KOFI ANNAN INVITE À VOIR LA DIVERSITÉ COMME UN ATOUT ET À FAIRE RECULER LES PRÉJUGÉS À L’OCCASION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA TOLÉRANCE

10 novembre 2006
SG/SM/10726-OBV/590

KOFI ANNAN INVITE À VOIR LA DIVERSITÉ COMME UN ATOUT ET À FAIRE RECULER LES PRÉJUGÉS À L’OCCASION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA TOLÉRANCE

10/11/2006
Secrétaire général
SG/SM/10726 OBV/590
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

KOFI ANNAN INVITE À VOIR LA DIVERSITÉ COMME UN ATOUT ET À FAIRE RECULER LES PRÉJUGÉS À L’OCCASION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA TOLÉRANCE

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan, à l’occasion de la Journée internationale pour la tolérance, célébrée le 16 novembre 2006:

Depuis quelques années, notre monde est gagné par l’intolérance, l’extrémisme et la violence.  Cette poussée inquiétante se nourrit notamment d’une tendance de plus en plus marquée à définir les différences en termes d’identité plutôt que d’opinion ou d’intérêt.

Par conséquent, des individus et des groupes entiers sont attaqués et brutalisés sans aucun autre motif que leur identité ethnique, religieuse, nationale ou autre.  Qu’elle soit à l’origine de génocides caractérisés ou d’humiliations quotidiennes, l’intolérance est un phénomène alarmant.  Chacun d’entre nous doit s’efforcer de faire respecter les principes de la tolérance, du pluralisme, du respect mutuel et de la coexistence pacifique.  Chacun d’entre nous doit être prêt, à tout moment, à dénoncer les stéréotypes et les idées préconçues et à prendre fait et cause pour ceux qui sont victimes de discrimination.

La lutte contre l’intolérance passe notamment par des garanties juridiques.  La liberté de culte, et le droit de ne faire l’objet d’aucune discrimination fondée sur la religion, sont depuis longtemps inscrits dans le droit international et dans la législation de bien des pays.

Mais le droit n’est qu’un point de départ.  Pour que les gens se comprennent, il faut avant tout qu’ils apprennent.  Qu’ils apprennent à connaître les différentes religions, traditions et cultures et sachent donc déceler les mythes et les idées fausses.  Il faut aussi que les jeunes voient s’ouvrir d’autres portes que celles qui débouchent sur la haine et sur l’extrémisme.  Et il faut, tout en protégeant la liberté d’expression, éviter que les médias ne puissent servir à diffuser des messages de haine ou de mépris.

Tout cela ne se produira que si des personnalités influentes et des institutions publiques prennent les choses en main.  L’ONU, qui mène depuis longtemps toute une série d’activités de promotion et de protection des droits de l’homme, a institué l’« Alliance des civilisations » dans le but de rapprocher les points de vue et de faire reculer les préjugés et les antagonismes nuisibles à la paix dans le monde.

Aux initiatives collectives doivent s’ajouter des efforts individuels.  En cette Journée internationale de la tolérance, réaffirmons donc que la diversité –celle des idées, des convictions et des façons d’agir– n’est pas une menace mais un précieux atout, et que nous voulons édifier des sociétés plus tolérantes, imprégnées de cet idéal.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.