LE CONSEIL DE SÉCURITÉ EST VIVEMENT PRÉOCCUPÉ PAR LA SITUATION SÉCURITAIRE DANS L’EST DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

23 Juillet 2007
CS/9084

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ EST VIVEMENT PRÉOCCUPÉ PAR LA SITUATION SÉCURITAIRE DANS L’EST DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

23/07/2007
Conseil de sécurité
CS/9084
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

5721e séance – matin

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ EST VIVEMENT PRÉOCCUPÉ PAR LA SITUATION SÉCURITAIRE DANS L’EST DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Il exhorte les parties en présence à s’abstenir de toute action conduisant à une confrontation militaire qui risquerait d’aggraver la crise humanitaire dans les Kivus

À l’issue de consultations officieuses, le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet, M. Wang Guangya (Chine), a fait, ce matin, au nom des membres du Conseil, la déclaration suivante:

Le Conseil de sécurité exprime sa vive préoccupation devant la situation sécuritaire qui continue de se détériorer dans l’est de la République démocratique du Congo, en particulier dans le Nord-Kivu et dans le Sud-Kivu. Il s’inquiète tout particulièrement des graves conséquences humanitaires des actions violentes des groupes armés étrangers, notamment les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), et des activités militaires des brigades « mixées ».

Le Conseil de sécurité exhorte toutes les parties en présence à s’abstenir de tout action conduisant à une confrontation militaire, qui risquerait d’attiser davantage les tensions et d’aggraver la crise humanitaire dans les Kivus, et à rechercher une solution politique et diplomatique à la crise actuelle.

Le Conseil de sécurité appelle les brigades mixées et leurs commandants à intégrer les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et à cesser leurs activités de recrutement. Le Conseil de sécurité condamne le recrutement d’enfants en violation du droit international applicable et exhorte les éléments précités à libérer tous les enfants se trouvant dans leurs rangs.

Le Conseil de sécurité réitère la grave préoccupation que lui inspire la menace que les groupes armés étrangers et congolais présents dans l’est de la République démocratique du Congo continuent de représenter pour la population et pour la sécurité dans la région. Il exige à nouveau que ces groupes déposent les armes et s’engagent volontairement et sans préconditions dans la démobilisation, le rapatriement, la réinstallation et la réintégration, selon qu’il convient.

Le Conseil de sécurité invite le Gouvernement à mettre au point, en collaboration étroite avec la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), un plan global pour garantir la sécurité dans l’est du pays, notamment en accomplissant de nouveaux progrès dans le désarmement, la démobilisation et la réintégration des combattants congolais et le désarmement, la démobilisation, le rapatriement, la réinstallation et la réintégration des combattants étrangers, ainsi qu’en mettant fin à l’impunité, en promouvant la réconciliation, la cohésion sociale, le relèvement et le développement dans la région. Il relève avec préoccupation le nombre important de personnes déplacées, et souligne la nécessité de rassurer la population et de promouvoir dans la région une administration effective de l’Etat. Le Conseil accueille favorablement l’intention des autorités congolaises de faciliter un dialogue inclusif dans les Kivus et espère sa mise en œuvre rapide.

Le Conseil de sécurité encourage la MONUC à continuer, en application de son mandat, à soutenir les brigades intégrées des FARDC en vue de désarmer les groupes armés étrangers ou congolais récalcitrants afin d’assurer leur participation au processus de désarmement, de démobilisation, de rapatriement, de réinstallation et de réinsertion, selon qu’il convient. Il encourage les autorités congolaises à développer, en consultation étroite avec la MONUC, la planification nécessaire à cette fin, et souligne qu’il importe que toute opération qui pourrait nécessiter le soutien de la MONUC soit planifiée conjointement avec celle-ci et en conformité avec les droits internationaux de l’homme, des réfugiés et le droit humanitaire. . Le Conseil prie le Secrétaire général de le tenir informé sur ce processus de planification. Il souligne également qu’il importe que la MONUC poursuive ses efforts, dans l’application de son mandat, en vue d’assurer la protection des civils et de contribuer à l’amélioration des conditions de sécurité dans lesquelles est apportée l’aide humanitaire.

Le Conseil de sécurité encourage fortement le Gouvernement à mener à bien la réforme du secteur de la sécurité à l’échelle nationale à titre de priorité, en poursuivant ses efforts pour consolider la réforme de la police et intégrer les forces armées. Dans ce contexte, le Conseil reconnaît les efforts concertés du Gouvernement et de ses partenaires en vue de réunir une table ronde nationale sur la réforme du secteur de la sécurité, prévue en octobre prochain à Kinshasa.

Le Conseil de sécurité s’inquiète vivement du recrutement de combattants, y compris des enfants en violation du droit international applicable, à l’intérieur et en dehors de la République démocratique du Congo, en particulier par les forces fidèles à Laurent Nkunda.

Le Conseil engage les États voisins concernés à faciliter davantage la réinsertion effective des anciens combattants rentrant dans leur pays et à empêcher toute activité de recrutement sur leur territoire. Le Conseil reconnaît que de bonnes relations régionales, en particulier les relations entre la République démocratique du Congo et le Rwanda, sont un facteur important pour résoudre la crise dans les Kivus. Il encourage ces deux Gouvernements à poursuivre leur coopération pour régler leurs problèmes de sécurité communs, à améliorer leurs relations diplomatiques, et à soutenir le retour volontaire des réfugiés, en consultation avec le Haut Commissariat aux Réfugiés.

Le Conseil de sécurité encourage la MONUC, en application de son mandat, à aider, y compris en fournissant des bons offices, les efforts du Gouvernement visant à trouver à la crise des Kivus une solution durable en promouvant la réconciliation et le dialogue politique.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.