B. LYNN PASCOE TRANSMET AU CONSEIL DE SÉCURITÉ LE MESSAGE DE SOUTIEN DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL AUX EFFORTS DIPLOMATIQUES EN COURS AU MOYEN-ORIENT

24 octobre 2007
CS/9155

B. LYNN PASCOE TRANSMET AU CONSEIL DE SÉCURITÉ LE MESSAGE DE SOUTIEN DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL AUX EFFORTS DIPLOMATIQUES EN COURS AU MOYEN-ORIENT

24/10/2007
Conseil de sécurité
CS/9155
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

5767e séance – matin


B. LYNN PASCOE TRANSMET AU CONSEIL DE SÉCURITÉ LE MESSAGE DE SOUTIEN DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL AUX EFFORTS DIPLOMATIQUES EN COURS AU MOYEN-ORIENT


Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. B. Lynn Pascoe, a transmis ce matin au Conseil de sécurité le message de soutien du Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, aux efforts diplomatiques en cours au Moyen-Orient.  Le dialogue politique israélo-palestinien et l’engagement diplomatique international en faveur du processus de paix atteignent le plus haut degré d’intensité observé depuis des années, a-t-il affirmé lors de son exposé mensuel sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne.


M. Pascoe a indiqué que le Secrétaire général espérait que la réunion internationale sur la paix israélo-palestinienne que le Président américain George Bush a proposé de convoquer permettra de discuter en profondeur d’une paix permanente, avec une forte participation arabe et produira des résultats tangibles pour la vie des Israéliens et des Palestiniens.  Un échec du processus en cours serait un revers majeur avec des conséquences de large envergure, a déclaré le Secrétaire général adjoint, qui s’est également dit préoccupé par les derniers événements sur le terrain en Cisjordanie et la sérieuse détérioration de la situation à Gaza.


S’agissant du Liban, M. Pascoe a souligné l’importance de la prochaine élection présidentielle pour réaffirmer la souveraineté, l’intégrité territoriale, l’unité et l’indépendance politique du pays.  Il est essentiel que le nouveau Président soit élu selon les dispositions constitutionnelles et sans ingérence étrangère, a-t-il estimé.


LA SITUATION AU MOYEN-ORIENT, Y COMPRIS LA QUESTION PALESTINIENNE


Exposé


M. B. LYNN PASCOE, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, a affirmé que depuis son dernier exposé devant le Conseil de sécurité, le dialogue politique israélo-palestinien et l’engagement diplomatique international en faveur du processus de paix au Moyen-Orient atteignaient le plus haut degré d’intensité observé depuis des années.  Toutefois, des faits préoccupants se sont déroulés sur le terrain en Cisjordanie et la situation à Gaza s’est sérieusement détériorée, a-t-il nuancé.


M. Pascoe a notamment rappelé que le Quatuor avait offert son ferme soutien aux pourparlers bilatéraux entre le Premier Ministre Ehud Olmert et le Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lorsqu’ils se sont rencontrés à New York, le 23 septembre.  Les deux hommes ont continué leurs rencontres et ont chargé leurs équipes, dirigées respectivement par la Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères israélien Tzipi Livni et le Premier Ministre palestinien Ahmed Qurei, de travailler de manière intensive sur un document-cadre pour la réunion internationale.  Le Quatuor, de son côté, a promis d’appuyer la réunion internationale et d’œuvrer au succès de la mise en œuvre de ses conclusions. 


Les conditions sociales et économiques en Cisjordanie restent une source de grave préoccupation, a en outre estimé M. Pascoe.  L’activité économique et les opérations humanitaires seront sérieusement affectées par la décision d’Israël de restreindre l’accès des résidents de Cisjordanie, y compris du personnel des Nations Unies, à Jérusalem-Est et à la « zone de jointure » entre le mur de séparation et la ligne verte.  De même, a-t-il expliqué, l’intention annoncée de réduire de 12 à 6 le nombre des points de passage pour les marchandises, et l’imposition de procédures « coup sur coup » et de nouvelles règles douanières signifierait, en cas d’application, une augmentation importante du coût des transports de l’aide humanitaire.  Les Nations Unies, a-t-il ajouté, discutent activement avec le Gouvernement israélien pour qu’il reconsidère ces mesures en raison de leur impact sur les opérations humanitaires essentielles. 


M. Pascoe a également fait état de la poursuite de la construction du mur de séparation à travers le Territoire palestinien occupé, malgré l’avis consultatif de la Cour internationale de Justice de 2004.  Il a ajouté que les activités d’implantation des colonies de peuplement s’étaient poursuivies au cours du mois, en dépit de l’appel du Quatuor pour que soient prises des mesures immédiates supplémentaires visant à satisfaire les engagements précédents, y compris la Feuille de route.


Le Secrétaire général adjoint a également constaté que les divisions internes palestiniennes demeuraient.  L’Autorité palestinienne continue d’insister pour que le Hamas revienne sur les mesures des quatre derniers mois et accepte les décisions prises par le Président Abbas.  Le Hamas maintient son refus d’un retour au statu quo préalable, tout en s’opposant aux négociations entre le Président de l’Autorité palestinienne et le Premier Ministre israélien Ehud Olmert ainsi qu’à la réunion internationale convoquée par le Président des États-Unis, en l’absence d’un consensus interne palestinien.  M. Pascoe a par ailleurs noté que lors des violences interpalestiniennes, quatre Palestiniens ont été tués et 69 autres blessés, la plupart à Gaza. 


Au cours des violences entre Israéliens et Palestiniens, 31 Palestiniens, dont un enfant, ont été tués, et 153 autres ont été blessés, dont 26 enfants, tandis qu’un Israélien a été tué et six autres blessés, a indiqué M. Pascoe.  En outre, 200 Palestiniens ont été détenus par les Forces de défense israéliennes.  Un des 11 000 Palestiniens détenus dans des prisons israéliennes est mort à la suite de blessures, a-t-il souligné, précisant également que le caporal israélien Gilad Shalit se trouvait en captivité à Gaza depuis 17 mois. 


M. Pascoe a rappelé la profonde inquiétude exprimée par le Secrétaire général après qu’Israël eut désigné Gaza « territoire hostile », restreignant le passage de biens et réduisant la fourniture de carburant et d’électricité.  La situation humanitaire à Gaza se détériore de façon alarmante, malgré l’intention affichée par Israël d’éviter une crise humanitaire, a-t-il dit.  Il a indiqué que 50 camions chargés de biens humanitaires entraient quotidiennement à Gaza, alors qu’ils représentaient le double en juin et juillet et que l’inflation avait bondi de 10% ces deux derniers mois pour les biens alimentaires.  Les transferts de personnes gravement malades vers Israël au point de passage d’Erez sont passés de 40 par jour en juillet à 5 le mois dernier, a-t-il poursuivi.  Il s’est inquiété de la fermeture annoncée du point de passage de Sufa, l’un des points encore ouverts pour les biens humanitaires.  Il est difficile de voir en quoi les inquiétudes en matière de sécurité peuvent justifier les difficultés causées par ces mesures, a-t-il déclaré.


Concernant la situation au Liban, M. Pascoe a décrit les nombreux reports dans la convocation du Parlement pour élire un nouveau Président.  La prochaine session est fixée au 12 novembre, a-t-il dit, en soulignant l’importance de cette élection pour réaffirmer la souveraineté, l’intégrité territoriale, l’unité et l’indépendance politique du Liban.  Il est essentiel que le nouveau Président soit élu selon les dispositions constitutionnelles et sans interférence étrangère, a-t-il ajouté.


Il a indiqué que situation demeurait précaire dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban, avec des affrontements armés sporadiques entre milices palestiniennes.  Il a appelé les donateurs à poursuivre leur assistance financière, dont il a rappelé le caractère vital pour les réfugiés.  Il a par ailleurs fait état de 142 survols du territoire libanais par des avions ou de drones israéliens, constatées par la FINUL.  Ces survols quasi quotidiens, non seulement constituent une grave violation des résolutions du Conseil de sécurité, mais ils sapent également la crédibilité de la FINUL et des Forces armées libanaises aux yeux de la population, a-t-il estimé, en ajoutant qu’Israël les justifiait par les prétendus manquements à la résolution 1701, notamment des violations de l’embargo sur les armes. 


Le Secrétaire général soutient fermement les efforts diplomatiques en cours et il espère que la réunion internationale permettra de discuter en profondeur d’une paix permanente, avec une forte participation arabe et produira des résultats tangibles pour la vie des Israéliens et des Palestiniens, a déclaré, en conclusion, M. Pascoe.  Le Secrétaire général encourage les parties à faire preuve de courage pour parvenir à un accord sur les questions clefs et établir un processus de suivi clair.  Il les appelle à prendre d’urgence des mesures pour rétablir la confiance et à améliorer la situation sur le terrain.  Un échec de ce processus serait un revers majeur avec des conséquences de grande envergure, a déclaré M. Pascoe en continuant à délivrer au Conseil le message du Secrétaire général.


M. Ban Ki-moon s’est par ailleurs inquiété, par l’intermédiaire du Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, du bien-être de la population de Gaza, en regrettant la division du Territoire palestinien occupé.  M. Pascoe a enfin informé le Conseil de la démission de M. Kevin Kennedy, Coordonnateur spécial adjoint des Nations Unies, et Coordonnateur résident et Coordonnateur de l'action humanitaire. 


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.