enfants.

Le Comité a aussi reporté, à la demande de la Chine, la décision concernant Join Together Society Korea.  La représentante de la Chine a expliqué que l’organisation était chargée de faire respecter les droits de l’homme pour les enfants et les groupes sociaux les plus démunis.  Elle a créé des écoles maternelles et construit un hôpital en Inde, a-t-elle indiqué, et a travaillé contre la famine en République populaire démocratique de Corée.  Pour ce qui concerne les documents de travail, elle a expliqué le retard dans leur communication mais assuré qu’au final tous les documents demandés avaient été fournis.  À une question de la délégation chinoise sur la coopération avec les ONG locales, elle a indiqué qu’elle travaillait en partenariat avec les populations.

Il en a été de même pour International Trade Confederation, sur demandes de la Colombie et de la Chine.  La Chine ne s’est pas opposée à l’octroi du statut consultatif spécial, mais a rappelé qu’il s’agissait d’un cas de fusion entre deux organisations.  Le délégué américain a rappelé pour sa part que les deux anciennes organisations jouissaient du statut consultatif général et considéré qu’il n’y avait pas de raison pour que la nouvelle ne jouisse pas du même statut.  Il s’agit d’une nouvelle demande et non d’une demande de reclassement, a d’ailleurs précisé le Président du Comité.

La décision a été différée pour le Cercle national des droits de l’homme (CNDH) après que le Comité a entendu la Colombie qui s’est interrogée sur la direction et le budget de l’organisation.  En ce qui concerne l’ONG Jewish National Fund, la décision a également été reportée, sur demande notamment de l’Observateur de la Palestine qui a rappelé que si cette organisation avait beaucoup travaillé en matière de reboisement, elle avait néanmoins participé à de nombreuses activités dangereuses dans les territoires palestiniens occupés.

L’examen des demandes des organisations suivantes a, en outre, été reporté: World Wind Energy Association et International Harm Reduction Association, à la demande de la Chine qui a souhaité que ces organisations corrigent leurs documents de candidature en remplaçant « Taïwan » par « Taïwan province chinoise », pour se conformer à la terminologie des Nations Unies; Islamic Human Rights Commission, comme l’a souhaité la Fédération de Russie qui notait que le site Web de l’organisation ne reflétait pas toujours de façon correcte les régions géographiques ni la terminologie des Nations Unies.

Le Comité reprendra ses travaux demain, mardi 23 janvier, à 10 heures.

* E/C.2/2007/1

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.