FORMATION D’UN GROUPE D’EXPERTS DE HAUT NIVEAU SUR LA COHÉRENCE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT, D’AIDE HUMANITAIRE ET D’ENVIRONNEMENT

16 février 2006
SG/SM/10349-DEV/2567-IHA/1150

FORMATION D’UN GROUPE D’EXPERTS DE HAUT NIVEAU SUR LA COHÉRENCE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT, D’AIDE HUMANITAIRE ET D’ENVIRONNEMENT

16/02/2006
Secrétaire général
SG/SM/10349 DEV/2567 IHA/1150
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

FORMATION D’UN GROUPE D’EXPERTS DE HAUT NIVEAU SUR LA COHÉRENCE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT, D’AIDE HUMANITAIRE ET D’ENVIRONNEMENT

La déclaration suivante a été communiquée aujourd’hui par le porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan:

Le Secrétaire général de l’ONU a annoncé aujourd’hui la formation d’un nouveau groupe d’experts de haut niveau dont la mission est d’explorer les moyens d’améliorer la cohérence et l’efficacité des travaux menés par le système des Nations Unies partout dans le monde, dans les domaines du développement, de l’aide humanitaire et de l’environnement.  Inspirée par le Document final adopté par les dirigeants mondiaux lors du Sommet de 2005 à New York, cette étude est destinée à jeter les bases d’une restructuration fondamentale des travaux opérationnels des Nations Unies.  Celle-ci s’ajoutera à d’autres initiatives de réformes importantes en cours, telles que la création d’une Commission de consolidation de la paix, les négociations sur l’établissement d’un Conseil des droits de l’homme, ainsi que les propositions de réformes d’envergure de la gestion qui devraient être prochainement révélées par le Secrétaire général.

Les 15 experts sont:

Shaukat Aziz, Premier Ministre du Pakistan (Co-Président)

Gordon Brown, Chancelier de l’Échiquier du Royaume-Uni

Luísa Dias Diogo, Premier Ministre du Mozambique (Co-Présidente)

Mohamed T. El-Ashry, de l’Égypte, Chargé de recherche à la Fondation des Nations et ancien Président et Directeur général du Fonds pour l’environnement mondial.

Robert Greenhill, Président de l’Agence canadienne de développement international et Vice-Ministre à la coopération internationale du Canada

Ruth Jacoby, Directrice générale pour la coopération et le développement au Ministère des affaires étrangères de la Suède

Ricardo Lagos Escobar, Président du Chili

Louis Michel, de la Belgique, Commissaire européen pour le développement et l’aide humanitaire

Benjamin W. Mkapa, ancien Président de la République-Unie de Tanzanie

Jean-Michel Severino, de la France, Directeur général de l’Agence française de développement, ancien Vice-Président pour la région d’Asie orientale et du Pacifique à la Banque mondiale

Jens Stoltenberg, Premier Ministre de la Norvège (Co-Président)

Keizo Takemi, Membre du Parlement japonais pour le Parti libéral démocrate, ancien Secrétaire d’État aux affaires étrangères du Japon

Josette S. Shiner, Sous-Secrétaire aux affaires économiques, entrepreneuriales et agricoles au Département d’État des États-Unis

Membres de droit:

Kemal Dervis, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ancien Ministre des finances de la Turquie

Lennart Båge, de la Suède, Président du Fonds international de développement agricole (FIDA)

Le Document final invite le Secrétaire général à faire réaliser de tels travaux pour identifier les moyens d’améliorer la cohérence du système des Nations Unies dans son ensemble, à travers les différentes institutions relatives au développement et aux questions humanitaires.  L’étude doit donc examiner une série d’options sur la manière de renforcer au mieux la coordination des activités opérationnelles de l’ONU, partout dans le monde.  Cela comprend, comme demandé par les États Membres, la possibilité de créer des entités plus étroitement gérées dans les domaines de l’environnement, de l’aide humanitaire et du développement.  Le Secrétaire général est convaincu que l’examen poussé de ces activités est essentiel pour la réussite de la réforme globale du système des Nations Unies et pour permettre aux États Membres d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement.

Le Groupe doit achever sa mission d’ici à la fin de l’été, afin de présenter officiellement ses recommandations à la prochaine session de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2006, la mise en œuvre éventuelle étant envisagée pour 2007.  Un secrétariat de petite taille sera mis en place pour appuyer le groupe et sera basé à New York.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.