KOFI ANNAN RÉAFFIRME LE CARACTÈRE INALIÉNABLE DES DROITS HUMAINS ET LA NÉCESSITÉ DE LUTTER CONTRE LA TORTURE PARTOUT OÙ ELLE SE PRATIQUE

23 juin 2006
SG/SM/10530-HR/4900-OBV/566

KOFI ANNAN RÉAFFIRME LE CARACTÈRE INALIÉNABLE DES DROITS HUMAINS ET LA NÉCESSITÉ DE LUTTER CONTRE LA TORTURE PARTOUT OÙ ELLE SE PRATIQUE

23 juin 2006
Secrétaire général
SG/SM/10530 HR/4900 OBV/566
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

KOFI ANNAN RÉAFFIRME LE CARACTÈRE INALIÉNABLE DES DROITS HUMAINS ET LA NÉCESSITÉ DE LUTTER CONTRE LA TORTURE PARTOUT OÙ ELLE SE PRATIQUE

On trouvera ci-après le texte du message du Secrétaire général à l’occasion de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture qui sera célébrée le 26 juin:

La Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture est conçue pour appeler l’attention de l’opinion publique sur les souffrances qu’endurent les victimes de la torture, leurs familles et leur entourage.  Elle donne aussi l’occasion à la communauté internationale de réitérer sa condamnation de la torture et autres peines cruelles, inhumaines ou dégradantes. 

L’interdiction de la torture est aujourd’hui largement reconnue.  Sans équivoque et ne tolérant aucune exception, elle vaut en temps de guerre comme en temps de paix.  Elle s’applique en outre à la torture sous ses différentes appellations: toute peine cruelle ou inusitée est intolérable et illégale, quel que soit le nom qu’on choisisse de lui donner. 

Malheureusement, cette pratique barbare existe encore dans de trop nombreuses sociétés, et elle est tolérée, voire utilisée, par certains gouvernements ou leurs représentants. 

Nous devons tous nous employer à effacer cette souillure infâme qui ternit la conscience de l’humanité.  Nous devons dénoncer avec force toutes les pratiques en cause et redoubler d’efforts pour mettre un terme à la torture sous toutes ses formes. 

Je me félicite vivement de la récente entrée en vigueur du Protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.  En établissant un système de visites sur les lieux de détention effectuées par des organismes internationaux et nationaux, le Protocole peut contribuer à prévenir la maltraitance des détenus.  Ses dispositions peuvent également servir d’appui aux travaux du Rapporteur spécial chargé d'examiner la question de la torture.  J’invite tous les États qui ne l’ont pas encore fait à ratifier la Convention et son protocole facultatif, et à tenir compte des plaintes individuelles déposées par les victimes en vertu de ces instruments. 

Cette année marque le vingt-cinquième anniversaire de la création du Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour les victimes de la torture.  Ce Fonds est l’un des plus importants fonds d’affectation spéciale pour les questions humanitaires du système des Nations Unies et offre un soutien crucial aux organisations qui aident les victimes et leurs familles.  Je remercie les donateurs actuels pour l’intérêt qu’ils portent au Fonds, et j’encourage la communauté internationale à continuer d’y contribuer avec générosité.  Je tiens également à saluer le travail d’accompagnement et de réinsertion accompli par des organisations non gouvernementales du monde entier auprès des victimes de la torture et de leurs familles. 

Profitons de cette Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture pour réaffirmer le caractère inaliénable des droits et de la dignité de tout homme et de toute femme, et pour nous engager à lutter contre les traitements cruels, dégradants et inhumains, où qu’ils se pratiquent.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.