SERVITUDE OU TRAFIC D’ÊTRES HUMAINS, L’ESCLAVAGE SE NOURRIT AUJOURD’HUI DE LA DISCRIMINATION ET DE L’EXCLUSION SOCIALE, SOULIGNE KOFI ANNAN

17 novembre 2006
SG/SM/10745-OBV/594

SERVITUDE OU TRAFIC D’ÊTRES HUMAINS, L’ESCLAVAGE SE NOURRIT AUJOURD’HUI DE LA DISCRIMINATION ET DE L’EXCLUSION SOCIALE, SOULIGNE KOFI ANNAN

17/11/2006
Secrétaire général
SG/SM/10745 OBV/594
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

SERVITUDE OU TRAFIC D’ÊTRES HUMAINS, L’ESCLAVAGE SE NOURRIT AUJOURD’HUI DE LA  DISCRIMINATION ET DE L’EXCLUSION SOCIALE, SOULIGNE KOFI ANNAN

(Publié le 21 novembre – retardé à la traduction)

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général des Nations Unies, M. Kofi Annan, à l’occasion de la Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage qui sera célébrée le 2 décembre:

Le 25 mars 2007, on fêtera dans le monde entier le bicentenaire de l’abolition de la traite des esclaves dans les colonies britanniques. Cela nous rappellera qu’il a fallu se battre pendant des siècles pour faire des pas en avant dans la lutte contre l’esclavage – mais cela nous rappellera aussi que nous n’avons toujours pas réussi à l’éliminer complètement. Sous ses formes contemporaines, qui vont de la réduction en servitude pour cause de dette au trafic d’êtres humains, l’esclavage se développe grâce à la discrimination et à l’exclusion sociale et parce que les miséreux sont des proies faciles. Parce que nous ne sommes pas parvenus à faire reculer la pauvreté, à protéger les droits fondamentaux de tous les hommes et de toutes les femmes et à lutter efficacement contre l’impunité, ceux qui risquent d’être victimes d’exploitation et de mauvais traitements n’ont pas les moyens de s’en protéger.

La lutte contre l’esclavage a été la première campagne à rallier la communauté internationale dans un combat contre les plus honteuses atteintes aux droits de l’homme. Elle a montré à quel point l’appel à l’opinion publique pouvait être efficace, lorsque la cause est suffisamment mobilisatrice et ne laisse aucune place au compromis.

Aujourd’hui, nous devons absolument continuer cette lutte. Je demande aux États de ratifier tous les instruments internationaux contre l’esclavage et de faire preuve d’un esprit de coopération sans réserve avec tous les organes créés en vertu d’instruments relatifs aux droits de l’homme. Je les exhorte à se servir davantage des outils qui existent déjà, par exemple les principes et directives concernant les droits de l’homme et la traite des êtres humains. Je leur demande d’apporter des contributions généreuses au Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour la lutte contre les formes contemporaines d’esclavage, afin que nous puissions continuer à venir en aide aux victimes. Je les implore d’accélérer l’action menée pour éliminer la pauvreté là où elle a pris racine, car elle continue d’exposer nos semblables à l’esclavagisme. Et j’aimerais bien que les peuples de tous les pays demandent des comptes à leurs dirigeants sur cette question.

En cette Journée internationale, promettons de tirer les enseignements du passé afin de libérer nos frères humains de l’esclavage.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.